Mousquetons de sécurité: points faibles et dangers méconnus

Les fermetures à vis des mousquetons de sécurité, à bague cou-lissante, à « twistlock » ou autre dispositif passaient jusqu' ici pour fiables. Un accident mortel a pourtant montré leurs limites. D' autres cas de mousquetons défaillants ont été décelés.

Accident en Angleterre L' accident s' est produit pendant un « Adventure Course », lors d' un exercice de descente rapide en rappel d' un pont haut de 40 m. Après être descendu à vitesse normale le jour précédent - et pour la première fois de sa vie - un participant choisit de descendre à grande vitesse. Il demanda toutefois qu' on l' assure avec une seconde corde. Mais le moniteur s' y opposa parce que, dit-il, on ne peut pas laisser filer la seconde corde assez vite pour suivre une descente rapide. Il s' agissait aussi de faire en sorte que le participant éprouve quelques sensations fortes. Pour prévenir toute chute, au cas où la corde venait à être lâchée, un moniteur se trouvait en bas pour tendre les deux brins et ar- ni. i Le huit et le mousqueton tels qu' ils se sont placés l' un par rapport à l' autre lors de l' accident qui s' est produit en Angleterre Au tribunal Le moniteur responsable de l'«Adventure Course » fut accusé de lésions corporelles par négligence avec suite mortelle. S' ajoutait à cela le fait que la victime avait demandé une corde de sécurité que le moniteur lui avait refusée. C' est le délégué britannique à la commission de sécurité de I' UIAA2, Neville McMillan, qui fut appelé comme expert devant le tribunal. Ce dernier a déclaré qu' un danger de ce genre, à savoir une pareille ouverture du mousqueton, n' avait jamais été mis en évidence 1 Le présent article a été publié dans les Deutscher Alpenverein Mitteilungen /Jugend am Berg ( 6/97 ). Nous remercions le DAV et Pit Schubert de nous avoir autorisés à le reproduire et d' avoir fourni les illustrations.

2 UIAA = Union internationale des associations d' alpinisme, avec siège en Suisse. Cette organisation mondiale a une commission de sécurité comprenant des délégués de plusieurs pays, notamment la Suisse, l' Angleterre, la France, l' Italie, le Canada, l' Autriche et les Etats-Unis. Actuellement, l' Allemagne en assume la présidence. Cette commission est responsable des normes UIAA, normes actuellement en révision, c'est-à-dire adaptées à l' état des connaissances techniques. Nous reviendrons en temps voulu sur ces nouvelles normes qui - fait à noter - seront plus exigeantes que les normes EURO.

III. 2 jusque-là. Les mousquetons de sécurité à vis ou autre dispositif de blocage passaient pour être sûrs et, par conséquent, une seconde corde n' était pas absolument indispensable. La présence d' une autre personne, au bas du rappel, en mesure d' arrêter la descente par traction sur la corde, était généralement considérée comme une mesure de sécurité suffisante. Le tribunal, en fin de compte, libéra le prévenu.

L' expert a montré devant le tribunal comment le huit de rappel s' est placé dans le mousqueton fermé. Il avait mené, avant l' audience, des essais de mise en charge. Utilisant un mousqueton semblable et le huit de la victime, il dut constater qu' une charge de 1,03 kN ( 103 kgf ) suffisait pour briser la bague de fermeture et ainsi laisser sortir le huit. Comme la victime pesait 98 kg, il suffisait dès lors d' un petit déplacement du poids du corps pour provoquer une défaillance du mousqueton.

Pourquoi seulement maintenant?

Le danger décrit n' existe pas avec tous les mousquetons et tous les huits mais seulement avec certains d' entre eux. L' oeillet du huit doit être assez grand et le doigt de fermeture du mousqueton présenter une forme particulière pour qu' une défaillance puisse se produire lors d' un rappel. C' est sans doute la raison pour laquelle le danger n' a pas été mis en évidence plus tôt.

Autres cas Comme nous n' avions jamais eu connaissance de pareils accidents, nous avons cherché à savoir s' il s' en était produit d' autres ailleurs. Et nous en avons trouvés.

En Allemagne - Dans une salle d' escalade de l' Allgäu, une grimpeuse était assurée sur un huit. Arrivée au deuxième gollot, elle voulut se reposer dans la corde. C' est alors que « le huit est complètement sorti du mousqueton ». Il n' y eut toutefois pas d' accident car le garçon qui assurait était « une armoire à glace » qui parvint à retenir la corde à la force du poignet.

- Lors d' un cours de formation III. 2 et 3 Les mousquetons défaillants. A gauche:cas anglais; à droite: cas de la salle d' escalade de l' Allgäu d' un groupe d' intervention antiterroristes qui s' exerçait à la descente rapide en rappel, troiscas d' ouverture de mousqueton « twistlock » se sont produits ( cf. ill. 4 ). Les chutes ont été évitées grâce à un assurage par une seconde corde.

- En 1996, dans un jardin d' escala de Souabe, un grimpeur descendait en rappel. A peine parti, il remarqua une diminution de la traction sur son cuissard. Peu après, c' était la chute. Il eut le réflexe de se tenir des deux mains à la corde. C' est ainsi qu' il parvint à transformer sa chute en descente rapide, quoique au prix de graves brûlures aux deux mains, à certains endroits jusqu' à l' os. Le huit était resté en haut sur la corde. La bague de fermeture du mousqueton de son cuissard avait été brisée.

D' autres cas encore...

