ENA (Nouveau siège principal de l'-)

intelligent et de largeur de vues, pour diriger la nouvelle association faîtière m du sport suisse en des temps qui ne E seront certainement pas toujours

s roses' a vice-présidence est revenue à Deux candidats offraient leurs services pour le poste de chef des finances: le vice-président et chef des finances du CC Bâle du CAS, Franz Werthmüller, et Hans-Ulrich Schneider, de la Fédération suisse de football. Présentées par le président central du CAS, Hanspeter Schmid, les qualités personnelles et professionnelles de Franz Werthmüller, son indépendance en matière de politique sportive et par rapport aux fédérations, sa neutralité et l' appui dont il bénéficie auprès de la Société de Banque Suisse, connue pour son attitude d' ouverture au sport, ont convaincu l' assemblée qui a donc élu Franz Werthmüller à une nette majorité chef des finances de l' AOS. Ainsi, pour la première fois depuis la fondation d' un organe faîtier du sport suisse ( l' ASS ), le CAS est représenté dans l' instance suprême du sport suisse. Cet engagement concret de sa part révèle aussi qu' il est prêt à contribuer à accorder une place centrale aux tâches concernant le sport de pointe en Suisse - ainsi qu' à la présence de celui-ci sur la scène internationale.. " " .Voilà qui constitue également un pas décisif, d' une signification d' autant plus importante que désormais la totalité du sport suisse se trouve réunie au sein de l' AOS.

Le CAS adresse ses cordiales félicitations aux personnes élues - en particulier, bien sûr, à Franz Werthmüller - et souhaite à tous les membres du conseil exécutif de l' AOS beaucoup de succès et de satisfactions dans l' exer de leurs nouvelles fonctions, où les attendent des défis considérables.

eg ( trad.

Nouveau siège principal de l' ENA

60 ans de recherches sur la neige et les avalanches à Davos Fin novembre 1996, l' Institut fédéral de recherches sur la neige et les avalanches ( ENA ) lançait une invitation à deux événements conjoints: les festivités du 60e anniversaire de son activité et l' inauguration de son nouveau bâtiment à Davos Dorf, qui remplace son ancien siège du Weiss-fluhjoch1. Au cours d' un symposium organisé simultanément, des scientifiques de plus de dix pays ont dégagé les perspectives de la recherche sur la neige et les avalanches pour les années à venir. Enfin, lors d' une journée portes ouvertes, l' ENA a accueilli le public dans ses nouveaux locaux, où il a présenté ses activités.

Forte affluence Le samedi 23 novembre, l' ENA ouvrait ses portes au public. Chacun était invité à visiter les nouveaux locaux de la Flüelastrasse, à proximité de la gare de Davos Dorf, et à jeter un regard dans les coulisses de la recherche sur la neige et les avalanches. La foule ne s' est pas fait attendre: toute la journée, des centaines de visiteurs, jeunes et vieux, guides de montagne, membres du CAS, amateurs de courses à ski et de ski de piste, représentants de la presse, gens du lieu et autres intéressés se sont pressés dans les nouveaux bâtiments de l' Institut, où les collaborateurs de l' ENA expliquaient leurs activités avec compétence et patience.

Comment naît un bulletin des avalanches? Cette localité ou cette route est-elle à l' abri des avalanches? Comment fonctionne une station automatique de mesure de la neige? Les visiteurs ont obtenu des réponses à ce genre de questions, que ce soit grâce aux très bons panneaux d' exposition ( plus de 40 ), à un montage de dias sonorisés, à des vidéos, à des simulations par ordinateur et des démonstrations, ou encore par conversation personnelle avec l' un ou l' autre des quelque 50 collaborateurs de l' Insti. Cette journée a offert une excellente occasion de faire connaissance avec l' ENA, son activité de recherche 1 Nouvelle adresse du siège principal de l' ENA: Institut pour l' étude de la neige et des avalanches, Flüelastr. 11, 7260 Davos Dorf, tél. 081/41701 11,fax41701 10.

et les gens qui le font vivre, et la foule accourue a montré combien l' Institut, pour le public, « fait partie du décor » de notre pays.

