La Bergfahrt change de tête

«Ce n’est pas le malheur qui m’intéresse en montagne, mais le bonheur», affirmait Franz Hohler dans un message vidéo lors de la dernière édition de Bergfahrt organisée par Emil Zopfi début mai à Amden. Bien que cet auteur n’ait pas pu participer à cette manifestation de la littérature de montagne, une lecture tirée de son dernier ouvrage Immer höher a mis en évidence le fait que ses histoires de montagne étaient bien plus empreintes d’observations subtiles que d’événements dramatiques. Nicole Niquille fait partie de ces personnes qui ont eu à faire face à des expériences dramatiques au cours de leur vie, mais qui n’en ont pas fait un drame. Dans un entretien avec l’essayiste de montagne Caroline Fink, le public a pu se rendre compte que la première femme guide de Suisse est toujours pleine d’énergie, bien qu’elle soit depuis longtemps en chaise roulante suite à un accident.

La dernière édition de la traditionnelle Bergfahrt avait pour cadre une exposition de photos et la musique. Elle a rendu hommage à Ernst Reiss et Fritz Luchsinger. Les spectateurs ont pu goûter à un exposé du journaliste tessinois Mario Casella sur son reportage avec des randonneurs à skis à travers le Caucase. Des lectures de jeunes auteurs sur le thème «Immer höher» étaient proposées, ainsi que la première de la pièce Der Weg zum Himmelsgebirge.

D’un jour à un week-end

Le travail acharné d’Emil Zopfi l’a gratifié de moments de bonheur littéraires. L’ensemble des éditions de la Bergfahrt a été salué par des applaudissements mérités. Il a en outre présenté ses successeurs: Maya Albrecht, Caroline Fink, Lieni Roffler et Gian Rupf, ses compagnons de route dans l’organisation de la manifestation. Il en a profité pour annoncer un changement de formule: ce jour dédié à la littérature de montagne deviendra un week-end dédié à la culture montagnarde intitulé Bergfahrt-Festival.

Feedback