Du nouveau à la page www.sac-cas.ch. | Club Alpin Suisse CAS

Du nouveau à la page www.sac-cas.ch.

Editoriale

Le « online-shop » est une véritable prestation de service. Sous cette rubrique, on peut commander directement tous les nouveaux produits des Editions du CAS ainsi que les derniers articles du « clubshop ». A propos de commandes en ligne: aujourd'hui, les membres du club effectuent le quart des commandes de guides du CAS par Internet!

En début de saison, qui n' a pas cherché partout le dépliant « Attention avalanches !»? Plus besoin désormais de se lancer dans des recherches fastidieuses. Ce document peut être consulté sous la rubrique « download » et imprimé. Cette rubrique regroupe des articles ayant trait à l' alpinisme.

Les membres des comités et des commissions seront informés plus rapidement et de façon plus complète en consultant à l' écran les protocoles des séances. L' accès à ces documents se fait au moyen d' un mot de passe.

Deuxième phase Une deuxième phase d' actualisa, qui s' étendra jusqu' à la fin de l' année, devrait permettre d' adapter les pages des secteurs de l' alpinisme, du sauvetage, de la protection de la montagne, des sports de compétition et des publications aux besoins des utilisateurs. Ainsi, il est par exemple envisageable qu' une personne qui souhaite participer à un cours de chef de courses de randonnées à ski puisse se renseigner via Internet pour savoir s' il y a encore des places disponibles.

Editorial

Du nouveau à la page www.sac-cas, ch

Unis et prêts à l' échange, c' est en ces termes que j' ai exprimé au début de l' année ma volonté de renforcer la communication entre l' association centrale et la base. Dans l' intervalle, les premières mesures ont été prises.

Les membres des comités de sections - soit près de mille personnes - reçoivent tous le bulletin d' information bimestriel. Diffusé par l' association centrale et le secrétariat administratif, ce bulletin permet à tous les membres des comités et, par ce biais, à tous les membres, de connaître les travaux en cours à l' association centrale.

Agenda, online-shop, download Depuis le début août, la page d' accueil du CAS, www.sac-cas.ch, a été remodelée et son contenu en partie modifié. Le nouvel « agenda » fournit, en plus des dates importantes de la vie du club au niveau de l' asso centrale, des renseignements sur les manifestations du CAS importantes pour les membres.

Forum « Internet » Dans une troisième phase, notre page d' accueil deviendra une véritable plate-forme d' échanges entre les membres et les sections. Ces dernières pourront annoncer les places restantes pour les courses à courte échéance et les membres pourront rechercher des personnes pour faire des courses. L' idée est de démontrer qu' Internet ne remplace pas la communication entre les personnes, mais l' intensifie et l' étend.

Internet ne remplacera cependant pas les moyens de communication dont nous disposons à l' heure actuelle. Nous voulons lire la revue Les Alpes sur papier, comme à l' accoutu. De même les guides illustrés du CAS ne seront pas remplacés du jour au lendemain par des versions online, même si les progrès techniques permettront bientôt de charger à tout moment sur un mobile la dernière actualisation d' un topo.

L' association centrale et le secrétariat administratif visent à utiliser les possibilités techniques de façon sensée afin de favoriser la communication à l' intérieur de notre club, sans perdre de vue pour autant son objectif essentiel: la pratique de l' alpinisme et de l' escalade.

Peter Mäder, secrétaire général, ( trad. ) M La nouvelle page d' accueil du site Internet du CAS, en version allemande. La version française sera disponible à temps pour le lancement.

< Zourrier des lecteurs

La posta dei lettori

I

ìserbriefe

Anges gardiens

Lors de la deuxième étape de la haute route des Alpes bernoises, qui menait notre groupe de la section Chasserai de la cabane Gelten à la Cabane du Wildstrubel, un participant a cassé une pièce de sa fixation au sommet du Schnidehorn. Une réparation de fortune lui a permis de rejoindre tant bien que mal la cabane.

Arrivés à l' étape, nous avons informé le gardien de nos ennuis. A notre grand étonnement, il s' est proposé pour réparer la fixation défectueuse. En moins de temps qu' il ne faut pour le dire, il a apporté le matériel et l' outillage nécessaires et effectué le travail. Et tout cela gratuitement! Imaginez notre surprise de trouver un tel service dans une cabane perchée à près de 2800 mètres.

