«La convention collective de travail s’applique» Conférence des présidents 2015

La convention collective nationale de travail touchera aussi les gardiens de cabane du CAS l’été prochain. Heinz Frei, chef du domaine Cabanes, a expliqué lors de la Conférence des présidents à Bienne que l’obtention d’une dérogation avait échoué à ce jour.

«La fin des cabanes du CAS», a titré la presse de boulevard en septembre dernier avec pas moins de 77 reportages dans la presse écrite et à la radio pour renforcer cet écho médiatique. Motif d’une telle excitation: les cabanes du CAS sont soumises à la convention collective nationale de travail de l’hôtellerie (CCNT), déclarée contraignante par le Conseil fédéral. Cela implique pour toutes les cabanes gardiennées qu’elles doivent obéir aux mêmes exigences en matière de droit du travail que celles qui sont en vigueur pour tout bistrot de plaine: salaires minimum, deux jours de repos par semaine de travail, plafonnement hebdomadaire du travail à 45 heures, pointage et contrôle correct du temps de travail.

Des exigences auxquelles il est souvent très difficile, voire impossible de satisfaire. Prenons un exemple: selon la CCNT, les employés ne doivent pas faire leur pause dans l’établissement. Mais une pause en dehors de la cabane est quasi impensable en haute montagne par tempête de neige ou par températures négatives.

«Intervention politique»

«Pour cette raison, le CAS s’est efforcé d’obtenir une dérogation», a expliqué Heinz Frei, chef du domaine Cabanes au Comité central, lors de la Conférence des présidents à Bienne. Celle-ci aurait dû entrer en vigueur fin septembre 2015, mais c’est alors que la tempête médiatique s’est déclenchée, soit une semaine avant la séance de la commission de surveillance paritaire qui veille à l’application de la CCNT. A l’origine, une intervention du conseiller national UDC Adrian Amstutz. En pleine campagne électorale, il a ébruité au Palais fédéral la colère d’un gardien de cabane. Son intervention a eu pour conséquence l’exercice de pressions sur la CCNT de la part du camp bourgeois.

L’effet auprès de la commission paritaire a été dévastateur. Celle-ci a abandonné le compromis, ceci au plus grand regret du CAS. «C’était une intervention politique et médiatique initiée par un seul gardien de cabane et par un unique conseiller national, a déploré Heinz Frei, nous ne l’avons ni déclenchée, ni soutenue.»

Le Comité central est donc désormais pieds et poings liés. La déclaration de force obligatoire du Conseil fédéral s’applique jusqu’en 2017. Selon Heinz Frei, ce n’est qu’après qu’il sera à nouveau possible de négocier une dérogation, pour autant que la CCNT ait été dénoncée auparavant par les partenaires sociaux. De manière générale, le CAS continue à soutenir la CCNT: «Nous misons sur des négociation pour des cas isolés et clairement définis», affirme Heinz Frei.

Suppressions de postes dans les cabanes

D’ici à l’échéance, le chef du domaine Cabanes espère que les gardiens de cabane trouveront des solutions individuelles. Pour ce qui est des salaires, les exigences sont remplies sans autre. Cela semble plus difficile quant aux heures de travail, secteur dans lequel il est important de disposer de plans de travail précis et de relevés du temps de travail. Dans certains cas, il se peut qu’il faille engager plus de personnel, avec les répercussions financières correspondantes pour les gardiens de cabane.

A mot couvert, une autre solution s’est dessinée lors de la Conférence des présidents: un gardien de cabane a mentionné son intention de ne plus mettre de postes au concours pour la prochaine saison et d’assurer familialement l’entier de l’exploitation de la cabane.

Heinz Frei s’est montré confiant quant à l’obtention d’une dérogation en 2017. Il a annoncé qu’un groupe de travail composé de représentants du CAS et de l’association Cabanes suisses allait étudier les différentes possibilités qui se présenteraient afin de proposer des solutions raisonnables.

La Conférence des présidents en bref

Personnes habilitées à voter

90 présidents présents

Planification annuelle et budget

Adoptés à l’unanimité

Cabanes

Le système de réservations est adopté par les clubs alpins allemand, autrichien ainsi que celui du Tyrol du Sud. Les frais de 100 000 francs sont pris en charge par ces associations. Le système du CAS continue de fonctionner de manière indépendante jusqu’à l’introduction à l’été 2016 du système commun. A ce jour, près d’un tiers des cabanes gardiennées utilisent le système de réservation.

Transformations terminées en 2015

Cabane d’Arpitettaz

Tierberglihütte

Cabane Rambert

Transformation prévue en 2016

Lämmerenhütte

Projet: Agrandissement de la cabane, modernisation de l’alimentation électrique et du traitement des eaux usées.

Frais de construction: 2,56 millions au total. Contribution du fonds des cabanes: 635 000 francs, supplément du fonds des eaux usées de 20 000 francs.

Ski-alpinisme

Le CAS est le partenaire principal de la Patrouille des Glaciers (PDG), dont la prochaine édition se déroulera cette année. La présence du CAS sera renforcée aux courses de ski-alpinisme grâce à un nouveau concept de communication. Le CAS sera ainsi présent avec sa propre tente pour rencontrer athlètes et spectateurs.

Promotion de la jeunesse

Grâce au «Gecko Trophy», le CAS propose une formation uniforme et adaptée à chaque âge pour les enfants et les jeunes. Cette offre est avant tout destinée aux formateurs et aux organisations de jeunes.

Nouveau chef du secteur Sport de montagne

Matthias Baumberger (51 ans) est le nouveau chef du secteur Sport de montagne. Ce professeur de sports diplômé a accompli une formation dans le management d’organisations à but non lucratif. Il a travaillé durant plusieurs années chez Swiss Olympic avant de rejoindre le CAS. Il connaît bien les besoins de notre association, puisqu’il en était l’ancien conseiller auprès de Swiss Olympic.

Suisse Alpine 2020

Grâce au projet Suisse Alpine 2020, le CAS veut rendre accessible sur une plateforme numérique moderne les informations concernant les itinéraires contenus dans ses topoguides. Le calendrier a dû être légèrement adapté en raison de l’ampleur du travail. Si l’Assemblée des délégués du 11.06.2016 accepte ce concept, une offre de quelques centaines de courses de haute montagne, d’escalades en milieu alpin, de randonnées alpines ainsi que de courses à skis et à raquettes verra le jour en ligne en 2018. Pas moins de 20 000 itinéraires doivent être publiés jusqu’en 2019. Le CAS bénéficie d’un cofinancement issu du fonds «Innotour» du Secrétariat d’état à l’économie (SECO). Cette plateforme constitue en effet une contribution importante à la Suisse en tant que destination touristique.

Rendez-vous importants

Assemblée des délégués: 11.06.2016, à Olten

Conférence des présidents: 12.11.2016, lieu à définir

Feedback