Faut-il accroître le confort de nos cabanes? | Club Alpin Suisse CAS

Faut-il accroître le confort de nos cabanes?

Depuis un an, la commission des cabanes s' efforce de mieux vendre ses cabanes. Pour soutenir son effort, un emploi supplémentaire a été créé au secrétariat administratif, à Berne. Dans la presse également, ce thème a été abordé plusieurs fois, les journalistes faisant remarquer, entre autres, la difficulté de construire en altitude. Jusque-là, tout va bien. Ce qui me déplaît toutefois dans ces déclarations, c' est leur insistance à déplorer le manque de confort des cabanes du CAS. Il est impératif de se demander quel standard nos cabanes doivent offrir en matière de confort: de plus petits dortoirs, des duvets à la place des couvertures, des douches, des WC modernes, un séchoir pour habits, une salle commune chauffée, etc.? A chaque fois, le pour et le contre est défendable. J' aimerais juste rappeler quelques faits fondamentaux: accroître le confort des cabanes augmentera inévitablement les besoins en eau et en énergie et demandera des installations techniques complexes, qu' il faudra entretenir et amortir. Les frais augmenteront. Pou-vons-nous répercuter la hausse des coûts d' exploitation et de construction sur les visiteurs? Je ne le crois guère, car les taxes de nuitée ont actuellement atteint un seuil douloureux, tout particulièrement pour les non-membres. Plusieurs cabanes subissent en outre la concurrence de gîtes situés à moindre altitude, qui pratiquent des tarifs plus favorables et offrent davantage de confort. Pour le financement, il faudra aussi penser que nous devrons faire face, ces prochaines années, à des frais élevés pour assainir les WC et évacuer les déchets. a

Luciano Pellegrini, ancien chef de cabanes de la section Uto ( trad. ) Pho to :a rc hi ve s Jür g M ey er

Protection de la montagne

La difesa dell' ambiente

Schutz der Gebirgswelt

Feedback