L'Everest continue de fasciner les alpinistes. Le printemps 2004 dans les montagnes du Népal et du Tibet

L' Everest continue de fasciner les alpinistes

A l' occasion du 50 e anniversaire de la première ascension de l' Everest, au printemps 2003, un nombre record d' alpinistes s' est hissé vers le sommet. Fait étonnant: un an plus tard, ce nombre a été encore plus élevé. La fascination de l' Everest ne faiblit pas, la bonne organisation et les équipements des expéditions commerciales aidant de nombreux grimpeurs à atteindre le Toit du monde.

De fait, il y a bien eu un peu moins d' équi au printemps 2004 sur les flancs de l' Everest qu' un an auparavant – mais davantage d' alpinistes ont atteint le sommet. Au total, on en a compté 319 contre 260 un an auparavant. Le jour des records a été le 16 mai puisque 61 personnes sont parvenues au point le plus haut de l' iti. Il y a eu malheureusement quelques accidents à l' Everest: sept personnes y ont laissé leur vie, dont cinq en redescendant du sommet.

Des Russes tracent de nouvelles voies Une équipe russe particulièrement efficace est parvenue à tracer une nouvelle voie dans la somptueuse face nord. Ses membres se sont élevés péniblement pendant un mois à travers des passages sans cesse menacés par des chutes de pierres, des couloirs verticaux et des goulottes avant de pouvoir accéder au sommet. Pour redescendre, l' équipe a utilisé la voie normale de la face nord. Au Jannu ( 7710 m ), un sommet de l' est du Népal dans la région du Kangchenjunga, une équipe russe est aussi parvenue à ouvrir un nouvel itinéraire dans la paroi nord, extrêmement raide, appelée encore « Wall of Shadows » ou Paroi des ombres. Auparavant, pas moins de neuf expéditions, dont une expédition suisse, s' étaient cassé les dents sur cette face. Les Russes, emmenés par Alexander Odinstov, ont progressé par équipes pendant des semaines dans cette paroi, parfois à raison de quelques mètres par jour. Le 26 mai, les grimpeurs de tête ont atteint le sommet, suivis par trois autres grimpeurs deux jours plus tard. En 1989, le Slovène Tomo Cesen avait prétendu avoir vaincu cette paroi mais l' exploit est controversé et mis en doute, contrairement à celui des Russes qui ont également réussi à redescendre par cette paroi. Sherpas sur l' Everest La discussion est également ouverte à propos de la performance du sherpa Pemba Dorje. Ce dernier affirme être monté, dans la nuit du 20 au 21 mai, du camp de base au sommet par la voie du col sud en 8 heures et 8 minutes. En 2003, Pemba avait déjà fait sauter le record en montant au sommet en 12 heures et 45 minutes. Son concurrent, le sherpa Lhakpa Gelu, est toutefois parvenu à ramener le temps d' ascension à 10 heures et 56 minutes. Une controverse s' est alors allumée entre les deux hommes et Pemba a tenu à répondre par une nou-

Le Lhotse, dont on aperçoit la face sud ( à droite ), et l' Everest, derrière à gauche avec la pointe de son sommet. Le Toit du monde a attiré, cette année, encore plus de monde que l' année passée Dans la région de l' Everest, que ce soit du côté népalais ou du côté tibétain, les Yaks sont des bêtes de charge qui se contentent de peu et qui sont extrêmement robustes L' aéroport de Lukla, porte d' entrée pour le Khumbu, est entouré de fils barbelés par crainte d' attentats Pho to s: Ch rist ine Kopp LES ALPES 9/2004

La posta dei lettori

Leserbriefe

Courrier des lecteurs

velle ascension. Cependant, il n' a pas été vu foulant le sommet et ses déclarations à propos de la lumière de lampes frontales qu' il aurait vues en regardant du sommet ont été mises en doute; son record est pour l' heure sujet à caution. Il n' y a en revanche pas le moindre doute à propos du record d' un autre habitant de la région, le sherpa Appa 1, domicilié dans le petit village de Thame, dans le Khumbu. Actuellement âgé de 42 ans, Appa est monté pour la 14 e fois au sommet de l' Everest – ce qui est une performance phénoménale. Comme le dit Appa en toute modestie, il ne monte pas au sommet de l' Everest pour battre des records « mais bien pour gagner de l' argent pour sa famille avec le seul travail que je sais vraiment faire ». C' est évidemment là une disposition d' esprit qui n' a rien à voir avec celle de la plupart de ceux qui montent à l' Everest, arrivant en touristes et ne parvenant au sommet qu' en dépensant une quantité considérable d' argent! a

Christine Kopp, Unterseen 2 ( trad. ) 1 Cf. Les Alpes, 5/2002 2 Cet article se fonde sur le compte rendu exhaustif d' Elizabeth Hawley, de Katmandou.

Feedback