Cours pilote de médecine d'altitude à Zermatt. Celui qui se dépêche tombera malade

Celui qui se dépêche tombera malade

Trente-cinq médecins venus de toute la Suisse ont acquis, dans le massif du Mont Rose, les connaissances nécessaires aux médecins d' expédition et de trekking. Le cours, proposé pour la première fois par la Société suisse de médecine de montagne ( SSMM ), a été organisé par de célèbres médecins suisses avec la participation de la Commission de médecine du CAS et de guides de montagne expérimentés.

Fin de l' été 2003: le ciel surplombant les quatre mille mètres qui environnent Zermatt est d' un bleu royal magnifique. Dans la petite salle de théorie, les partici-pant(e)s sont plongé(e)s dans leurs documents. Des articles spécialisés, un journal de cours et un pulsoxymètre destiné à mesurer la quantité d' oxygène dans le sang ainsi que la fréquence du pouls ont été distribués au début du cours. Avant de pouvoir faire usage de l' instrument en montagne, les participants doivent acquérir, pendant deux jours, les connaissances de base nécessaires pour pouvoir pratiquer une auto-observation sur le terrain. Que se passe-t-il lorsqu' on est victime du mal des

Comme le temps n' a pas joué le jeu, le bivouac prévu à 4000 m a dû être installé à 3500 m Pho to s: Tomm y Dä twy le r

laboration avec la Rega et Air-Glaciers. Dispensée en allemand, en français et en anglais, la formation continue est reconnue par la SSMG et la SSMS ( en suspens pour la SSMUS ).

Formulaires d' inscription: secrétariat administratif du CAS, Monbijoustr. 61, case postale, 3000 Berne 23, tél. 031 370 18 18, fax 031 370 18 00, courriel info(at)sac-cas.ch

Cours de médecine d' altitude 2004

Lieu: Zermatt Date: du mercredi 18 août au dimanche 22 août 2004

Exigences: médecins et candidats médecins intéressés par la médecine d' alti et la médecine d' expédition; équipement de ski de randonnée nécessaire Prix y c. demi-pension: 1500 fr. pour les médecins, 1100 fr. pour les candidats médecins, réduction de 100 fr. pour les membres de la SSMM

Renseignements/inscription: courriel urshefti(at)bluewin.ch, Internet www.forum-alpinum.ch

Ce cours est placé sous le patronage de la Commission de médecine du CAS et est organisé en collaboration avec des médecins spécialisés en médecine d' altitude de l' Université de Zurich. Une partie théorique et une partie pratique ( ascension de la pointe Dufour ) permettent aux participants d' acquérir des connaissances fondées dans l' optique de leur rôle de médecin d' expédition. Les conférenciers sont des médecins expérimentés, habitués des expéditions, et actifs dans le domaine de la recherche en médecine d' altitude. La formation continue est reconnue par la SSMG et la SSMS. a

Selon comm. ( trad. ) LES ALPES 11/2003

montagnes? Quels sont les symptômes des maladies d' altitude telles que le mal des montagnes ou l' œdème pulmonaire? Que faire lors de gelures? Comment prévenir, à partir de 2500 mètres et plus, l' apparition de ce type de maladies? Quelle est la meilleure prophylaxie? Quel est l' effet des médicaments usuels? La composition idéale d' une pharmacie de secours pendant une expédition ou un trekking? Comment manier le matériel? Tous ces points et d' autres encore sont abordés durant ce cours. Marco Maggiorini, médecin d' altitude expérimenté et médecin en chef de l' hôpital universitaire de Zurich, donne une conférence sur les conditions dans lesquelles est menée la recherche sur l' œdème pulmonaire et fournit des détails sur celle-ci 1.

Sur la Pointe Dufour Les deux directeurs de cours Urs Hefti, président de la SSMM, et Tobias Merz, président de la Commission de médecine du CAS montrent, à l' aide d' exemples types, les dangers potentiels lors de la thérapie et du sauvetage. Certaines questions éthiques sont aussi abordées: chacun a-t-il droit à recevoir de l' aide même si, pour cela, d' autres personnes doivent mettre leur vie en danger? Pourquoi et dans quelles conditions les porteurs doivent-ils être contrôlés et encadrés médicalement lors des trekkings?

Ce cours pilote, qui s' étend sur cinq jours, comporte aussi une partie pratique. Celle-ci est constituée d' une course en haute montagne à visée médicale dans le massif du Mont Rose. L' ascen de la Pointe Dufour est au programme. Malheureusement, le temps ne joue pas le jeu. Le bivouac qui devait être installé à 4000 m est donc reculé à 3500 m. La fonction et les possibilités d' utilisa de la chambre de décompression y sont démontrées. A l' aide d' une pompe, il est possible d' augmenter artificiellement la pression atmosphérique afin de simuler une descente et d' atténuer les symptômes du mal des montagnes.

L' évaluation du cours ainsi que l' ana des données pendant l' expédition corroborent la théorie selon laquelle le corps humain réagit au manque d' accli par une baisse de performance et un pouls plus élevé. La devise du cours est ainsi confirmée: celui qui ne prend pas son temps pour monter aura tendance à tomber malade en haute altitude. a

Tommy Dätwyler, Kölliken ( trad. ) 1 Cf. Les Alpes 9/2003 L' alternance entre la théorie et la pratique est un aspect important du cours de médecine d' altitude. Pendant l' ascension de la Pointe Dufour, peu après la cabane Mont Rose Démonstration de la chambre de décompression: à l' aide d' une pompe, il est possible d' aug la pression atmosphérique de manière telle qu' une descente peut y être simulée et les symptômes du mal des montagnes atténués Préparatifs pour la course de haute montagne à visée médicale sous la direction de guides de montagne expérimentés

Acclimatation à l' altitude

Les derniers seront les premiers Celui qui, lors d' un trekking se déroulant au-dessus de 2500 mètres, ne prend pas suffisamment son temps, expose son corps à des dangers physiques et risque de tomber malade. En plus de l' apport indispensable de liquide – il est recommandé de boire 1 / 2 litre par heure –, les règles suivantes sont à observer principalement lors des courses de plusieurs jours: – L' altitude à laquelle on dort ne doit pas augmenter de plus de 300 à 500 mètres par jour. – S' accorder un jour de pause tous les mille mètres de dénivelé, c.à-d. passer deux nuits à la même altitude. – Eviter de forcer – s' accorder régulière- ment des pauses. – Lors de la planification de l' expédi, prévoir suffisamment de temps pour l' acclimatation. – Evaluer la possibilité d' effectuer une pré-acclimatation. Son effet ne dure cependant que quelques jours, voire deux semaines au maximum.

LES ALPES 11/2003

Cabanes et bivouacs

Rifugi e bivacchi

Von Hütten und Biwaks

Livres / Médias

Libri / Media

Feedback