Merci de tout cœur aux gardiens Christian et Katrin pour leur accueil chaleureux. En plus de fournir des prestations d' hébergement de premier ordre, ils se soucient des difficultés que pourraient rencontrer les visiteurs.

Francis Flühmann, Saint-Imier

Proposition pour assainir les finances des cabanes

A propos de la campagne de soutien, Les Alpes 6/2000 J' ai pris connaissance de votre demande de dons en faveur des cabanes et j' aimerais spontanément apporter la réflexion suivante, tout en précisant au préalable que je suis membre du CAS et que je fréquente les cabanes, que j' apprécie cette institution et que je ne souhaite en aucune façon renoncer à une gestion respectueuse de l' environnement ou à l' accueil chaleureux d' une gardienne ou d' un gardien.

Je pense aussi que la différence entre le prix de la nuitée pour les membres et pour les non-membres est beaucoup trop faible. On pourrait, par exemple, attirer plus d' adeptes du vélo de montagne, qui payeraient plus pour pratiquer leur sport favori. Les non-membres ne devraient pas pouvoir utiliser les cabanes comme logement touristique à bon marché. Je pense aussi qu' on aurait intérêt à contrôler régulièrement les cartes de membres du CAS dans les cabanes - ce qui m' est rarement arrivé. La différence entre le prix de la nuitée et celui de la pension montre clairement que les prix des premières ont été moins adaptées aux pratiques actuelles que ceux des repas.

Guido Helbling, G ossa u ( trad. ) louvelles des ALPES

notiziario delle ALPI

4

ULPEN-Nachrichten

Walter Bonatti, naissance d' un mythe

Pour un grimpeur de ma génération, parler de Walter Bonatti implique d' entrée une lutte contre la tentation de l' hyperbole. Il y a une trentaine d' années, un jeune grimpeur en quête de repères ne pouvait échapper à l' attraction du célèbre guide italien. Pour celui qui était attiré par le grand alpinisme et l' engagement total, Walter Bonatti s' imposait comme la référence ultime, l' idole parfaite.

Progression rapide Né à Bergame en 1930, Walter Bonatti n' est pas issu d' une famille de montagnards. Il est plutôt le produit classique de ces jeunes grimpeurs qui ne songent qu' à briser la monotonie de leurs existences urbaines et cherchent refuge dans les rochers environnants. Ainsi, les grimpeurs lombards se retrouvent traditionnellement aux aiguilles de la Grignetta, non loin de la cité. Le jeune Bonatti se forme donc à l' escalade pure, ce qui va contribuer au développement d' un haut niveau de polyvalence.

A l' âge de 19 ans, il réalise la deuxième ascension de la très difficile voie Detassis, à la face sud du Croz dell' Altissimo, dans les Dolomites. La même année, il s' engage dans la face nord des Grandes Jorasses avec Andrea Oggioni, qui deviendra un de ses plus fidèles camarades.

A l' aube du 20 juillet 1951, Walter Bonatti et Luciano Ghigo s' attaquent à la face est du Grand Capucin. Trois bivouacs leur sont nécessaires pour réaliser cette première ascension très convoitée. La performance marque une étape historique dans l' histoire de l' alpinisme. En effet, reprenant à son compte les techniques d' escalade artificielle développées dès 1933 à la face nord de la Cima Grande di Lavaredo, dans les Dolomites, Bonatti les transpose à la haute altitude.

En 1953, accompagné de Carlo Mauri, Walter Bonatti réalise l' ascen hivernale de la face nord de la Cima Grande di Lavaredo et la première de la Cima Ovest en hiver, dans les Dolomites. Il a 23 ans et possède déjà une liste exceptionnelle de courses.

Cependant, l' existence n' est pas facile. Il poursuit des études tech- niques qui ne le motivent guère. L' année passe, aléatoire, pleine de réflexions... une décision finira par s' imposer: vivre de la montagne!

Bonatti obtient son diplôme de guide de haute montagne en 1955. L' année précédente, il est le benjamin de l' expédition italienne sur le K2 ( 8611 m ). Cette expédition va profondément marquer la personnalité du jeune homme. En bivouaquant à plus de huit mille mètres d' altitude, en compagnie du porteur pakistanais Mahdi, par fort vent, sans abri ni équipement spécial, Bonatti contribue à redéfinir les limites de la résistance humaine. Ce terrible bivouac improvisé, dont il sortira physiquement intact, fera couler beaucoup d' encre... histoires peu claires de rivalités entre les hommes de l' expédition. Les souffrances endurées, les désillusions sur l' amitié et les polémiques ont contribué à façonner le projet solitaire aux Drus, l' année suivante.

