Nouveau but d’excursion: la cabane de l’Helvetia Club L’exposition du CAS au Musée alpin suisse

L’Etat fédéral suisse existe depuis 1848, le Club alpin suisse depuis 1863. L’exposition Helvetia Club au Musée alpin suisse expose les diverses manières dont un pays et une association ont écrit l’Histoire, reflétant et influençant réciproquement leurs destins respectifs.

«Les entreprises d’exploration alpine ont été considérablement soutenues et systématisées par le Club alpin suisse.» C’est ainsi que s’exprime Karl Dändliker dans un livre d’histoire de 1904, alors que le CAS ne compte encore que 41 ans d’existence.

Le CAS a une histoire, et c’est aussi toute une histoire. En effet, on a beaucoup écrit à son sujet d’une part, et il a contribué à écrire (et surtout à refléter) l’histoire de la Suisse d’autre part.

 

L’histoire de l’identité suisse

Ce reflet de l’histoire de la Suisse représente le dispositif de fond de la nouvelle exposition culturelle et historique Helvetia Club, récemment accrochée aux cimaises du Musée alpin suisse. Les auteurs de l’exposition ont choisi pour thème l’aphorisme: «Le CAS est une pièce importante de l’histoire de l’identité suisse.» Avec un regard sur l’Helvetiaplatz et sur le Palais fédéral, Helvetia Club reflète sous forme d’une cabane stylisée ce rapport entre l’histoire de la Suisse et celle de l’alpinisme. Accueilli par un drapeau flottant, le visiteur pénètre d’abord dans la salle commune, puis traverse la cuisine de la cabane pour gagner la grande terrasse panoramique. Il monte ensuite dans le dortoir, passe dans la chambre des femmes et finit dans le local du club.

Chaque partie de cette exposition est focalisée sur certains thèmes matérialisés par des objets, des textes, des documents, des postes interactifs, des histoires individuelles se rapportant à des événements ou aventures vécus en montagne ou dans le cadre du CAS. Bien des choses à voir, beaucoup à jouer et bien sûr matière à réfléchir. En revenant sur le passé, l’Histoire implique toujours une réflexion, ce qui par ricochet aiguise le regard sur le présent.

 

D’abord réservé à une élite

Lorsque 35 hommes se réunirent le 19 avril 1863 au restaurant de la gare d’Olten pour fonder le Club alpin suisse, ils ne pensaient certainement pas contribuer à écrire l’Histoire. Ce qu’ils voulaient, c’était «mener pour une action servant le bien de la patrie». 15 ans après la fondation de l’Etat fédéral libéral, ils faisaient partie des forces qui voulaient faire avancer la Suisse. Ils étaient solidaires de ce mouvement «patriotique» dont témoigne un passage de l’Allgemeine Schweizerische Militärzeitung de 1886: «Lorsque se tendent les unes vers les autres les mains des officiers et des sous-officiers, des chanteurs, des gymnastes et des tireurs, de ceux qui œuvrent dans les écoles et dans la presse, de ceux qui représentent les forces utiles de la société, de l’Association du Grütli et du Club alpin, lorsqu’ils appellent ensemble et dans chaque foyer au sens patriotique des jeunes et des vieux, leurs modestes contributions individuelles permettront de réaliser un mémorial de la bataille de Sempach, sous la forme d’une Fondation suisse Winkelried plus belle que ce que nous pourrions réaliser par nos propres moyens.»

La conquête des Alpes fait partie de la nouvelle identité suisse cimentée par la mythologie; elle a été rendue possible entre autres grâce aux prestations cartographiques pionnières du CAS. Les Alpes n’étaient pas qu’un objet de conquête sportive ou d’études géographiques et géologiques, elles étaient aussi au cœur de la nouvelle mythologie de l’«Etat alpin». Les fondateurs du CAS se considéraient exclusivement comme membres d’une élite bourgeoise et principalement citadine. On était encore loin du temps où le CAS deviendrait le reflet de la société des loisirs

 

L’hélicoptère, source de conflits

L’avènement de la société des loisirs ouvre des champs de tension. Dans la salle «Hodler», la problématique de la durabilité est présentée à l’exemple de cinq cabanes où sont illustrés l’approvisionnement d’énergie et d’eau ainsi que la gestion des déchets. Dans les débats actuels au sujet du tourisme héliporté, les sections urbaines du CAS et les sections alpines adoptent des positions radicalement différentes.

Dans la salle commune, il est question d’autres sources de conflits. Par exemple, on se remémore les années 1920, lorsque le CAS prit explicitement ses distances avec l’idéologie des Amis de la nature, qui étaient liés au mouvement ouvrier. Cela aboutit en 1923 à ce que, chacun pour soi, le CAS et la socialiste Unione Ticinese Operai Escursionisti (UTOE) construisirent leur propre cabane au Rheinwaldhorn, à quarante minutes l’une de l’autre. La lutte des classes avait gagné la montagne, avec pour les Amis de la nature le slogan: «Berg frei!» – la montagne pour tous, et pas seulement pour une élite.

 

Le CAS et les femmes

Une section spéciale d’Helvetia Club est consacrée à la question féminine: c’est la chambre des femmes. Pour une bonne raison: dès 1907, l’admission au CAS leur avait été explicitement refusée. Selon l’association, les femmes «hommasses» n’apporteraient que perturbation dans les cercles masculins. Les femmes créèrent alors en 1918 leur propre association, le Club suisse des femmes alpinistes (CSFA). Celui-ci allait prospérer jusqu’en 1979/80, lorsque prirent fin la séparation des sexes et la discrimination au CAS. De nouveau, on peut y voir un reflet de la situation en Suisse où le droit de vote ne fut accordé aux femmes qu’en 1971. Et maintenant? Lorsque l’on parle de «clubistes», est-il aussi question des femmes?

L’exposition Helvetia Club donne à voir et à méditer toutes ces choses et bien d’autres encore. Elle prend fin dans le «local de club» où l’on peut contempler des photographies de (presque) tous les locaux de club de la Suisse. C’est une vision de la topographie d’un pays qui doit toujours réinventer son identité. Le regard pénètre aussi dans les restaurants et salles communales où se trouvent les «Stamm» et les salles de séances. Tout un univers où l’on retrouve la Suisse comme on pensait la connaître.

L’exposition

Helvetia Club. La Suisse, les montagnes et le Club alpin suisse, du 20 avril 2013 au 30 mars 2014, Musée alpin suisse, Helvetiaplatz 4, Berne. Horaires d’ouverture: du mardi au dimanche, 10-17 h, jeudi jusqu’à 20 h.

www.alpinesmuseum.ch

Le livre du 150e

L’exposition du 150e au Musée alpin se présente sous la forme d’une cabane de montagne de deux étages, et le livre Helvetia Club comme un livre de cabane (grand format: 24 × 32 cm). Il contient des chiffres, des faits et de nombreuses illustrations rappelant l’histoire et les histoires du CAS, des anecdotes et des regards vers l’avenir. Il est couronné de 35 portraits grand format de clubistes actuels, âgés de 10 à 100 ans.

Daniel Anker (éd.), Helvetia Club. 150 ans du Club alpin suisse, Editions du CAS, Berne 2013. Prix: 49 francs (39 francs pour les membres du CAS)

Feedback