Marmotte des Alpes (La -).

I

Fauna e flora :auna und Flora

La Marmotte des Alpes

La marmotte ( Marmota marmota ) est sans doute l' espèce la plus populaire de la faune alpine. En effet, tout promeneur a déjà observé ce sympathique rongeur au détour d' un chemin ou a entendu son cri d' alarme caractéristique. La marmotte est diurne, commune, et dans certains secteurs peu farouche, mais ses mœurs sont mal connues, car une grande partie de sa vie active se déroule sous terre.

Morphologie La marmotte des Alpes est un mammifère appartenant à la famille des sciuridés, comme les écureuils et les spermophiles1. Elle mesure 47 à 57 cm, du museau à la racine de la queue, et son poids, en constante variation, atteint un maximum de 4,5 à 6 kg, au mois de septembre. La queue fait 17 à 22 cm. La fourrure de la marmotte est épaisse et de coloration variable: en général, la tête est grise avec le haut du museau clair, les épaules et le dos brun grisâtre, les flancs et le dessous du corps plus pâles, la queue brune, terminée de noir. L' animal mue une fois par an, en juin-juillet. L' albinisme partiel et le flavisme ( coloration jaune ) ne sont pas rares, par contre l' albinisme total est exceptionnel. La marmotte est un animal fouisseur bâti en conséquence: pattes antérieures puissantes, armées de longues griffes émoussées, oreilles au ras du pelage, vibrisses tactiles, corps trapu, encolure courte, et quatre incisives très développées. Ces dernières, caractéristiques des rongeurs, sont de couleur orangée à leur face antérieure et présentent une croissance continue tout au long de la vie de l' animal; elles s' usent à mesure pour garder une longueur constante. Les pattes ressemblent à de petites mains aux paumes glabres. Il y a quatre doigts aux pattes antérieures et cinq aux postérieures. Les griffes des pattes avant, utilisées pour creu-

La marmotte se déplace soit au pas, soit par bonds successifs, peu rapides. La main a quatre doigts et mesure 6 à 7,5 cm, alors que le pied, long de 8 à 9 cm, possède cinq doigts plus rapprochés ser le sol sont les plus robustes. Le rongeur possède des glandes jugales qui permettent l' identification entre les individus et le marquage du territoire. Lorsqu' elle est effrayée ou inquiète, la marmotte émet un cri strident, sorte de jappement suraigu, qui est perçu par l' oreille humaine à plus d' un kilomètre. Les yeux, placés latéralement, procurent à l' animal une vision quasi circulaire, ce qui lui permet de surveiller son domaine sans avoir à tourner la tête. L' acuité visuelle est bonne.

Habitat Les marmottes habitent les pelouses alpines et les éboulis, en général au-dessus de la limite des forêts et sur les versants à l' adret. Elles vivent en colonies plus ou moins importantes, à une altitude comprise entre 1500 et 2500 m. Chaque colonie est constituée de plusieurs familles vivant en collectivité et possédant plusieurs terriers. En dehors des vagabondages printaniers, les rongeurs se tiennent presque toujours à moins de 100 m'« Petit rongeur proche de la marmotte, à aba-joues volumineuses, qui vit dans les terriers où il entasse des graines. » Petit Robert

\

Les premières sorties des marmottes, au printemps, ont généralement lieu en avril. L' animal, fortement amaigri, a perdu entre 30 et 50% de son poids d' automne! La fourrure épaisse masque cet amaigrissement considérable de leur terrier principal. Celui-ci protège les animaux des prédateurs et des intempéries durant la belle saison, et du froid pendant les six mois d' hibernation. Le terrier est constitué d' une galerie principale longue de 5 à 10 m ( 15 à 20 cm de diamètre ), avec plusieurs chambres garnies d' herbes séchées et des galeries secondaires. Il peut s' enfoncer jusqu' à trois mètres de profondeur. On distingue également des terriers accessoires, sortes de refuges utilisés en cas d' alerte ou lors des déplacements. A l' entrée du terrier, les déblais associés au piétinement, forment un replat terreux dépourvu de végétation. Les rongeurs séjournent souvent à cet endroit pour observer leur territoire ou faire la sieste. La marmotte habite tout l' arc alpin, du sud-est de la France jusqu' en basse Autriche, le massif des Tatras, et a été introduite dans les Pyrénées, le Massif Central, le Jura, les Vosges, les Alpes Slovènes et les Carpates. Les densités peuvent varier entre trente animaux par km2 ( Gran Paradiso ) et quatre-vingts ( Tessin ).

Alimentation, attitudes La marmotte est surtout herbivore, mais elle consomme également des Faune et flore insectes ( coléoptères, sauterelles ), des larves, des vers de terre ou des œufs d' oiseaux. Elle aime en particulier les fétuques, pâturins, trèfles, ru-mex, campanules, orties, crocus, ainsi que les composées et les ombellifères. La marmotte est très adroite pour décortiquer certaines plantes à l' aide de ses petites mains. Elle mange aussi bien les tiges, feuilles, bourgeons et fleurs, que les graines, fruits, racines et tubercules. Elle ne semble pas boire et ne fait jamais de provisions dans son terrier.