De la baraque de bois aux bâtiments modernes Le premier laboratoire d' étude de la neige fut construit en 1936 au Weissfluhjoch sur Davos et six scientifiques se mirent au travail. En 1942, cette modeste baraque de bois se transformait en un bâtiment d' insti, et trois ans plus tard l' ENA reprit de l' armée l' entière responsabilité de la prévision des avalanches. Au cours des années quatre-vingt, il devint de plus en plus évident que les locaux du Weissfluhjoch ne répondaient plus aux nécessités des tâches de recherche à venir. Mais il devait s' écouler encore une décennie environ avant la réalisation du nouveau bâtiment de la Flüelastrasse.

Ce nouveau siège central se caractérise par des locaux clairs et fonctionnels, qui permettront à l' Institut d' accomplir son travail de recherche et de fournir ses prestations efficacement et dans les règles de l' art, ainsi que de mettre en application rapidement les résultats obtenus. Les installations du Weissfluhjoch continueront d' être utilisées par une partie des employés de l' ENA.

Dans les premières années de l' Ins, les avalanches catastrophiques, celles qui menacent les localités et les voies de communication, étaient au centre du travail de l' ENA. Ce danger a été réduit grâce à une amélioration des mesures de protection prises en matière d' aménagement et de construction. En revanche, le nombre des skieurs emportés par des avalanches a entre-temps augmenté. On enregistre aujourd'hui, en Suisse, une moyenne annuelle de 26 victimes d' avalanches. L' année 1995/96, toutefois, s' est située nettement au-des-sous de cette moyenne, avec « seulement » 17 morts. Comme l' a déclaré Frank Tschirky, spécialiste des accidents du Service de prévision des avalanches, on reste cependant songeur face au constat que 10 des victimes concernées n' avaient de toute évidence aucune idée des conditions d' avalanches du moment ni du bulletin des avalanches. Ces personnes, jeunes pour la plupart, ont perdu la vie dans des situations de danger aisément identifiables pour des gens formés. De plus, toutes les dix étaient des skieurs hors piste et des mar- cheurs à raquettes et non pas des pratiquants de la course à ski dans le sens classique du terme.

Intégration au FNP En 1989, l' ENA a été intégré à l' Ins fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage ( FNP ), rejoignant ainsi le giron des Ecoles polytechniques. Il se consacre aujourd'hui principalement à la recherche dans les domaines suivants: manteau neigeux, avalanches, protection contre les avalanches à court et long terme. La prévision des avalanches fait partie de la protection anti-avalanches à court terme et, par le biais du bulletin national des avalanches, bien connu, elle informe le public de la situation. Les travaux sur la couverture neigeuse résultent notamment du fait que cette question prendra encore plus d' impor à l' avenir d' un point de vue touristique et que, d' autre part, la neige influe à grande échelle sur le climat en raison de ses propriétés concernant le rayonnement. La modification de l' étendue du manteau neigeux a des effets non seulement sur les Alpes mais encore sur une surface beaucoup plus grande. Enfin, l' impor du manteau neigeux en tant que réservoir d' eau s' accroît également. L' ENA, ainsi, examine les conséquences d' un réchauffement possible du climat et établit des prévisions à long terme sur l' évolution du manteau neigeux. Enfin, les chercheurs de l' Institut s' occupent de la formation des avalanches et de la dynamique des divers types d' avalanches, recourant par exemple à des mesures ou des simulations.

Le projet « Prévision des avalanches CH 2000 » Au cours de la journée portes ouvertes, le public intéressé a aussi pu se faire une idée des perspectives à venir du Service de prévision des avalanches ( SPA ): par son projet Prévision des avalanches CH 2000, celui-ci entend améliorer ses bases et ses méthodes de travail, ainsi que ses produits. Il s' agit, d' une part, de den-sifier le réseau de mesures en augmentant le nombre des stations automatiques, mais aussi d' instaurer de nouvelles méthodes de récolte des informations auprès d' informateurs de confiance tels que les guides de montagne, les chefs de courses à ski, les gardiens de cabane ou les responsables des secours, afin que toutes ces personnes transmettent leurs observations le plus rapidement possible au SPA. De plus, avec l' assistance des autres unités de l' ENA, le système central d' information Neige et avalanches sera renforcé au moyen de banques de données et de méthodes modernes.