Le versant sud du Mont-Blanc avec, à gauche, l' arête et le glacier du Brouillard, puis, vers l' avant, l' arête Innominata. A l' arrière, le Mont-Blanc de Courmayeur, et, au centre d' un banc de nuages, le pilier central du Frêney qui se dresse vers la droite. En bas à droite, le glacier du Frêney L' être transcendant Dans l' éther du sublime, il y a un noyau. Il se nomme « pilier sud-ouest des Drus » ou « pilier Bonatti ». Combien fallait-il de déchirures et de désirs au sein d' un seul homme pour convaincre corps et esprit de s' allier indéfectiblement dans un pari aussi aléatoire? Indiscutablement, la réalisation de la première ascension en solitaire du pilier sud-ouest des Drus reste l' un des plus grands exploits alpins. Mais peu importe la notion d' exploit, l' intérêt est ailleurs. Dans les résidences secrètes de l' âme et de la force d' abnégation. Les six jours de Walter Bonatti sur le pilier des Drus, c' est le grand voyage intérieur. L' har parfaite de tous les sens, la magie de la faculté d' adaptation.

Sur le plan purement technique, il faut se reporter au matériel de l' époque et se souvenir, simplement, Quatre hommes, un Italien et trois Français, ne reviendront pas de la tragique ascension du pilier central du Frêney, en juillet 1961 Nouvelles des ALPES Les pyramides étroites des Drus avec, sur la droite, l' arête des Flammes de Pierre. Les Drus sont formées de deux sommets Walter Bonatti a réalisé la première en solitaire du pilier sud-ouest des Drus: six jours de lutte pour un des plus grands exploits alpins long du pilier, puis la descente du glacier du Brouillard, lors d' une première tentative, leur causent beaucoup de difficultés. La même année, le guide italien ouvre plusieurs voies au Petit Mont Gruetta, dans la face sud du Mont-Maudit et la belle face nord-ouest de la Grivola. Il termine avec la première ascension en solitaire de la voie Major, au Mont-Blanc.

En juin 1961, c' est la première ascension du Nevado Rondoy Norte, dans la Cordillère Huayhuash des Andes péruviennes.

Durant toutes ces années, Walter Bonatti a pratiqué un alpinisme de haut niveau, souvent dans des conditions difficiles. Sa conception de l' en est telle qu' il n' y a pas de place pour les défaillances physiques. Car c' est aussi un peu l' époque des tempêtes! On s' engage dans les grandes parois avec des prévisions météorologiques peu précises. Les techniques d' escalade restent lentes. Les protections vestimentaires sont encore assez rudimentaires, particulièrement au niveau des chaussures, et les gelures ne sont pas rares!

Retraite du Frêney, et des montagnes...

Pierre noire dans l' histoire de l' alpi, juillet 1961 et la tragédie du Frêney! Deux équipes, l' une italienne, composée de Roberto Gallieni, Andrea Oggioni et Walter Bonatti. L' autre, française, composée de Antoine Vieille, Robert Guillaume, Pierre Kohlman et Pierre Mazeaud, projettent la première ascension du que Bonatti s' est toujours refusé à l' emploi de pitons à expansion ainsi qu' à toute préparation de la paroi.

Après le pilier, les grandes entreprises reprennent de plus belle. D' abord l' ascension hivernale de l' éperon de la Brenva, au Mont-Blanc, en décembre 1956. Une ascension dramatique: deux alpinistes ne reviendront pas. En 1957, Walter Bonatti jette son dévolu sur la dernière grande face vierge des Alpes: la face nord-est du Grand Pilier d' Angle. Peut-être la face la plus austère et la plus sauvage du massif du Mont-Blanc. Il y trace trois itinéraires, qui sont parmi les plus engagés de l' époque.

Suite, il n' y a pas de fin...

En 1959, avec Oggioni, Bonatti effectue la première ascension du Pilier Rouge du Brouillard. La retraite le rapprochés, le Grand Dru et le Petit Dru, séparés par une petite brèche ne pas visible de loin Pilier Central du Frêney, au Mont-Blanc. Au deuxième jour d' escalade, les grimpeurs sont déjà engagés très haut sur le pilier. Une dépression catastrophique, orages et mauvais temps généralisé, s' abat sur le massif. Il tombe un mètre de neige en moins de quarante-huit heures! A la faveur d' une éclaircie, les alpinistes essayent de surmonter l' ultime défense du pilier, un ressaut après la chandelle, d' une hauteur d' environ quatre-vingts mètres. Peine perdue! Un nouvel orage, d' une rare violence, secoue l' équipe entière. Repliés au fond de leurs pensées, les alpinistes attendent soixante heures au cœur de la tourmente... La retraite est inévitable...

