Père et fils. D'autres envies, d'autres idées

Père et fils

Les montagnes revêtent aux yeux d' un enfant un attrait autre que pour les adultes, qui les envisagent rationnellement. Il arrive donc que leurs envies soient différentes. Mais on peut leur trouver quand même un dénominateur commun.

Concrètement, le chemin de la cabane Planura à la cabane Fridolin représente pour le père un passage obligé mais plaisant, qui va ouvrir de nouvelles perspectives à une journée d' excursion. Le fils en revanche apprécie les charmes de l' envi proche: pourquoi marcher si longtemps quand on peut jouer partout et à tout moment? Pourquoi, le but à peine atteint, le quitter à nouveau, alors que ce coin de pays offre tout ce que son cœur peut désirer? Ce serait tellement mieux de rester sur place et de laisser libre cours à son imagination, ici et maintenant.

Tant que les chaussures glissent sur un névé, que les jambes trottent sur des pentes d' éboulis poussiéreux, que les pas foulent l' herbe, que les yeux dénichent la cachette d' un edelweiss ou qu' un torrent bondissant nous accompagne, tout va bien. Mais le soleil impitoyable et la première montée rompent l' enchantement. « J' ai plus envie », rouspète le gamin. Or, notre but, la cabane Fridolin, est encore loin et la marche sera longue et pénible. Il s' agit donc de motiver l' enfant et d' avancer en adoptant comme devise « hâte-toi lentement ». Les collations font diversion, tout comme les histoires que je commence à raconter. On marche à l' imaginaire Je ressors de vieilles histoires que l' audi connaît maintenant mieux que le narrateur, et qu' il corrige donc sans pitié. Le père emmène ainsi son fils jusqu' à la prochaine bosse, en contant des histoires dont il ne se souvient plus très bien. De temps à autre, des phénomènes naturels rencontrés en chemin permettent de lancer de nouveaux récits, neufs et encore ouverts. Nous marchons sur le cône d' éboulis gris et désolé de l' éboulement du Tödi. Le terrain est couvert de pierres aux arêtes vives. Des serpentins entrelacés décorent souvent la surface de la pierre. Nous cherchons à en expliquer l' origine, la formation. Aucune limite

Le dinosaure de Sämi explore le terrain près du Bifertengletscher Sämi raconte la « légende des serpents » dans la région de l' éboulement La « Röti » sous le Tödi, entre Obersand et Ochsenstock. Le chemin traverse le nouveau paysage formé par l' éboule de 1965 Pho to s:

Feli x O rt lie b

Feedback