Dans le nouveau bâtiment de l' ENA: le modèle d' ava de poudreuse Eureka Il est par ailleurs prévu de compléter à l' avenir le bulletin national des avalanches par des bulletins régionaux ( qui seront à la disposition des utilisateurs plus tôt ) et par des prévisions locales. Cet hiver déjà, un essai de bulletin des avalanches régional aura lieu pour le canton des Grisons. Les textes des bulletins et des prévisions s' accompagneront d' un plus grand nombre de graphiques, tableaux et cartes topographiques.

Outre le projet Prévisions des avalanches CH 2000, le SPA continuera de s' occuper de prévention générale par le moyen de cours, conférences, aide-mémoire et manuels d' instruction. Par leur application pratique, d' impor connaissances élaborées par les sections de recherches de l' ENA parviennent jusqu' au public, via le SPA. Ainsi se perpétue la préoccupation majeure qui a toujours animé l' ENA et qui consiste à mener des recherches utiles, dont la population peut tirer profit le plus rapidement et le plus complètement possible.

Christine Kopp, Flüelen UR ( trad.. " " .M ai a.

Le nouveau siège central de l' ENA à Davos.

Escalade libre / Zompétition

Arrampicata libera di competizione

Sport- und i/ettkampf klettern

Lorsqu' il s' agit d' analyser les résultats de l' année écoulée et que se pose la question des pronostics possibles pour la saison suivante, deux possibilités s' offrent de tirer un bilan: se contenter de présenter un visage rayonnant ou - ce que nous ferons ici - évaluer avec application, réalisme et franchise la situation du moment et les développements qu' on peut en attendre.

Le souhaitable et le possible L' année écoulée a montré que les exigences auxquelles sont soumises les compétitions nationales augmentent sans cesse: « Le programme général doit être efficace sur le plan publicitaire et provoquer une animation, les médias doivent être présents au grand complet et le nombre des participants optimal. De plus, il doit y avoir des catégories correspondant au plus grand nombre possible de groupes de participants, afin qu' un nombre maximal de concurrents puissent se qualifier à coup sûr pour la finale et aient de bonnes chances de remporter la victoire. Enfin, il est indispensable d' offrir des prix attrayants. » Dans la réalité, il en va tout autrement! La situation économique générale a pour conséquence qu' il est devenu plutôt difficile de trouver des finances pour un concours national; ce qui en rend l' organisation plus difficile. De même, on constate que le boom de l' escalade et de la compétition persiste, mais que les sponsors potentiels rechignent encore à reconnaître pleinement cette activité comme un sport établi. De plus, l' ana du nombre des participants montre que les catégories cadets et juniors manifestent une tendance à la hausse, tandis que celle des messieurs, Michel Piola a remporté la première Coupe suisse disputée en catégorie Mes- pour le moment, stagne. La raison en est claire: les concurrents « de la première heure » mettent fin à leur carrière en compétition ou souhaitent passer dans une autre catégorie d' âge, tandis que le nombre annuel des juniors passant en catégorie supérieure n' est pas encore suffisant. La situation est presque identique chez les dames.

Pour conclure, le fait reste que, faute de pouvoir influer sur la situation économique, nous ne pourrons continuer à organiser une série de concours nationaux que grâce à une bonne dose d' idéalisme et à la force de nos propres poignets. Il s' agira en particulier de trouver un équilibre entre les attentes et les réalités concrètes. Les deux dernières épreuves de la Coupe suisse 96 ont mis en évidence deux manières très différentes de réussir une épreuve de niveau qualitatif très élevé. Qu' on en juge:

Coupe suisse cadets et juniors de Fribourg Cette épreuve a eu lieu en novembre et elle était organisée dans le cadre des festivités du 125e anniversaire de la section Moléson. Elle a été un grand succès, dû à l' engagement d' un bon nombre de personnes et à l' infrastructure spéciale mise sur pied pour les participants au concours, mais aussi à l' assistance importante fournie par les membres de la section. Cadets et juniors des deux sexes se sieurs II. On le voit ici dans l' itinéraire de la finale de Berne-Niederwangen.

retrouvaient pour une fois entre eux et au centre de toute la manifestation. Pour la majorité d' entre eux, ce fut une expérience positive et importante, et leur enthousiasme s' est transmis au nombreux public. Beaucoup de spectateurs assistaient pour la première fois à une compétition d' escalade et plus d' un ont ainsi eu l' occasion de revoir leurs idées préconçues.