Le guide italien prend alors la direction des opérations. Il est le seul à bien connaître la descente, complexe, qui doit conduire les hommes au refuge Gamba ( aujourd'hui Monzino ) en passant par les Rochers Gruber, le glacier du Frêney et le col de l' Inno. Cette descente s' effectue dans des conditions épouvantables. Les hommes, ivres de fatigue, s' étei les uns après les autres. Seuls Gallieni, Bonatti et Mazeaud en ressortent vivants. De cette terrible aventure va naître une avalanche de polémiques. Pour Bonatti, la retraite du Frêney n' est pas terminée...

Après une période de convalescence, corps et esprit, Bonatti va s' at au Pilier d' Angle et, en 1964, il réalise l' impressionnante face nord des Grandes Jorasses par la Pointe Le versant est du Mont-Blanc, où se dresse la tour de roc du Grand Capucin et dont on aperçoit la face est sous le soleil matinal. Ouverte en 1951 par Walter Bonatti et Luciano Ghigo, la face est du Grand Capucin est rapidement devenue la plus belle classique rocheuse du massif du Mont-Blanc.

Whymper avec le guide genevois Micnel Vaucher.

A partir de cette période, l' horn, qui a abandonné sa médaille de guide, entre dans une intense quête de sens où se mêlent les convictions personnelles et les questions philosophiques. Il signe alors, en guise d' adieu à l' extrême, sa dernière grande entreprise alpine: une nouvelle voie, directe, dans la face nord du Cervin, en solitaire hivernale. Sur le plan technique, cet itinéraire, ouvert en février 1965, est à ranger parmi les escalades mixtes les plus difficiles de l' époque.

Retraite Dès lors, Walter Bonatti se retire du monde de l' alpinisme. Un grand journal lui offre la possibilité d' assou sa soif de voyages en tant que reporter. Hormis ses articles et quelques très beaux livres, l' homme va se faire mystérieux. L' alpinisme va rapidement changer de nature et les témoignages du célèbre alpiniste vont se faire rares et parcimonieux.

Laissons-lui les mots de la fin: « Dorénavant, je m' en irai par les forêts, par les déserts et les mers sans limites; je gagnerai les îles perdues, les montagnes et les volcans fabuleux, j' atteindrai aux glaces polaires, je rencontrerai des hommes primitifs, des animaux sauvages, les restes de A l' arrière: le versant de la Brenva, l' éperon triangulaire du Grand Pilier d' Angle et l' Aiguille Blanche de Peuterey, avec son petit glacier suspendu a.

< 11 civilisations éteintes. Partout, j' ap ce même esprit, ce même sens des limites de l' homme gui ont toujours été mes compagnons d' esca... » ( Bonatti, W., Les Grands Jours, Arthaud ).

Dominique Roulin, Veyrier Bibliographie non exhaustive Bonatti, W., A mes Montagnes, Paris, Arthaud, 1962 Bonatti, W., Les Grands Jours, Paris, Arthaud, 1973 Bonatti, W., Magie du Mont Blanc, Paris, Denoël, 1984 Bonatti, W., Processo al K2, Massimo Baldini Editore, 1985 Bonatti, W., La Patagonie, Paris, Denoël, 1986 Bonatti, W., Adieu Amazonie, Paris, Denoël, 1989 Nouvelles des ALPES 12

« J' ai réalisé le sens de ma vie »

Septantième anniversaire de Walter Bonatti Walter Bonatti, un des grimpeurs les plus doués de tous les temps, illustre bien le grand alpinisme des années cinquante et soixante. En juin dernier, il fêtait son sep-tantième anniversaire. A cette occasion. Les Alpes ont rencontré cet aventurier italien par excellence.

