Grimper comme les pionniers Clean climbing

La Suisse est le pays de l' escalade récréative: celle qui est assurée au moyen de pitons à expansion. Quelques grimpeurs, en mal d' aven alpine authentique, retrouvent la méthode de l' auto: c' est le « clean climbing », qui vraisemblablement restera un sport de niche 1.

Face à une paroi de granit, dans la région de Piansecco ( val Bedretto ), le guide Daniel Marbacher donne une leçon de physique. Pour une fois, il ne s' agit pas de technique de marche ou de tonus musculaire, mais de kilo-newtons et d' angle de sollicitation. La raison? Les participants au cours veulent apprendre le clean climbing, autrement dit l' escalade sans pitons. Pour cela, il faut savoir évaluer le choc que peut absorber un coin que l'on a posé soi-même, ou la charge de rupture d' un anneau de corde passé autour d' un becquet.

On observe depuis quelques années, dans le monde suisse de l' escalade, une légère tendance à rechercher des voies se prêtant à l' auto. L' école d' alpi Bergpunkt, pour laquelle travaille aussi Daniel Marbacher, est l' une de celles qui propose un cours intitulé « Klettern ohne Bohrhaken » ( escalade sans pitons ). Cette même année, le guide Daniel Silbernagel a publié avec Christoph Blum le guide d' escalade Best of keepwild! climbs, qui décrit des voies propres à l' auto dans les Alpes suisses. Avec son cours « Escalade sportive – milieu alpin », le CAS propose d' en apprendre les techniques de base. Pour Daniel Marbacher, c' est surtout le livre ci-dessus qui a donné en Suisse une impulsion au clean climbing, ayant soudain 1 Une première version de cet article a paru sous une forme légèrement différente dans la Neue Zürcher Zeitung du 2 octobre 2008.

Fissure de rêve dans la voie Motörhead ( 7– ) dans le granit du Grimsel. A condition que l'on maîtrise la pose de coins et de friends. Alors que les massifs-écoles de Suisse sont totalement équipés de pitons, on trouve encore en terrain alpin des voies dont une partie ou même la totalité nécessitent l' auto.

Photo: Rober t Bösch révélé au public une alternative aux voies entièrement équipées de pitons.

Culture suisse de l' escalade

Le clean climbing ( que les Anglais appellent aussi traditional climbing ou brièvement trad climbing ) n' a pas disparu d' Europe au cours des dernières décennies. Par contre, comme l' explique Emmanuel Wassermann, guide et président du conseil d' administration de Bergpunkt, il aurait reculé en Suisse en faveur d' une culture hédonique de l' escalade ( Plaisir-Kletterkultur ). L' assurage au moyen de pitons à expansion est encore mal vu dans de nombreux pays, mais il s' est imposé chez nous. Dans les années 1980, les grimpeurs armés de perceuses ont sillonné les Alpes suisses, et clouté les parois d' escalade de milliers de pitons. Nos montagnes y ont gagné le sobriquet de « patrie des pitons ».

Querelles au pied des parois

Si le clean climbing est considéré en Suisse comme une nouvelle tendance, cela tient à ce que le pitonnage y a trouvé un bon accueil. Il en va autrement aux USA, en Grande-Bretagne et dans les Dolomites, où l' escalade « à cru » a toujours prédominé. La pose de pitons à ex-mage, et que l'on devrait garder à l' esprit la préservation de la diversité des modes d' escalade. Les belles falaises devraient être laissées à l' état naturel si elles le sont encore car, selon Daniel Silbernagel, « il devient difficile de trouver des voies de degré 4 ou 5 qui n' aient pas été garnies de pitons ».