Les jeunes concurrents se sont donnés à fond, ne lâchant littéralement prise que lorsque leurs chances de continuer étaient réduites à zéro ou presque.

Ce concours s' est caractérisé en particulier par la présence de groupes entiers provenant de différentes régions du pays, comme le Jura ou les Grisons, qui a révélé l' effet positif, y compris au niveau des performances, d' un encadrement actif des jeunes. L' épreuve de Fribourg a montré que des jeunes en nombre croissant acceptent les défis de la performance et de la compétition d' escalade et que quelques sections ou OJ sont acquises à la promotion de cette dynamique.

Finale de la Coupe suisse 1996 à Berne-Niederwangen Comme en 1993, la finale de la Coupe suisse 1996 s' est déroulée au centre Magnet de Berne-Niederwan-gen; pour des raisons de temps, mais aussi dans le but de placer à nouveau au premier plan l' aspect sportif. Cette épreuve devait être une manifestation centrée sur les concurrents et se dérouler tambour battant, sans perte de temps inutile. Une petite équipe avait préparé dans le courant d' une journée ( sans interruption de l' exploi de la halle ) et d' une nuit toute la logistique du concours et l' installa des voies. L' épreuve, qui comprenait des quarts de finale, des demi-finales et des finales, a commencé à 9 h du matin et s' est terminée avec la proclamation des résultats, à 17 h 30 exactement. Elle a cependant offert une escalade de haut niveau, difficile, comme l' ont montré des finales exaltantes dans toutes les catégories et l' avis extrêmement positif des sportifs, qui ont réalisé que ce concours avait été organisé avant tout pour eux.

Cet exemple montre que d' autres halles d' escalade, à part celles de Coire, St-Légier, du Diemtigtal et de Berne-Niederwangen, devraient aussi être régulièrement en mesure d' orga des épreuves nationales d' esca de haute tenue, dans des conditions financières et d' organisation supportables. Cela implique cependant qu' on fasse preuve de l' idéa et de la motivation nécessaires à un plein engagement en faveur de notre sport.

Epreuve de Berne et classement général de la Coupe suisse 96 La victoire est revenue à Anna Tina Schultz chez les dames et à Simon Wandeler chez les hommes, ce qui n' était pas tout à fait inattendu.

Simon Wandeler, surtout, a nettement distancé Elie Chevieux, qui occupe tout de même le 5e rang mondial, et confirmé sa forme ascendante. Dans sa dernière épreuve chez les juniors, Urs Schönenberger, qui avait imposé durant toute l' année sa domination dans cette catégorie, tenait évidemment à ne pas laisser la victoire lui échapper. Malgré une faute qui lui a coûté beaucoup de force, il a gagné devant Manuel Hassler et le jeune Jurassien Raphaël Lâchât, révélation de l' année. Les deux autres catégories, celles des cadets et des messieurs II, ont été très applaudies. Chez les cadets, Roman Félix l' a emporté devant Cédric Lâchât et Tristan Cordonnier. Ces trois grimpeurs et les autres jeunes représentent un potentiel de talents très prometteur. Chez les messieurs II ( dès 35 ans ), la question n' est plus de promouvoir des talents et les deux alpinistes et ouvreurs de voies bien connus Dani Anker et Michel Piola se sont imposés.