La marmotte est particulièrement vigilante, prudente, voire rusée. Dans la station verticale, caractéristique à cette espèce, l' animal repose sur ses membres postérieurs, avec la queue allongée sur le sol, et les membres antérieurs pendant devant la poitrine. Le rongeur adopte cette posture pour s' alimenter et surveiller son domaine, mais aussi et surtout en cas d' alerte. Dans ce dernier cas, il peut passer de l' attitude verticale assise à la position debout, en extension sur les pattes postérieures. Lorsque les Le cri bref et strident de la marmotte n' est pas un sifflement, mais bel et bien un jappement suraigu émis par le larynx: l' animal a la gueule ouverte et la langue en arrière marmottes se rencontrent, elles se saluent en se caressant le museau, et se flairent les joues pour se reconnaître, les glandes jugales devant donner à chacune son parfum personnel. Les marmottes se grattent, se nettoient, et apprécient le toilettage mutuel. Les jeux sous forme de joutes amicales sont pratiqués aussi bien par les jeunes que par les adultes: les protagonistes sont debout face à face et se poussent en se tenant avec les pattes antérieures. Par moment, les animaux se mettent en extension avec la tête rejetée en arrière, la gueule ouverte, et restent un instant figés dans cette position. Les marmottes sont assez agressives et ces jeux peuvent parfois dégénérer en de véritables combats. Les morsures, laissant des cicatrices bien visibles, ne sont pas rares.

Ennemis Les prédateurs les plus redoutables sont l' aigle royal et le renard. Pour le premier, la marmotte constitue la base de son alimentation à la belle saison; dans certaines aires du grand rapace, plus de 70% des proies retrouvées sont des marmottes. Le renard, lui, chasse de préférence au printemps, à l' approche, lorsque le rongeur s' éloigne de son terrier à la recherche de nourriture. J' ai pour ma part trouvé à deux reprises, au mois de juin, des marmottes adultes fraîchement tuées par le canidé. La martre, la fouine, le grand corbeau ou le grand-duc peuvent à l' occasion La station debout est l' atti caractéristique de la marmotte. Elle repose sur les membres postérieurs avec la queue allongée sur le sol et les membres antérieurs qui pendent devant la poitrine Dans la période qui précède l' hi, les marmottes ramassent de grandes quantités de foin sec pour confectionner un nid au fond de leur terrier. Ce foin, transporté dans la gueule ne sert que de litière; il n' est jamais consommé prélever une jeune marmotte, mais cela ne doit pas être fréquent.

Hibernation L' hibernation est le comportement physiologique le plus intéressant chez la marmotte. Au mois de septembre, lorsque les rongeurs atteignent leur poids maximum, ils confectionnent un nid en amassant de grandes quantités de foin au fond du terrier d' hiver. Une seule famille peut ainsi engranger plus d' une douzaine de kilos d' herbe sèche. Ce foin, uniquement destiné à la litière, n' est jamais consommé. Les marmottes de plusieurs terriers d' été se regroupent, se blottissent les unes contre les autres, et se mettent en boule. Les animaux se remisent habituellement au début d' octobre et ressortent dans la deuxième quinzaine d' avril, soit plus de six mois plus tard! Le terrier est bien obturé par un bouchon compact, constitué de terre et de gravier, imperméable à l' air et d' une longueur variant entre un et quatre mètres. La marmotte en pleine léthargie est inerte, raide et insensible. Sa température corporelle, ha- bituellement de 39°C, va suivre celle de l' air ambiant dans le terrier, en se maintenant un ou deux degrés au-dessus. La marmotte hibernante est donc en pleine hypothermie avec une température inférieure à 10°C! Le rythme respiratoire se réduit à une ou deux ampliations pulmonaires par minute, quant au rythme cardiaque, normalement de deux cents battements par minute, il s' abaisse à trente pulsations environ. Ainsi, les animaux dépensent dix fois moins de calories pour leur métabolisme basai, et leur réserve de graisse, de l' ordre de 1200 g au mois de septembre, leur permet de survivre tout l' hiver. Les marmottes se réveillent régulièrement toutes les trois à quatre semaines, peut-être pour vider leur intestin et leur vessie. En principe, les rongeurs ne sortent pas de leur terrier de tout l' hiver, sauf en cas de situation climatique exceptionnelle ( température très douce ).

Reproduction Le rut a lieu environ quinze jours après les premières sorties, c' est à dire au début du mois de mai. Les femelles atteignent leur maturité sexuelle à trois ans et ne font par la suite qu' une portée tous les deux ans. Le mâle est en général monogame.

Les combats sont assez fréquents chez la marmotte. Pendant les joutes, les animaux soufflent, grognent et poussent des cris stridents L' accouplement a lieu dans le terrier. Après une gestation de trente-deux à trente-quatre jours, la femelle met bas deux à quatre petits ( jusqu' à sept ), au début juin, dans une chambre-nid dont elle obture l' entrée avec du foin. Les nouveau-nés pèsent une trentaine de grammes, ont les yeux fermés et la peau glabre. A deux semaines, ils ont la taille d' un rat. Ils ouvrent les yeux le vingt-sixième jour. Les premières sorties hors du terrier s' effectuent à l' âge de trente-cinq à quarante jours. Les jeunes restent à proximité du terrier, et commencent tout de suite à manger des végétaux. En août, ils ont environ la moitié de la taille des adultes. Ils pèsent entre 1 kg et 1,5 kg avant leur première hibernation, et entre 2 et 3 kg avant la deuxième. La corpulence définitive est atteinte à l' âge de trois ans. La mortalité des jeunes est très élevée puisque 30% meurent avant leur première hibernation.

Eric Dragesco, Gryon De la position verticale assise, le rongeur peut se mettre en extension sur les pattes postérieures. Il adopte cette attitude qu' il est en état d' alerte

.ivres / Médias

_ibri / Media

tient, on en restaure même pour amener les visiteurs à se balader tout au long de leurs cours.

D' autres servent encore. L' inven cantonal, en 1993, dénombrait 165 bisses utilisés pour l' irrigation des prés, de vignes, des vergers et des cultures.

Isabelle Daccord, Les Sciernes d' Albeuve

lücher/ Medien

Feedback