Combien y a-t-il en Suisse de voies d' escalade entièrement disponibles pour l' auto? Daniel Silbernagel en estime le nombre à 200 d' une longueur pansion y donne lieu à des querelles idéologiques au pied des parois. Au Tyrol du Sud par exemple, on a vu souvent des pitons descellés à coups de marteau, ce qui est plutôt rare en Suisse selon Daniel Marbacher. Pourtant, les auteurs du guide d' escalade Best of keepwild! climbs ont constaté que trois de leurs voies clean avaient été pourvues de pitons à expansion peu après la parution de leur ouvrage. Ils considèrent que c' est dom- Les friends ou camalots sont des instruments d' assurage que l'on utilise surtout dans les fissures. Leurs cames mobiles peuvent être resserrées, puis écartées dans une fissure. Ils existent en différentes tailles.

On utilise des coins de taille et de forme différentes si une faille du rocher s' ouvre vers l' intérieur.

L' auto implique de porter beaucoup de matériel et de progresser lentement. C' est une des raisons pour lesquelles il est conseillé de n' aborder en clean climbing que des voies inférieures de deux degrés à ce que l'on est capable d' escalader à vue en massif-école.

Photos: Caroline Fink de corde et 150 à 250 de plusieurs longueurs. La plupart de ces voies, et les plus connues, sont cependant cotées de 6a à 7b, ce qui n' est pas dans les moyens des apprentis clean climbers. L' auteur ajoute qu' il existe encore, surtout au Tessin, des voies clean peu connues dans les degrés 3 à 6a ( il a publié cet été le guide d' esca Ticino keepwild! climbs, toujours avec Christoph Blum ).

Mais qu' est qui attire les grimpeurs vers des parois où ne brille aucun piton? Les intéressés avancent plusieurs raisons: pour Daniel Marbacher, l' expli tient au mélange de liberté, de créativité et d' aventure, alors que Daniel Silbernagel pense à la sensation grisante de se trouver face à une première. L' orga de protection des Alpes Mountain Wilderness met en avant l' exigence de ne laisser aucune trace dans la montagne, et rejoint en cela l' alpiniste de l' extrême Robert Jaspers qui s' engage pour un style d' escalade « épuré ». Christian Jaeggi, directeur de Black Diamond Europe, le plus important fabricant de coinceurs, déclare que le clean climbing est la manière la plus élégante, la plus enrichissante et la plus honnête de grimper.

Pas plus dangereuse en soi

La question de la sécurité ne manque pas de revenir à propos du clean climbing. Mais les voies parcourues en autoassurage ne sont pas en soi plus dangereuses que celles équipées pour l' escalade récréative, selon Daniel Marbacher, qui explique à ses auditeurs de Piansecco qu' un coin tient plus d' une tonne alors qu' une chute en escalade occasionne une charge maximale de 800 kg. S' il y a un problème, c' est dans la pose du coin: placement inadéquat ou mauvaise roche peuvent être une cause d' arrachement en cas de chute, laquelle pourra alors entraîner la cordée. Pour cette raison, Daniel Marbacher recommande aux novices de suivre une solide formation de base en auto-assurage, et d' aborder prudemment l' escalade sans pitons. Il ajoute à ces considérations une épreuve du feu, la chute auto-assurée dans une paroi équipée aussi de pitons à expansion: il faut avoir mis un auto-assurage à l' épreuve de la chute pour y croire vraiment. Cette leçon est illustrée par un participant, qui fait une longueur d' esca puis se laisse tomber pour être retenu, après trois mètres de chute, par un coin gros comme l' ongle du pouce.

10 kN 14

20 kN

Nicht bei allen Modellen zulässig!

Les friends fonctionnent selon le principe du bras de levier. Ils exercent une sollicitation bien supérieure à celle d' un coin: la traction exerce une force deux fois supérieure sur les côtés que dans la direction de traction.

Comme leur nom l' indique, les coinceurs fonctionnent selon le principe du blocage; la force de la chute est exercée contre le bas. Leur placement doit tenir compte des éléments suivants :Choisir une roche compacte.. " " .Lors du placement, tirer fermement le coinceur vers l' arrière.. " " .Le coinceur ne doit être sollicité que dans une seule direction.

