La méthode des trois cercles. Ensevelissements multiples dans un espace limité

Ensevelissements multiples dans un espace limité

La méthode des trois cercles

Deux tiers des victimes d' avalanche sont impliquées dans un ensevelissement multiple. Dès lors, il est essentiel que les personnes présentes sachent chercher plusieurs victimes à la fois. Lorsque plusieurs personnes sont complètement ensevelies dans un espace limité, le CAS et Jeunesse + Sport ( J+S ) recommandent la méthode des trois cercles, développée par le Club alpin allemand DAV 1.

Tout amateur de sports d' hiver court le risque d' être enseveli sous une avalanche ou de se retrouver inopinément dans le rôle du sauveteur. La majorité de ces personnes en sont conscientes et s' exercent de temps à autre à la recherche ARVA. Cependant, le plus souvent, ces exercices se limitent à la localisation d' un seul appareil enfoui près de la surface. Selon les chiffres de l' Institut Fédéral pour l' Etude de la Neige et des Avalanches ( ENA ), un tiers des accidents avec ensevelissement complet concernent plus d' une personne. Par ailleurs, deux tiers des victimes entièrement recouvertes par une avalanche sont impliquées dans un ensevelissement multiple. Bien entendu, dans un tel cas, les victimes peuvent se trouver très près les unes des autres. Or, localiser plusieurs ARVA ensevelis à proximité les uns des autres est infiniment plus difficile que de retrouver un seul appareil. Il faudrait absolument s' y exercer régulièrement. En toute franchise, qui d' entre nous fait chaque hiver des exercices de recherche difficiles, simulant un ensevelissement multiple

Histoire des ARVA

Jusqu' en 1994 environ, tous les appareils de recherche des victimes d' avalanche ( ARVA ) étaient analogiques. Si, au départ, la fréquence des signaux émis variait d' un appareil à l' autre, aujourd'hui, grâce à une norme internationale, tous les ARVA utilisent la même fréquence. Initialement, ces appareils fonctionnaient tous selon les mêmes principes. Ils disposaient d' une seule antenne et la méthode de recherche était uniforme. Seuls différaient la portée des appareils et le volume du signal. 1 Sources: Dieter Stopper, Chris Semmel, « DAV-Sicherheitsforschung. 3-Kreis-Methode. », Bergundsteigen 4/2004, pp. 62–65. Kurt Winkler, Hans-Peter Brehm, Jürg Haltmeier, Sports de montagne d' hiver, Editions du CAS, Berne 2006, ISBN 3-85902-242-3. Photos: S tephan Har vey Lorsqu' on commença à employer des microprocesseurs, ce fut le début de développements en pagaille. Les appareils « numériques » sont dotés de deux ou trois antennes réceptrices, ce qui permet une indication visuelle de la direction à suivre. Le volume se règle automatiquement: lorsqu' on est proche d' un émetteur, les signaux émis par des émetteurs plus distants sont atténués de manière à faciliter la localisation d' une première victime.

Conséquences pour la formation

Chaque fabricant a développé sa propre stratégie pour la recherche simultanée de plusieurs victimes. Adaptées à un appareil, les stratégies ne conviennent pas forcément lorsqu' on en utilise un autre. Cela rend la formation difficile, voire impossible. En effet, les formateurs ne peuvent guère maîtriser les finesses de chaque méthode et les fonctions spécifiques de chaque appareil. Une méthode de recherche unique, pouvant être appliquée avec tous les ARVA en recherche simple, s' avérait donc indispensable. Pour avoir des chances de succès, l' utili doit impérativement maîtriser les fonctions de son ARVA et être capable de chercher une seule victime de manière efficace. Il doit également maîtriser la recherche en croix et le sondage systématique. En outre, il doit savoir reconnaître un ensevelissement multiple et pouvoir se déplacer en décrivant des cercles assez précis. La méthode recherchée, quant à elle, devrait convenir à tous les types d' ARVA, comporter des étapes identiques quelle que soit la situation, être facile à enseigner et à apprendre et rester applicable dans une situation de stress.

Ensevelissements multiples

Lors d' un ensevelissement multiple avec une seule personne pour faire les recherches, le sauveteur localise d' abord une première victime. Dès qu' il l' a déterrée, il contrôle ses fonctions vitales, éteint son ARVA et poursuit la recherche à partir du lieu ( marqué au préalable ) où il a quitté le schéma de recherche primaire. Lorsque les victimes sont distantes les unes des autres, les autres signaux n' in presque pas avec la recherche; le sauveteur peut chercher chaque victime individuellement pendant que d' autres personnes, s' il y en a, dégagent les victimes localisées. La méthode des trois cercles est employée justement lorsque plusieurs victimes sont ensevelies Souvent, une avalanche se déclenche à cause d' un subtil changement dans la pente ou dans son exposition Une accumulation de neige soufflée dans un creux et en contrebas d' une bosse, représente un danger particulier dans un espace limité et que plusieurs personnes sont en mesure de contribuer à leur sauvetage.

