Jean-François Cuennet, nouvel entraîneur du Swiss Team. L'expérience au service du ski-alpinisme | Club Alpin Suisse CAS

Jean-François Cuennet, nouvel entraîneur du Swiss Team. L'expérience au service du ski-alpinisme

Jean-François Cuennet, nouvel entraîneur du Swiss Team

Le skieur-alpiniste Jean-François Cuennet est le nouvel entraîneur du Swiss Team. Il a remplacé à ce poste Raphy Frossard, qui s' est retiré après avoir servi la cause du ski-alpinisme durant 5 ans. Conclusion de Jean-François Cuennet après la première saison: il y a beaucoup à faire, mais le travail est très intéressant.

Compétiteur dans l' âme, Jean-François Cuennet a décidé de tout arrêter au niveau de la compétition de haut niveau il y a deux ans. « Professionnellement, je devais prendre plus de responsabilités. » Ainsi, à 40 ans, l' ancien coureur du Swiss Team – qui avoue avoir commencé la compétition « dès l' âge de 14 ou 15 ans par la course à pied, en touchant à des domaines aussi divers que le stade, le marathon ou la course de montagne » – a amorcé un virage. Mais s' il ne se retrouve plus derrière les banderoles de départ des courses du calendrier suisse, il n' a pas pour autant quitté un milieu qui lui a beaucoup apporté.

Disponibilité et coaching « Durant deux saisons, de 1999 à 2001, le Swiss Team m' a donné l' occasion de faire des courses à l' étranger et de participer à des Coupes d' Europe. Ça m' a branché. »

Comme haut fait d' armes, Jean-Fran-çois Cuennet a remporté la Coupe d' Eu avec son partenaire Heinz Blatter. De là à penser se retrouver entraîneur national après le départ annoncé de Raphy Frossard, il n' y a qu' un pas. « Depuis, ma vie a totalement changé », avoue le Bullois. « Mon travail demande une grande disponibilité. Comme entraîneur, on fait beaucoup de coaching. Je m' occupe des sélections, des inscriptions aux courses, j' organise les déplacements. Il faut aussi aller voir des courses, rencontrer des gens. Les contacts avec les entreprises qui nous soutiennent sont fréquents. En fait, je suis le lien entre toutes ces personnes. Je ne m' attendais pas à avoir autant de travail. Mais j' ap ma nouvelle fonction, surtout au niveau des contacts humains qui sont un véritable enrichissement pour moi. »

Au Trilogiski 2003, les équipes du Swiss Team arrivèrent nettement en tête. C' est dans le cadre grandiose des Portes du Dans une équipe de ski-alpi-nisme, il est très important d' avoir des coureurs d' expé au côté des jeunes espoirs: ici, le routinier Pierre-Marie Taramarcaz emmène dans son sillage le talentueux Florent Troillet, et ce, au-dessus de la mer de brouillard qui cache le Chablais et le lac Léman soleil, avec à l' arrière les Dents du Midi, que se dispute cette course Ancien coureur du Swiss Team – l' équipe nationale de ski-alpi-nisme – Jean-François Cuennet est, depuis le début de la saison, l' entraîneur principal du groupe suisse Pho to s:

Gé ra rd Be rt ho ud LES ALPES 4/2003

Un sport qui demande des sacrifices Passé désormais de l' autre côté du décor, Jean-François Cuennet est bien placé pour jeter un regard sur sa discipline et sur les exigences qu' elle comporte. « C' est un sport très difficile, qui demande nombre de sacrifices, une très grande hygiène de vie et de longues heures d' en », estime l' entraîneur national. « Il faut y croire, avoir de la volonté et une grande motivation. Dans le Swiss Team, les athlètes se battent. Ils ont envie de progresser. Le talent est certes nécessaire, mais cela ne suffit pas. On remarque que les meilleurs sont ceux qui s' entraînent le plus, ceux qui soignent les détails. » C' est l' ancien compétiteur qui parle.

Il faut exploiter le potentiel existant Depuis le début de la saison, les membres du Swiss Team obtiennent de très bons résultats à l' échelle internationale 1. Cristina Favre ( Dame, Sion ), et le jeune espoir Florent Troillet ( Espoir, Lourtier ) ont remporté le classement individuel de la Coupe d' Europe alors que Gabrielle Magnenat ( Espoir Dame, Vaulion ) terminait deuxième. Dans le même temps, Jean-Yves Rey ( Homme, Chermignon ) a pris une excellente septième place. Le potentiel existe et Jean-François Cuennet veut le développer. « Nous n' avons pas de complexes à avoir face aux meilleurs Italiens et Français. Tous les membres du Swiss Team doivent y croire. Quand des coureurs gagnent, c' est motivant pour tout le groupe. Et un bon groupe, c' est un atout important pour avancer. D' autre part, du point de vue de la relève, ça peut susciter des vocations. »

Réunir les meilleurs coureurs du pays Son travail, Jean-François Cuennet l' effectue avec le sérieux qui a caractérisé sa carrière sportive. Sa longévité en témoigne. Son poste d' entraîneur implique des responsabilités. « Le but du Swiss Team est de réunir les meilleurs coureurs du pays, de disposer d' un réservoir de compétiteurs, puis de former les équipes les plus homogènes possibles », rappelle le Bullois qui relève l' importance des coureurs d' expérience tels que Taramarcaz, Rey ou encore Masserey. « Nous discutons également beaucoup au sein de la commission Ski-alpinisme, notamment avec Guy Richard, qui est le chef de la relève. Cette saison, afin de maintenir une saine émulation, nous essayons d' intégrer dans le team des athlètes de bon niveau qui ont démontré, par leurs résultats, qu' ils méritaient un certain soutien en attendant une promotion. »

A 42 ans, Jean-François Cuennet manifeste toujours sa soif de progresser. « Dans ce sport, comme dans la vie, c' est la passion qui fait avancer ». C' est ce message que l' entraîneur national transmet à ses compétiteurs. a

Didier Bender, Fully 1 Vous trouverez les résultats du Swiss Team et des manches de la Coupe de Suisse sur le site www.sac-cas.ch Selon Jean-François Cuennet, le ski-alpininisme est « un sport très difficile, qui demande de nombreux sacrifices ». Alexander Hug et Nicolao Lanfranchi terminent la première journée du Trilogiski au sommet du Morclan, en France voisine. A l' arrière, le massif des Diablerets dans les Alpes vaudoises Le ski-alpinisme, un sport où l' esprit d' équipe et la solidarité sont de mise. Christian Pittex, l' homme en forme, porte le sac de son jeune coéquipier Sébastien Wiederseiner

Feedback