Contemplation créative « Depuis toujours, aucun milieu ne m' a mieux formé que celui de la montagne. Elle m' a permis de me mesurer, de me dépasser, d' expérimenter et d' apprendre, activités indispensables à tout être humain. Là-haut, d' une expédition à l' autre, je me sentais plus vivant, plus libre, plus vrai; je me réalisais totalement. Dans ma vie de guide, je me suis toujours laissé conduire par mes sentiments, par mon impulsion créatrice et par la contemplation... » Tel est le début de l' avant du livre Montagna di una vita1, dans lequel Walter Bonatti définit sa philosophie de l' alpinisme et de la vie. Mais qui est-il vraiment? Depuis son brusque retrait de l' alpi extrême, en 1965, à l' âge de trente-cinq ans, on le dit amer et inabordable. Toutefois nous nous sommes mis en tête de l' approcher. Par une chaude journée de début d' été, nous nous rendons à l' entrée de la Valteline, où Walter Bonatti habite avec sa femme, Rossana Podestà, une maison de pierre rénovée dans un environnement verdoyant. Les présentations se déroulent dans un climat de cordialité si chaleureuse que toutes craintes de cet illustre personnage s' évanouissent. Nous passons des heures inoubliables à converser, puis, au moment de prendre congé, Bonatti nous serre dans ses bras en disant: « Je vous en prie, ne faites pas de moi un mythe dans votre article! Je suis un homme tout simple, avec ses qualités et ses faiblesses. » L' entêtement du pionnier La jeunesse de Bonatti est marquée par la faim, la pauvreté et la guerre. Ces circonstances expliquent sa forme physique d' une qualité rare et sa force de caractère, qualités décisives dans toutes les démarches de sa vie. Walter Bonatti est un homme qui dépasse les limites. Il l' a prouvé non seulement en montagne, mais aussi lors de ses aventureux voyages pour 1 Walter Bonatti, Montagna di una vita, Milano, Baldini & Castaidi, 1996 Walter Bonatti, Montagnes d' une vie, Paris, Arthaud, 1997 En février 1965, de retour de la première hivernale en solitaire à la paroi nord du Cervin af/. ., la revue Epoca, qui l' ont conduit, entre 1965 et 1979, dans les endroits les plus retirés de la planète. Le Nil Bleu, Sumatra et l' Antarctique se rangent parmi les expéditions qu' il a pour la plupart réalisées en solitaire. Elles sont une prolongation conséquente de son style de vie. Et c' est pourquoi son brusque abandon de l' alpinisme extrême ne peut pas être considéré comme une rupture. Il est bien clair que Walter Bonatti était très déçu de certaines pratiques alpines et du rôle des médias, mais il avait surtout « apporté sa contribution à la victoire sur l' impossible ». Il désirait découvrir de nouveaux mondes, « grandir encore », selon sa propre expression. « Je considère la vie comme une échelle au nombre infini de barreaux qu' il faut lentement gravir. Non pas pour gagner une célébrité plus grande, ce qui ne m' intéresse pas du tout, mais dans le sens d' une croissance intérieure! La vie est une constante progression fondée sur le socle de la pyramide de toutes nos expériences et valeurs gagnées en cours de route. » Bonatti est retourné en montagne à de nombreuses reprises après 1965, surtout au Mont-Blanc, qu' il affectionnait particulièrement.

