Des alpinistes au service des archéologues

Au fil des siècles, les glaciers ont figé des traces du passé dans leur glace. Avec l’accélération du réchauffement, ces vestiges reviennent à la surface. Ainsi, en juillet 2017, la découverte des restes d’un couple disparu 75 ans plus tôt sur le glacier des Diablerets avait marqué les esprits. La plupart du temps, ce sont des artefacts qui refont surface. Même s’ils semblent insignifiants de prime abord, ces objets potentiellement très vieux peuvent représenter de précieux témoignages archéologiques. Dès lors, randonneurs et alpinistes susceptibles d’en trouver au hasard de leurs courses doivent intégrer certains réflexes, rappelés lors d’une conférence en mai dernier au Musée alpin suisse: ne pas toucher ces objets, les photographier, les localiser sur une carte ou par GPS, marquer l’endroit afin qu’il puisse être retrouvé et enfin informer l’archéologue cantonal, voire la police en cas de restes humains.

Feedback