Le Pilate Typonomie des cimes

L’histoire du Pilate est presque aussi connue que la montagne elle-même. Mais elle est tellement passionnante qu’elle mérite qu’on en fasse une nouvelle fois le récit. Selon la légende, de terribles tempêtes se seraient abattues partout lorsque l’on tenta d’enterrer le gouverneur romain Ponce Pilate. On raconte que, dans l’urgence, on l’ensevelit finalement dans le Pilatussee, situé dans une contrée reculée, et aujourd’hui asséché, où il ne pourrait déranger personne. Si toutefois quelqu’un s’avisait de perturber son repos, cela déclencherait de violents orages. L’ascension du Pilate était de ce fait interdite et sanctionnée d’une amende. Seul l’humaniste Vadian s’y risqua en 1518 et prouva l’absence de risques météorologiques en tentant une telle entreprise. A ce jour, on ne peut cependant pas retracer avec certitude l’origine du nom de cette montagne. Il est issu d’une époque à laquelle on parlait encore une langue romane en Suisse centrale. La solution la plus plausible est qu’il s’agit d’une dérivation du latin «pila», pilier. Cela paraît évident pour cette montagne qui se dresse abruptement. Concevable serait un nom comme «Pilat» qui, parce que devenu incompréhensible, aurait trouvé sa signification grâce à son lien supposé avec le célèbre Romain.

Feedback