Walter Bonatti sur le glacier Baltoro, au Karakoram, suite à l' expédition de juin 1958 au Gasherbrum IV Juillet 1961, avant la catastrophe au pilier central du Frêney Critères personnels « Expériences et valeurs » sont les mots-clés de la richesse intérieure de l' autodidacte Walter Bonatti qui, après l' interruption de sa formation de technicien, a tout assimilé par lui-même. Il a reçu son diplôme de guide à titre honorifique, mais il prétend avoir été mauvais dans cette profession, « car il m' a toujours été très difficile d' appliquer un tarif à la corde qui me liait à quelqu'un !» Au bout de quelques années, il quittait déjà l' association des guides de Courmayeur. Il a poursuivi son chemin en ligne droite, sans se laisser distraire par la critique ou par la jalousie, car il attachait une plus grande importance à ses critères personnels. Dans le domaine de l' alpinisme, cela signifiait pour lui le renoncement à toutes les techniques modernes, afin de se mesurer à l' alpinisme classique des années trente. Bonatti se heurtait fréquemment à son raisonnement déductif: « La prise de conscience de son propre choix précède l' esprit logique. Celui-ci est le pas suivant, le devoir de t' en tenir à ce que tu crois. Il se compose des notions et des valeurs que tu découvres durant ta vie et que tu considères comme convenables. » C' est dans cette optique qu' il critique certains protagonistes de l' alpinisme qui « se présentent pleins d' un enthousiasme débordant, mais qui, par ailleurs, n' hésitent pas à se prostituer !» Il déteste l' esprit borné de certains alpinistes: « Quel dommage qu' ils se montrent si indifférents alors que, précisément, ils pourraient affiner leurs objectifs et leur sensibilité grâce au contact permanent avec une nature splendide, éveillant des sensations et des réflexions. Mais je leur reproche de ne parler que de montagnes! Pourtant, elles ne devraient constituer, à l' instar du sport, du travail ou de l' art, qu' un moyen de devenir plus authentique !» L' actrice et l' aventurier Bien qu' il soit un personnage entier, Bonatti se montre charmant, ouvert et plaisant dans la conversation qu' il émaille d' anecdotes. En apportant une bouteille de « frizzan-tino » pétillant, il nous raconte comment il a connu, il y a vingt ans, sa seconde femme, l' actrice Rossana Podestà. C' est une histoire d' amour qui révèle un Bonatti fort différent du solitaire que l'on s' imagine. En 1980, divorcé depuis peu, il avait résilié son contrat avec la revue Epoca. Des amis lui montrent alors une interview de Rossana Podestà, dans laquelle elle déclare que Bonatti est le seul homme qu' elle suivrait sur une île déserte. Bonatti lui adresse une « lettre pleine de poésie », lui téléphone ensuite et fixe, lors du troisième appel déjà, un rendez-vous pour le même soir au coin de l' un des célèbres escaliers de Rome. Mais cette entrevue ne se déroule pas aussi agréablement qu' escompté, car ils s' attendent pendant un temps assez long, chacun de son côté. Pourtant ils Walter Bonatti habite avec sa femme, Rossana Podestà, dans une maison en pierre rénovée, située à l' entrée de la Valteline se revoient peu après dans la région du Mont-Blanc où une tempête les retient prisonniers! Depuis, la comédienne et l' aventurier vivent ensemble.

Impulsion par le rêve Où Bonatti trouve-t-il aujourd'hui l' aventure, sa raison de vivre liée au rêve, à la fantaisie, à la curiosité et à la liberté? Il affirme qu' il ne ressent plus le besoin de gravir des parois ou de se rendre dans les déserts. Il trouve tout ceci dans son for intérieur, où s' ouvrent les derniers grands espaces inexplorés de la nature humaine. Il précise gaiement: « Les rêves, j' en ai encore des quantités et de toutes sortes. Qu' y a-t-il de mieux? Le rêve se trouve au début de toute chose, c' est à toi de le concrétiser. C' est le ressort qui permet à l' homme de réaliser quelque chose de grandiose !» A septante ans, Walter Bonatti a l' intime conviction d' avoir donné un sens à sa vie, ca il a accompli en totale liberté tout ce qu' il a souhaité.

Après l' alpinisme, les voyages, les grandes villes de Milan et de Rome, où il a vécu de longues années, il est revenu aux montagnes de sa jeunesse. La boucle est bouclée.

Christine Kopp, Unterseen ( trad. ) M Walter Bonatti, un des alpinistes les plus doués des années cinquante et soixante, ne veut pas être un mythe, mais « un homme, avec ses qualités et ses faiblesses » I Science et montagne i Scienza e mondo alpino i Wissenschaft und Bergweit Dr Jürg Alean, Eglisau e a

^ Haut de plus de 3300 mètres, l' Etna est non seule-14 ment le volcan en activité le plus élevé d' Europe, il compte également parmi les plus actifs de la planète. Mesurée du nord au sud, sa base s' étale sur quarante kilomètres. La grande ville de Catane, à son pied sud, des cités moyennes à l' ouest et à l' est, ainsi que de plus petits villages nichés sur ses flancs méridionaux, en font une attraction touristique d' accès facile. En revanche, habitations et cultures courent un risque permanent à cause de ce voisinage inquiétant.

Eruptions latérales

Si les indigènes ne craignent guère les manifestations volcaniques spectaculaires des cratères sommitaux trop éloignés, ils redoutent, en revanche, ses éruptions latérales. Lorsque des failles s' ouvrent sur les flancs du volcan et vomissent des scories et des roches en fusion, les coulées de lave atteignent rapidement villes et villages. En 1669, par exemple, l' une d' entre elles s' est déversée sur les localités de Belpasso, de Mascalucia, de Misterbianco et, finalement, sur la ville de Catane.. " " .Vingt mille personnes au minimum ont perdu leurs demeures lors de cette

Feedback