Johann Jakob Weilenmann (1819-1896)

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Johann Jakob Weilenmann ( 1819-1896 ) J.J. Weilenmann est né le 24 janvier 1819 à St-Gall. Forcé par la mort prématurée de son père à renoncer aux études supérieures, il s' engagea dans la carrière commerciale. Age de 16 ans seulement, la passion de la montagne, qui le tenait déjà, l' entraîna dans une grande randonnée au cours de laquelle il passa de l' Oeschinental à Lauterbrunnen par le Bundgrat et la Sefinenlücke. En 1836, il gravit en solitaire le Säntis.

Sitôt achevées les années scolaires, Weilenmann part pour New York, puis il va s' établir à Pernambuco ( Brésil ). Il occupe ses loisirs à collectionner et à préparer oiseaux, coléoptères, araignées et autres insectes de la zone tropicale. Plus tard, il eut l' immense plaisir de faire don à l' Ecole polytechnique fédérale de ses inestimables collections, objet de tous ses soins et dans un parfait état de conservation. Peu après 1850, une grave maladie l' obligea à rentrer au pays où il recouvra rapidement la santé.

Alors commence pour lui une carrière alpine qui n' a pas sa pareille. Dans les vingt années qui suivent, ce sont près de 350 sommets et traversées qui témoignent de son activité de grimpeur. Le Valais l' attira tout d' abord. Il y fait de nombreuses courses avec l' avocat Bûcher et Gottlieb Studer. Au retour de l' ascension du Mont Rose, Weilenmann et Bucher proposent au Conseil fédéral de donner au plus haut sommet de ce massif le nom de Pointe Dufour, en témoignage de reconnaissance de l' œuvre cartographique du Genevois. Le conseiller fédéral Stämpfli donna son approbation par retour du courrier. Peu après nous voyons Weilenmann entreprendre seul de longues courses glaciaires dans l' Oberland bernois; puis ce sont les massifs de la Bernina et de l' Adula, les groupes tyroliens adjacents à notre frontière ( Alpes de l' Oetztal ) qui le retiennent. C' est en solitaire que Weilenmann accomplit la plupart de ces ascensions, mais avec une prudence avertie qui ne se relâchait jamais, ce qui lui a valu une large notoriété. Ses courses de l' année 1859 dans le massif de l' Adula » du Güferhorn, et du Rheinwaldhorn après celle de Placidus à Spescha - comptent parmi les plus téméraires, lui-même avouait que c' est presque un miracle qu' il ait échappé à tout accident. Plus tard il fit encore de nombreuses expéditions alpines et réussit plusieurs « premières », entre autres la Crast' aguzza et le Piz Buin avec le chasseur-berger Franz Poil de Mathon dans le Paznauntal.

Lors de la fondation du CAS, Weilenmann fut le premier, après réception de la circulaire de Th. Simler, à lui transmettre la liste des candidats clubistes du canton de St-Gall. En reconnaissance de son activité en tant qu' alpiniste, l' AD de 1886 le nomma membre d' honneur du CAS. Son œuvre écrite, et particulièrement les trois volumes de ses récits Aus der Firnenwelt, lui ont valu la célébrité dans le monde des alpinistes.

Il est mort à St-Gall le 8 juin 1896.Paul Schoch

Feedback