Le Col des randonneurs San Bernardino

Le San Bernardino est situé au cœur d' un haut-lieu de la randonnée. Le village grison du même nom vaut également le détour.

Inspiré de l' histoire du lieu, on admirera également le beau complexe de chemins offrant une vue plongeante sur la vallée du Misox, dominée par le village de San Bernardino. L' automobiliste délaisse généralement ce bourg, mais à tort, car San Bernardino n' est pas acculé en fond de vallée. La terrasse sur laquelle il repose est certes petite, mais elle peut offrir beaucoup. Consciente de cette richesse, l' école secondaire de Roveredo a réalisé un chemin thématique de facture professionnelle offrant une vue étendue sur San Bernardino. Il mène d' abord à travers une forêt de saules clairsemée, puis un premier poste nous livre quelques informations sur l' agriculture de montagne. Objet du poste suivant, le lago Doss, un lac postglaciaire, se prête à merveille à la baignade, si bien que l'on n' y est jamais seul les dimanches d' été en pleine période de vacances. Ceux que cela gêne poursuivront simplement leur chemin jusqu' à ce qu' ils trouvent un banc loin de l' agitation, duquel s' offre une vue plongeante sur la vallée. Un peu plus loin, on atteint le bord du haut- marais de Suossa. Tout au long du chemin thématique, des fontaines aménagées avec soin, et d' où l' eau s' écoule en clapo-tant, ne laissent aucune chance à la soif. Après avoir atteint le lago d' Isola, qui sert de barrage, on peut encore faire un crochet par Caurga et son épicéa-ser-pent, une essence d' arbre très rare en Europe, ou continuer sur les hauteurs du village jusqu' au pont historique Vittorio Emanuele. Les enfants ne sont pas en reste grâce au grand parc de loisirs situé à l' extrémité nord du lago d' Isola, doté d' un intéressant parc d' escalade à cordes.

Le randonneur en quête de solitude trouve également son compte dans la ré-  gion. Entre San Bernardino et Nufenen, une haute vallée l' attend, restée solitaire malgré le tapage médiatique né autour d' elle par le passé: les discussions concernant la construction d' un barrage dans le val Curciusa ont duré quinze ans, jusqu' en 1999, année durant laquelle le Tribunal fédéral aurait dû rendre sa décision, mais les forces motrices du Misox ( Misoxer Kraftwerke AG ) refusèrent d' attendre le verdict de principe. Face aux coûts toujours plus élevés du projet et aux incertitudes dues à la libéralisation du marché de l' énergie, le maître d' ouvrage ne se voyait plus en mesure de poursuivre le projet. Ainsi, en l' espace de quelques années, le val Curciusa devenait, après la Greina et le val Madrisa, le troisième grand projet de centrale hydraulique à être abandonné. Bien que l'on doive finalement le sauvetage du val Curciusa à un calcul économique, il ne faut pas sous-estimer les répercussions qu' a pu avoir l' opposition des associations pour la protection de l' environne et de nombreux citoyens suisses à ce projet. Mais qui parmi eux connaissait ou connaît encore vraiment le val Curciusa? Peu de monde s' aventure du San Bernardino à la Bocchetta de Curciusa en traversant d' abord un paysage de marais, puis en suivant un étroit sentier bordé de fleurs. De là, le chemin fait descendre le promeneur jusqu' à la Curciusa alta par des alpages formant un duvet moelleux, en longeant d' énormes rochers fissurés par le gel. Là, on peut jouir du spectacle offert par le soleil baignant ses rayons dans les bras du ruisseau qui dessine ses méandres dans le sable fin.

Un peu moins solitaires, mais tout aussi attrayants, d' autres itinéraires de randonnée débutent à l' ouest du village de San Bernardino. C' est ici que commence le célèbre sentier alpin du val Calanca, par lequel le randonneur en bonne condition peut atteindre Santa Maria en trois ou quatre étapes, après un passage par le bivouac Pian Grand et la capanna Buffalora. Il est également intéressant de sonder l' extrémité de cette vallée perdue: le Zapporthorn. Vu depuis le col, il a l' air d' une pointe insignifiante en bout d' arête, mais sa taille augmente à mesure que l'on gagne de l' altitude sur l' Alp de Mucia. Il s' agit avant tout de ne pas sous-estimer le couloir situé tout en haut, qui débouche sur l' arête sommitale. C' est l' une des zones que l'on peut classer T6 selon l' échelle CAS pour la randonnée en montagne et PD selon l' échelle pour la randonnée en haute montagne. Il est recommandé de s' encorder et d' emme piolet et crampons. Un casque pourrait s' y avérer très utile. L' effort consenti sur les quelques mètres de varappe en vaut la peine, car la vue ne se limite pas à la longue étendue du val Calanca. Elle plonge également sur la région sauvage de la source du Rhin postérieur et, bien entendu, sur le col du San Bernardino.

Un peu d' histoire sur le «Vogelberg»

Avec les cols du Septimer et du Splügen, le col du San Bernardino, connu autrefois sous le nom de « Mons Avium » ( Vogelberg ou Mont des oiseaux ), comptait parmi les cols alpins privilégiés par les Romains. Après la chute de l' empire romain, les cols rhétiques ne furent redécouverts qu' au XV e siècle pour le commerce. On améliora le passage de la via Mala en 1473, mais les moyens de transport furent limités durant longtemps encore aux mulets et aux chariots attelés. Trois cents ans plus tard, le royaume de Sardaigne souhaita l' aménagement du col comme liaison entre ses ports et le Nord de l' Europe. Rivale des Sardes, l' Autriche, qui régnait alors sur la Lombardie, ainsi que les cantons primitifs intéressés au Gothard, ne voulurent pas en entendre parler et proposèrent l' aménagement du col du Splügen. Grâce à d' habiles négociations, les habitants des Grisons parvinrent à construire, de 1818 à 1823, une route enjambant les deux cols. Pour ce faire, ils bénéficièrent même d' un soutien financier de la part des cours autrichienne et sarde. ( Sources: Silvia Fantacci/Ueli Hintermeister, Val Calanca, Rotpunkt Verlag 2002; Erhard Meier, Kulturwege in Graubünden, Heft 4, Terra Grischuna Verlag 1992 )

Feedback