Grands écarts du langage associatif

Grands écarts du langage associatif

« Le bon usage de la langue est un art. » Cela n' est vrai qu' en partie. Comme rédacteur, on est régulièrement confronté à des formulations qui font douter de la concordance entre le message proposé et la forme sous laquelle il est délivré. Les associations sont particulièrement exposées à ce genre de malentendus. Les textes du CAS, association de sports alpins, sont-ils aussi parsemés de telles embûches? Malheureusement oui. Si la description des degrés de diffi -culté de la marche indique par exemple: « Chemin pouvant être invisible par endroits sur le sol », cela peut conduire le lecteur à se demander où le chemin pourrait bien se trouver s' il n' est pas sur le sol. Et pourtant, la redondance peut être nécessaire lorsqu' il s' agit de sécurité. Les textes réexaminés avec soin ont tendance à devenir de plus en plus touffus. La formulation « Ouvertes à tous, les cabanes du CAS sont une occasion de vivre des expériences uniques » est certainement correcte, au moins exhaustive. Mais si elle est trop abstraite, ne risque-t-on pas de la rendre impénétrable au lecteur? La diffi culté se corse lorsqu' à la question: « En tant que membre du CAS, suis-je assuré comme donateur de la REGA ou d' une autre manière? » on se voit répondre: « Les membres juniors et les enfants jusqu' à 6 ans sont inscrits à la REGA comme donateurs. La qualité de membre du CAS ne comporte aucune assurance. » Ce n' est pas la longueur ou la brièveté de la formulation qui sont ici en cause, puisqu' il y a peu de chance que tous les enfants entre 6 et 22 ans soient donateurs de la REGA. Enfi n, il est amusant de lire dans un bulletin d' information: « Les autorités cantonales soutiennent la mise à ban et le balisage de zones de protection du gibier », si l'on sait que le texte allemand prête à des confusions nauséabondes ( le terme allemand « mise à ban » est le même que « déjections » ). C' est aussi la richesse d' un paysage multiculturel, où l'on peut parler des montagnes avec d' étranges écarts de langage, sans pour autant ternir leur poétique beauté.

Christoph Meier rédacteur ( trad. )

LES ALPESRevue du Club Alpin Suisse CAS

Photo: F redy Joss Schinhorn ou Helsenhorn, ce sont des noms qui n' évoquent rien. Mais le Binntal aux trésors minéraux est un paradis de la randonnée, justement parce qu' il n' est pas mis en vedette par des curiosités trop évidentes.

page 17

Des sommités presque anonymes et des pierres

Suggestions de courses

Proposte di gite

Tourentipp

Feedback