Daniel Huf, «cyberarchitecte»

Daniel Huf avait veillé à garder libre la soirée du 26 septembre. C’est ce jour-là que le nouveau site du CAS et son portail des courses ont été lancés. «On ne sait jamais, un détail aurait pu nous échapper», explique le développeur web de 38 ans. Finalement, il n’a pas été nécessaire de travailler la nuit. «Tout s’est déroulé comme prévu, et, depuis lors, il n’y a quasiment pas eu de pannes techniques non plus.» Ce qui est loin d’être évident pour un site d’une telle complexité, dont les éléments sont l’œuvre de différents développeurs internes et externes. Certains s’occupent des cartes et des itinéraires numériques, d’autres veillent à ce que ceux-ci s’affichent correctement sur des écrans de toutes tailles. Daniel Huf, lui, assemble toutes les pièces du puzzle. Pour cela, il doit sans cesse répondre aux demandes, corriger des erreurs et mettre en place de nouvelles fonctionnalités. Il travaille au Secrétariat administratif du CAS, à Berne. Un avantage, car il connaît ainsi parfaitement les exigences de l’association. Enfin, les souhaits des utilisateurs sont aussi les siens: dans son temps libre, ce moniteur de snowboard est lui-même régulièrement en montagne.