Des montagnes aromatiques?

Les odeurs sont omniprésentes dans les Alpes, qu’elles proviennent de plantes, d’animaux sauvages ou de bétail en estivage, qu’elles sentent bon ou mauvais. Il n’est donc pas étonnant d’en retrouver la trace dans des toponymes tels que le Stinkertal à Andermatt (en allemand, «stinken» signifie «puer») ou la Stinki à Schiers. Cependant, les noms qui font penser à un parfum n’ont pas tous un lien avec une odeur. Il n’y a donc pas de Dent de Cannelle ni de Pointe des Milanais à côté du Vanil Noir: la vanille est une épice d’outre-mer, et les Alpes ne sont pas une pâtisserie de Noël. Le nom «Vanil» vient d’un ancien mot de patois signifiant «pente escarpée», lui-même issu du gaulois, une langue celtique. Cette étymologie apparaît aussi dans les formes «Vanel» et «Vani», ainsi que dans de nombreux noms contenant le mot «Van». Le plus célèbre d’entre eux, le Creux du Van dans le Jura neuchâtelois, signifie donc une cavité, une cuvette en pente. Un nom qui convient très bien au lieu, quand on regarde cet impressionnant cirque rocheux.

Feedback