Il va falloir transpirer!

Il va faire chaud et lourd lors des compétitions olympiques d’escalade du 4 au 7 août à Tokyo. Pas de quoi faire perdre son sang-froid à Petra Klingler, qui représentera la Suisse dans la discipline.

Adam Ondra s’entraîne avec le chauffage en été, et il n’est pas le seul grimpeur olympique à qui les conditions météo attendues à Tokyo donnent des sueurs froides. Le site des compétitions, l’Aomi Urban Sports Park dans la baie de Tokyo, se trouve sur une surface d’asphalte, et il n’est pas rare que les températures avoisinent 35 à 40 °C en août. Petra Klingler, championne du monde de bloc en 2016 et déjà qualifiée pour les JO, garde cependant la tête froide. «Nous serons dans une salle climatisée et nous ne devrons sortir que brièvement pour les manches.» De toute façon, la chaleur ne l’a jamais dérangée, précise-t-elle: elle a une «mauvaise peau», comme on dit dans le jargon, qu’il fasse froid ou chaud. «En fait, mes doigts saignent à chaque compétition. Je dois juste apprendre à grimper avec du tape», déclare la grimpeuse.

Le principal: être en forme

Sa stratégie est la suivante: «Mieux vaut s’entraîner plus et être en meilleure forme que passer trop de temps à se soucier de la chaleur.» Au rythme actuel de quelque 30 heures d’entraînement hebdomadaires réparties sur six ou sept jours, il ne reste de toute façon pas beaucoup de temps pour prendre d’autres mesures. «Je vais sûrement m’entraîner en été, éteindre les ventilateurs et courir au soleil», explique Petra Klingler. Toutefois, son objectif principal, c’est d’avoir la meilleure forme possible au moment d’attaquer les Jeux olympiques.

Feedback