Le 1er août à la Gummfluh . L’Hôtel des Mille Etoiles

L' Hôtel des Mille Etoiles

Les feux allumés sur les montagnes sont une tradition de notre fête nationale. Leur fonction originelle de signal a disparu, mais leur force symbolique n' a pas diminué. Ils signifient « quelque chose de particulier » pour tous ceux qui les allument, à la Gummfluh par exemple.

« Que faisons-nous le 1 er Août ?» avait demandé David au mois de juin déjà. La question était superflue puisque la réponse, depuis vingt ans, s' avère toujours la même: « Un feu à la Gummfluh !» Mais cette fois, la situation est légèrement différente. Les enfants sont devenus grands et nous hésitons à les emmener avec nous. Comme le temps est au beau, nous décidons, le jour avant, qu' ils nous accompagneront cette année encore. De fidèles amis se joindront traditionnellement à nous.

Bois et sacs de couchage 1 er Août, à Saanen. Nous déchargeons de la voiture le bois préparé et vérifions les réserves de boisson, car il fait chaud. Notre équipement éveille la curiosité: « Est-ce que vous allez dormir là-haut ?» Oui, et nous avons nos sacs de couchage. De la Hintere Gummalp, lourdement chargés, nous montons vers la Fluh.. " " .Alors que je grimpe une première fois au sommet pour y déposer le bois, ma femme et les enfants attendent nos amis sous la Fluh. Avec leur aide, nous franchissons quelques passages délicats. C' est une satisfaction de voir tout notre groupe en haut, avec six enfants de dix à quatorze ans. Hans, le « préposé au bûcher », se met au travail et empile le bois dans les règles de l' art. Pendant ce temps, les autres se préparent à passer une longue soirée et une nuit à 2500 mètres d' altitude.

En haut, par tous les temps Que n' avons pas vécu ici, en haut? Des couchers de soleil somptueux qui auraient fait autant de cartes postales, du brouillard tellement épais que le feu n' était visible que par nous seuls, la pluie et le froid nous contraignant à redescendre et même, une fois, une tempête de neige nous obligeant à allumer le feu à une heure peu habituelle pour une pareille journée. Nous avons toujours essayé de compter les feux aux alentours. Au début, nous en recensions près de deux cents puis, au cours des années, le nombre s' est réduit. Une question importante nous a toujours préoccupés: « Qui donne le signal de l' allumage du feu? Ceux qui se trouvent sur le Wildhorn, sur l' Oldenhorn ou sur le Sanetschhorn ?» Par nouvelle lune ou temps couvert, nous avons souvent allumé le feu avant la nuit pour pouvoir redescendre avant la complète obscurité. Aujourd'hui, c' est différent car la lune est presque pleine. Nous avons tout notre temps pour faire notre feu et admirer ceux des autres ainsi que les feux d' artifice. Il faudra néanmoins redescendre, car il n' y a pas assez de place pour passer la nuit ici.

Feu et flammes à 2500 mètres d' altitude LES ALPES 7/2002

Hôtel des Mille Etoiles Redescendus à notre campement, nous nous glissons dans nos sacs de couchage et nous préparons à passer la nuit dans cet Hôtel des Mille Etoiles. Il fait plutôt froid. Le vent ne faiblit que lorsque les premières lueurs du jour font pâlir les étoiles. J' aperçois alors un bouquetin qui descend du sommet. Et il n' est pas seul! A peu de distance, une douzaine de bêtes se sont rassemblées. Derrière nous, sur une arête, quatre autres sont alignées comme sur un fil. Aurions-nous occupé leur « dortoir »? J' attrape mon appareil photo pour en garder une image dans l' album de famille. Ils restent tranquillement là, à nous observer. Ce n' est que lorsque des randonneurs monteront de la vallée qu' ils s' en iront. Nous nous mettrons ensuite en route pour redescendre, la tête pleine de souvenirs d' un nouveau 1 er Août sur la Gummfluh. a

Ruedi Meyer, Siselen ( trad. )

Trouvé

– au refuge des bouquetins, section val de Joux, les objets suivants ont été trouvés: 1 corde; 1 réchaud; 1 Therma-rest; 1 tente; 1 piolet léger de ski de randonnée. Ces objets sont à réclamer à Georges Meylan, Pont Neuf 17, 1341 L' Orient, tél.: 021 845 63 21 ou à Michel James, 241 en Vallière, 39570 L' Etoile, tél. et fax: 0033 ( 0 ). " " .3 84 24 82 99, courriel: james@aricia.fr.

– am 1O.5.2002 beim Fleschsee/ Eggbergen ( Kt. Uri ) ein Nokia-Natel. Sich melden bei R. Rohrer, Postfach 53, 6000 Luzern 4, Tel. 041 310 49 55 – am 22.5.2002 im Klettergarten Rotsteini–Breitnollen ob Meiringen leichte Fleecejacke VAUDE, Grau, Grösse L. Sich melden bei Hubert Langsch, Rit-terfeldweg 1d, 3052 Zollikofen, Tel. 031 911 47 76

– am 3O.5.2002 am Klausenpass, Richtung Clariden, Natel Marke Siemens, mit gelber Schale. Sich melden bei Toni Müller, Obflüh, 6465 Unterschächen, Tel. 041 879 13 88

– am 2O.5.2002 an der Rigi-Hoch-fluh, Natel und Uhr. Sich melden bei Josef Cupic, Mühlematt 14, 6020 Emmenbrücke, Tel. 041 280 87 44, E-Mail josefcupic(at)hotmail.com

– am 15.6.2002 auf der Skitour Muttenhorn, Passhöhe Furka, Fotoapparat. Sich melden bei Fritz Kneubühler, Gütschrain 1, 6130 Willisau, Tel. 041 970 38 36

Perdu

– le 16 mai 2002, une peau de phoque, dans la descente du Gamser-chopf sur Siwine ( vallée de Saas ), probablement à la hauteur du bisse. S' adresser à Rafaël Weissbrodt, av. Dapples 32, 1006 Lausanne, tél.: 021 601 08 35 ( répondeur )

Vertauscht

– am 2.6.2002 im Klettergebiet Ueschinen, Sektor Familienroute am Einstieg 1, Kletterfinken Marke 5.10 Newton Gr. 44,. " " .5. Sich melden bei Res Fuhrer, pat. Bergführer + Skilehrer, Tel. 079 667 16 90, E-Mail res.fuhrer(at)fun-way.ch

Trovato

– il 2/4/02 all' Alpe di Dósigia sul sentiero da Motto/Dongio ( Valle di Blenio ) al Simano Orologio. Hans-Peter Wehrlin, casella postale 30, CH-6721 Motto-Ludiano, tel. 091 871 27 30, E-mail: hpwehrlin(at)freesurf.ch

Plus d' une douzaine de bouquetins nous observent Pho to s:

Ru ed iM ey er

Feedback