Le casse-noix ne sauvera pas les arolles

Les forêts d’arolles subissent la pression du réchauffement climatique. C’est ce que montre une étude de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). En effet, contrairement à d’autres végétaux, les arolles se propagent difficilement à haute altitude, car leurs graines ne peuvent pas voler. Elles sont dispersées par le casse-noix moucheté, qui les cache pour en faire des réserves et en oublie une partie. Les changements climatiques n’ont qu’un faible impact sur cet oiseau, qui reste à la limite des arbres. Cependant, si des températures plus élevées permettent à d’autres espèces d’arbres de croître dans les zones occupées par l’arolle, celui-ci subira une pression, car il ne peut pas «fuir» vers le haut. Ainsi, l’écosystème unique des forêts d’arolles pourrait bientôt se faire rare. Selon les auteurs de l’étude, les interactions environnementales pourraient avoir une influence plus importante que prévu sur la végétation au cours du changement climatique.

Feedback