Développement de la méthode des trois cercles

La méthode des trois cercles, aujourd'hui au point, est l' aboutissement d' un long processus de recherches. Manuel Genswein, spécialiste suisse en matière d' ARVA, a développé la méthode des mi-crobandes de recherche 2 pour localiser plusieurs victimes proches les unes des autres. Sur cette base, les chercheurs en sécurité et l' équipe des formateurs du Club alpin allemand DAV ont développé la méthode des trois cercles, au terme d' essais avec de nombreuses personnes. La commission technique de l' Union internationale des associations de guides de montagne ( UIAGM ) a très bien accueilli cette nouvelle idée. A partir de cet hiver, elle sera intégrée dans les formations de nombreux pays de l' UIAGM. Les formations du CAS et de cadres J+S ont permis de l' éprouver au cours des deux derniers hivers. Sur la base de cette expérience, le secteur Formation du CAS et J+S sont aujourd'hui en mesure de recommander cette méthode pour rechercher plusieurs victimes proches les unes des autres.

La méthode des trois cercles

Lors d' un ensevelissement multiple dans un espace limité, les signaux émis se mélangent, devenant quasiment inextricables. Pour localiser une victime, le sauveteur doit être très près d' elle. Dès lors, le signal de la victime la plus proche devient dominant, permettant au sauveteur de la localiser. S' il se sert d' un ARVA analogique, il doit réduire manuellement la distance de réception en baissant le volume de son récepteur. Ainsi, il évite autant que possible les interférences de signaux plus distants. Les ARVA digitaux mettent automatiquement en évidence le signal d' une victime dont on est proche, atténuant les signaux plus faibles. Cette sélection d' un signal, qu' elle soit acoustique ou numérique, est mise à profit par la méthode des trois cercles. Lors d' un ensevelissement multiple, le sauveteur procède par cercles concentriques à partir de la première victime qu' il a localisée. Ainsi, il trouve chaque fois la victime dont le signal est dominant.

2 Cf. Les Alpes 12/2002 20 m Fin Signal stable lors de la recherche grossière Signaux d' un ensevelissement multiple sur petite surface sont nettement reconnaissables Début Champ d' avalanche 10 m 3 m ( ~longueur de la sonde ) 3 m 10 m non Recherche grossière Largeur des bandes de recherche 20 m Signal stable?

Suivre le signal sur la ligne de champ!

Marquer le point!

Ensevelissement multiple sur petite surface?

oui 3 cercles autour de la première pers. localisée Signal stable? Marquer le point!

3 e cercle terminé Reprise de la recherche grossière 4 1 2 3 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 x x x x = 30 cm x x x La méthode des trois cercles, développée par le Club alpin allemand DAV, permet de localiser plusieurs personnes ensevelies dans un espace limité. Contrairement aux méthodes préconisées par les différents fabricants d' ARVA, elle convient à tous les types d' appareil Gr aphique: màd./ ber gundsteigen Stratégie de recherche en cas d' ensevelissement multiple Graphique: màd./bergundsteigen/Formation CAS Pour permettre de localiser précisément une victime d' avalanche, le sondage doit être efficace et systématique Graphique: màd./Edition du CAS

La méthode des trois cercles: stratégie

Le sauveteur localise la première victime et se rend compte que d' autres personnes sont ensevelies à proximité. Pendant qu' on dégage la première victime trouvée, le sauveteur décrit un cercle d' un rayon de 3 m – environ la longueur d' une sonde – autour de la première victime. Ensuite, il décrit un cercle d' un rayon de 6 m. Le troisième et dernier cercle a un rayon de 9 m. Si un nouveau signal est clairement audible sur l' un des trois cercles, le sauveteur suit ce signal pour localiser la nouvelle victime. S' il n' a pas encore trouvé toutes les victimes ensevelies, il parcourt d' abord les trois cercles en entier et reprend ensuite sa recherche à En s' engageant l' un après l' autre dans les pentes à risque, on évite un ensevelissement multiple en cas d' avalanche Photo: S tephan Har vey Pour être capable de retrouver une victime d' avalanche rapidement, il est impératif de s' exercer souvent. Cela s' applique tout particulièrement à la méthode des trois cercles Photo: Bruno Hasler

Montagnes et environnement

Montagne e ambiente

Berge und Umwelt

partir du point où il avait quitté le schéma de recherche primaire.

Perspectives d' avenir

On trouve déjà sur le marché des ARVA avec trois antennes. Ceux-ci permettent d' isoler par voie numérique les victimes qu' on a localisées et de continuer ses recherches selon les méthodes habituelles. Mais avant que tout le monde soit équipé d' ARVA à trois antennes, un certain temps va s' écouler. Jusqu' à ce jour, la méthode des trois cercles doit être maîtrisée car ses avantages sont manifestes: il s' agit d' une suite d' opérations logique, facile à mémoriser et à enseigner, qui reste applicable en situation de stress. a Bruno Hasler, responsable Formation au CAS ( trad. ) A la montée, lorsqu' on se déplace en groupe, il y a un risque élevé d' ensevelis multiple. Dans les pentes critiques, des distances de sécurité d' au moins 10 m à la montée et 50 m à la descente permettent de réduire ce risque Photos: Bruno Hasler Même une petite plaque à vent peut avoir une issue fatale. Ce type d' avalanche est caractérisé par les blocs de neige compacte qu' on trouve en bas de la coulée

Feedback