Le classement général de la Coupe suisse 96 présente une image presque semblable: Simon Wandeler devant Elie Chevieux chez les messieurs, Anna Tina Schultz et Iva Hartmann ex-aequo au premier rang chez les dames, Urs Schönenberger devant Manuel Hassler chez les juniors et Roman Félix devant Cédric Lâchât Finale de la Coupe suisse, Berne-Niederwangen, 1.12.96 Résultats Messieurs ( 1962-76 ) 1. Simon Wandeler, Nottwil LU 2. Elie Chevieux, Petit-Lancy GE 3. Robert Marti, Worb BE Coupé suisse cadets et juni Fribourg, 16-17 novembre 1996 Messieurs II ( 1961 et plus âgés ) 1. Daniel Anker, Thoune BE 2. Michel Piola, La Croix-de-Rozon GE 3. Jean-Marie Boimond, Genève Juniors filles ( 1977 et plus jeunes ) 1. Anna Tina Schultz Berne 2. Alexandra Eyer Zurich 3. Laure Donzé Porrentruy Cadets ( 1981 et plus jeunes ) 1. Cédric Lâchât Porrentruy 2. Martin Jaggi Gossau 3. Roman Félix Rothen- brunnen GR Juniors ( 1977-80 ) 1. Urs Schönenberger Stein am Rhein SH 2. Roland Bigler Heimberg BE 3. David Gisler Uhwiesen ZH Dames 1. Anna Tina Schultz, Berne 2. Iva Hartmann, Maienfeld GR 3. Anne Gray, Lausanne Juniors ( 1977-80 ) 1. Urs Schönenberger, Stein a. Rhein SH 2. Manuel Hassler, Bienne 3. Raphaël Lâchât, Porrentruy JU Cadets ( 1981 et plus jeunes ) 1. Roman Felix, Rothenbrunnen ZH 2. Cédric Lâchât, Porrentruy JU 3. Tristan Cordonnier, Chavannes VD chez les cadets. Seule exception, les messieurs II, où c' est Michel Piola qui prend la tête de la première Coupe suisse tenue dans cette catégorie.

Perspectives pour 1997 Concours en général Le premier but doit être d' éviter les concours qui n' apportent que déception aux concurrents! Car si les participants à un concours d' escalade sont motivés positivement parce que l' épreuve leur a plu, ils sont également prêts à objectiviser et relativiser leur performance. Mainte déconvenue sportive est alors avalée plus facilement et n' aboutit pas au classique « je-ne-participe-plus-jamais-à-un-truc-comme-ça »!

La préparation et le programme d' un concours sont déterminants pour faire de celui-ci une expérience positive pour toutes les personnes concernées. C' est pourquoi on accordera encore plus d' attention à cet aspect l' an prochain. La commission d' esca sportive, en collaboration avec le secrétariat du CAS, peut prendre en charge les conditions générales, mais les concours eux-mêmes continuent d' exiger des organisateurs motivés et disposés à respecter les directives Résultats Classement général de la Coupé suisse 1. Simon Wandeler, Nottwil LU300 pt.

2. Elie Chevieux, Petit-Lancy GE260 pt.

3. Johnny Schelker, Beringen SH185 pt.

1. Michel Piola, La Croix-de-Rozon180 pt.

2. Athos Balestra, Ascona TI160 pt.

3. Daniel Anker, Thoune BE100 pt. Claudio Cameroni, Montagnola TI100 pt.

1. Anna Tina Schultz, Berne280 pt.

Iva Hartmann, Maienfeld GR280 pt.

3. Maria Rüdisühli, Buchs200 pt.

1. Urs Schönenberger, Stein a. Rhein SH 300 pt.

2. Manuel Hassler, Bienne197pt.

3. Raphaël Lâchât, Porrentruy JU196pt.

1. Roman Félix, Rothenbrunnen ZH300 pt.

2. Cédric Lâchât, Porrentruy JU223 pt.

3. Reto Hug, Walenstadt SG190 pt.

Escalade libre / Compétition prescrites, telles la forme de l' organi, le déroulement du concours S; ou son mode.

De plus, on veillera l' an prochain à Catégories Les changements auxquels on peut s' attendre l' an prochain concernent avant tout les catégories. On adop tera chez les dames une nouvelle subdivision: dames I, dames II, juniors et cadets filles, avec classement de Coupe suisse et - partiellement -classement suisse permanent à l' ave. Cela provoquera un travail supplémentaire mais incitera certainement davantage de jeunes et moins jeunes grimpeuses à participer aux concours.

Mode « à vue » II résulte des expériences faites au niveau de la Coupe d' Europe et du Championnat du monde cadets et juniors qu' on renoncera en 1997 aux concours avec observation préalable de la voie pour adopter le mode « à vue ». Les raisons? En partie, le stress supérieur provoqué par la première, mais surtout l' incitation insuffisante qu' elle procure en matière d' intelli des mouvements et d' autres capacités cognitives, ainsi que d' indé et de responsabilité individuelle. Le défi principal de l' escalade, qui prime sur l' argument social de la confrontation réciproque, a toujours consisté à se frayer son propre chemin vers le haut, à l' aide de sa propre force et de ses possibilités individuelles. Cela doit rester le cas en compétition.

Gabriele Madiener, coach de l' équipe nationale ( trad.m

Feedback