Photo: Rober t Bösch Graphiques: villard.biz, extrait de Sports de montagne d' été, Editions du CAS, 2006 Friend posé correctement: sa taille a été choisie pour que la partie moyenne des segments de cames s' appuie contre le rocher. Mauvais choix de la taille du friend: les cames ne s' appuient pas toutes contre le rocher. Le friend glisserait immédiatement hors de la fissure en cas de mise sous charge.

10 kN 14

20 kN

Nicht bei allen Modellen zulässig!

10 kN 14

20 kN

Nicht bei allen Modellen zulässig!

La demande existe, malgré les contraintes

Ce mode d' escalade épuré semble plaire aux sportifs alpins de notre pays, malgré des exigences supérieures à celles de l' es récréative. Le magasin d' articles de sport Bächli Bergsport signale ainsi une augmentation des ventes de coinceurs, et envisage un élargissement de la clientèle des clean climbers selon son responsable du marketing Michael Roth. Le chiffre d' affaires correspondant de la firme Black Diamond, qui vend des coinceurs depuis cinquante ans, suit la même tendance. Christian Jaeggi ajoute même: « Jamais nous n' en avons vendu autant qu' actuellement. » Pourtant, les adeptes du clean climbing pensent qu' il restera une pratique marginale dans la palette des sports alpins. Emmanuel Wassermann est d' avis que les exigences en matière de connaissances techniques et d' entraînement sont trop élevées pour le grimpeur moyen. Ici, les cinq novices du cours se trouvent sous forte pression dans leur première voie. Ce que Claudia Merkel, une des participantes, résume ainsi: « Tu perds courage dans ces parois. » Pour- Dans la voie Herzbaragge à l' arête ouest du Salbitschijen, Turm 4: de telles voies nécessitent une « lecture » très attentive, car il n' y a pas de pitons pour indiquer l' itinéraire à suivre. L' escalade sans assurage fixe est plus intense, et la cordée suivante peut s' imaginer pionnière puisque les assurages intermédiaires ont été ôtés à mesure.

tant, elle partage avec ses camarades une bonne expérience de la montagne. Mais pour venir à bout d' une voie clean de 40 mètres, cotée 4, il leur faudra trois heures pleines. a Caroline Fink, Zurich ( trad. ) Informations pour ( nouveaux ) clean climbers Cours Plusieurs écoles de sports alpins proposent des cours relevant du domaine du clean climbing. Les formations diffèrent par la durée et par les exigences posées aux participants. Le Club Alpin Suisse CAS propose chaque été, sous le titre « Escalade sportive – milieu alpin », un cours dans le domaine du clean climbing. Contact: CAS, 031 370 18 18, www.sac-cas.ch. Le cours « Klettern ohne Bohrhaken » ( escalade sans pitons ) de Bergpunkt, décrit ci-dessus, est organisé plusieurs fois durant l' été. Il est suivi d' un cours de perfectionnement. Contact: Bergpunkt AG, 031 832 04 06, www.bergpunkt.ch Autres offres: www.bergsportschulen.ch Bibliographie Daniel Silbernagel, Christoph Blum, Best of keepwild! climbs, Panico Alpinverlag, Köngen 2006. 48 francs ( description de 66 voies d' escalade en auto-assurage, degrés de difficulté de 4a à 6b, dans 18 régions de Suisse ). Daniel Silbernagel, Christoph Blum, Ticino keepwild! climbs, Topoverlag, Bâle 2009. 39 francs ( description de 60 voies d' escalade en auto-assurage, degrés de difficulté 3 à 6a, dans le versant sud des Alpes ). Adrian Berry, John Arran, Trad climbing+, Rockfax Limited, Sheffield 2007. 57 francs ( manuel de clean climbing, en anglais ) Winkler/Brehm/Haltmeier, Sports de montagne d' été. Technique, Tactique, Sécurité, Editions du CAS, Berne 2006

Alpinisme, randonnées et via ferrata

Gite in montagna e vie ferrate

Feedback