Nous avons été informés par le plus important fabricant de mousquetons, l' entreprise Kong ( Italie ), de quatre autres cas:

- Aux Etats-Unis, lors d' un rappel effectué de nuit. Une plainte a également été déposée. Mais le juge, parce que la victime avait voulu grimper de nuit, a estimé que l' accident était la IM. 4 Un des trois mousquetons dont la bague s' est brisée lors de l' entraînement d' un groupe d' intervention antiterroristes. On voit nettement la partie cassée de la bague de fermeture Sécurité, médecine, sauvetage 111.7.

Le huit commercialisé par Mammut avec sa pièce élastique de maintien III. 5 et 6 En haut à gauche: position correcte du huit lors d' un rappel. Le mousqueton doit être mis en charge dans le sens de la longueur uniquement. A droite, sécurité maximale: deux mousquetons parallèles mais opposés conséquence d' un risque pris délibérément. Il a en conséquence abandonné la procédure.

- Trois cas lors de sorties en bateau à voile. Les mousquetons avaient été utilisés pour s' attacher à un cordage. Heureusement, pas de suites sé- rieuses: dans les trois cas, les personnes concernées sont simplement tombées à l' eau.

Mesures de prévention Rappel: n' utiliser le mousqueton que longitudinalement Avant de se lancer dans le rappel, prendre toujours garde à positionner correctement le huit dans le mousqueton, de façon à ce que la traction s' exerce dans le sens de la longueur ( cf. ill. 5 ). Il est très important, si l'on s' arrête pendant le rappel, de vérifier avant de repartir si le huit est dans la bonne position. S' il ne l' est pas, il y a danger.

Assurage: vérifier la position du mousqueton Prendre garde également, lors d' un assurage, à positionner correctement le huit dans le mousqueton. Bien que jusqu' ici un seul accident ait été rapporté, le danger paraît plus grand lors d' un assurage que d' un rappel car c' est justement au cours d' un moment d' attente que le huit peut venir appuyer contre le doigt de fermeture du mousqueton sans qu' on s' en rende compte.

rega ^

enee Comment améliorer la sécurité Suivre les recommandations ci-dessus n' élimine pas tout risque. Il existe toutefois des méthodes absolument sûres, même si elles sont un peu moins commodes.

Rappel: utiliser deux mousquetons Utiliser deux mousquetons parallèles mais avec ouvertures opposées ( cf. ill. 6 ). Malheureusement, l' œillet de nombreux huits est trop petit pour laisser passer deux mousquetons. Vérifier lors de l' achat que l' œil a un diamètre d' au moins 25 mm, puis toujours garder le huit et ses deux mousquetons au baudrier.

Assurage: fixer le huit dans le mousqueton Fixer le huit dans le mousqueton à l' aide d' un élastique ( cf. ill. 7 ). La maison Mammut a commercialisé un huit avec une pièce de plastique ( cf. ill. 8 ) qui permet de le maintenir toujours dans la bonne position.

Les normes La commission de sécurité de l' LJIAA s' est penchée, lors de sa der- Dès janvier 1998, il fabriquera toutes les bagues de sécurité de ses mousquetons avec un aluminium à résistance doublée. Ces bagues seront reconnaissables à leur inscription « 7075 ».

Pit Schubert, Munich ( trad. )

De l' emploi correct des mousquetons

Le mousqueton est l' un des points les plus faibles de l' en assurant la sécurité qu' il est mal orienté ou qu' il est employé sans tenir compte de ses caractéristiques ou de sa fonction originelle.

L' auteur de l' article qui précède. Pit Schubert, souligne clairement que les mousquetons ne doivent être mis en charge que tournés dans le sens de la longueur et qu' il s' impose de toujours contrôler leur position. Les valeurs de résistance indiquées sur les mousquetons se réfèrent exclusivement à une position optimale et longitudinale. En pratique, ceux-ci sont chargés de manière défavorable bien plus souvent qu' on ne le pense, par exemple lorsqu' on emploie des sangles de plus de 30 mm de largeur ( d' ailleurs peu commodes en alpinisme ) ou qu' on accroche plusieurs mousquetons dans un gros mousqueton d' assurage.

Il est indispensable de n' utiliser les mousquetons que dans le but pour lequel ils ont été conçus. Trop souvent, en effet, les mousquetons en aluminium destinés aux alpinistes et grimpeurs sont utilisés pour n' impor quoi. Les mousquetons d' assurage par demi-nœud d' amarre ( DNA ), avec leur forme de poire, sont idéals pour le DNA et ils ne devraient pas être utilisés pour tenir des charges suspendues à plusieurs autres mousquetons. Il est indispensable de chercher des solutions adaptées toutes les fois que la mise en charge de mousquetons est systématique et très fréquente, par exemple dans les domaines du sauvetage, des transports aériens, d' activités professionnelles ou encore de loisirs « à émotions fortes ». Cela signifie qu' il faudra utiliser des mousquetons en acier ou d' une forme particulière, par exemple avec un œille-ton qui interdit le déplacement de la corde.

Albert Wenk, commission de sécurité de l' LJIAA ( trad. ) III. 8 Pour l' assurage: un huit maintenu en place dans le mousqueton au moyen d' un anneau élastique nière réunion, l' été dernier à Prague, sur ce point faible des mousquetons. La proposition a été faite d' étudier la question. Un examen n' est toutefois pas suffisant tant qu' on n' exige pas des valeurs de résistance adéquates. Pour ce faire, des expériences doivent être entreprises et les valeurs exigibles ne doivent en effet pas amener à réaliser des bagues de blocage trop épaisses, trop lourdes ( acier ) ou trop coûteuses ( traitement de durcissement ). Il s' agit d' optimiser les caractéristiques techniques exigibles. Le fabricant anglais de mousquetons DMM a depuis lors pris des mesures.

labanes et bivouacs

tifugi e bivacchi

/on Hütten und Biwaks

Feedback