Ilots de granit dans une mer de calcaire

Il y a des millénaires, les glaciers ont transporté les blocs erratiques des Alpes sur le Plateau et dans le Jura. Aujourd’hui, ce sont des oasis de biodiversité. On y trouve des mousses, des fougères et des lichens qui, en Suisse, ne vivent normalement que dans les Alpes. Portrait d’un bloc erratique sans nom du canton de Vaud.

Des lichens alpins en plaine

Pour la plupart des mousses, les parois de granit verticales exposées au soleil sont trop chaudes et trop sèches. Comme sur les lointains sommets et arêtes des zones d’où proviennent les blocs erratiques, c’est là que croissent les tripes de roche. Ces lichens typiques des roches siliceuses sont faciles à reconnaître. Leur «corps» est formé d’une fine feuille, dont le centre est attaché au rocher. Le lichen croît de quelques millimètres par année. Ce spécimen de la taille de la main d’un enfant est déjà vieux de plusieurs décennies.

Grimper sur des blocs erratiques

Récemment, de nombreux blocs erratiques ont été «nettoyés» pour ouvrir des lignes de bloc, ce qui entraîne un conflit d’intérêts inattendu. Actuellement, un projet de recherche soutenu par le CAS est en cours sur la biologie de la conservation de la flore des blocs erratiques. Ce projet étudiera notamment l’influence de la magnésie, basique, sur les espèces acidophiles vivant sur les blocs. En cas de question, l’auteur peut être contacté en tout temps: www.zhaw.ch/findlingsflora.

Feedback