Petit historique de l'escalade de compétition La résine artificielle, synonyme de progrès

Cette année, l' élite mondiale se réunira deux fois sur le territoire suisse: pour l' escalade de difficulté à Schlieren, près de Zurich, et pour la compétition de bloc à Grindelwald. Il y a une vingtaine d' années, les premières épreuves internationales se déroulaient dans l' agitation, sous les protestations des athlètes et du public. Aujourd'hui, l' ambiance est plus posée mais les compétitions ont gardé tout leur piquant.

Les 15 et 16 juin, 150 athlètes issus de 24 pays s' affronteront au centre Gaswerk, près de Zurich. Lorsqu' ils parcourront les parois, accrochés à des prises microscopiques, les grimpeurs devraient tenir en haleine près de 1200 spectateurs – un nombre considérable pour une discipline aussi jeune.

En effet, la première compétition européenne officielle eut lieu sur une falaise naturelle, à Bardonecchia ( I ) en 1985. Pour créer des voies de la difficulté souhaitée, on avait collé des prises et taillé des marches... L' évaluation ne se bornait pas au niveau de difficulté et au temps: un jury décernait des notes pour le style d' escalade. On s' aperçut bien vite que ce type de compétition confrontait les participants à des conditions par trop inégales, car sujettes aux influences extérieures. En outre, le nombre croissant de spectateurs posait des problèmes d' ordre écologique. On s' accorda donc à déplacer les épreuves sur des murs artificiels, ce qui fut fait pour la première fois à Lyon en 1987. Le Championnat du monde organisé la même année à Grenoble plaça la barre très haut. L' ambiance fut loin d' être paisible: tant les athlètes que le public véhémente contre le manque. Cet extrait d' un bulletin mensuel de 1988 permet de s' en faire une idée: « Mais il est devenu patent que ces championnats seront toujours émaillés de contestations, de réclamations et de décisions douteuses, tant que l'on ne parviendra pas à fixer des règles claires, précises et compréhensibles par tout le monde ( y compris par les spectateurs !). » 1

En Suisse, l' escalade sportive sur paroi artificielle prit son envol dans une salle de gymnastique bernoise: le Club alpin académique de Berne ( AACB ) fut le premier à organiser annuellement, dès 1986, des compétitions d' escalade à grande échelle. En 1992 et 1993, les premières épreuves de Coupe du monde furent organisées au Hallenstadion de Zurich. Depuis lors, le nombre des compétitions internationales a quadruplé. Si, en 1992, on en comptait onze, le calendrier international en regroupe aujourd'hui une petite quarantaine. L' augmentation du nombre de rencontres est dû non seulement à la popularité croissante de la discipline, mais aussi à une spécialisation accrue. Aux disciplines traditionnelles, difficulté et vitesse, se sont ajoutées en 1998 les compétitions internationales d' escalade de bloc ( sans corde, avec crash pads ). De plus, depuis 1996, des compétitions sont organisées spécifiquement pour les jeunes ( European Youth Cup ). Outre les épreuves officielles faisant partie de la Coupe du monde, dont les participants sont désignés par leurs associations nationales, il existe des Masters ( p. ex. à Arco ). Pour ces évènements, les organisateurs invitent les athlètes de leur choix.

Le niveau, lui aussi, a énormément évolué. Il y a 10 ans, certaines grimpeuses gagnaient une place sur le podium d' une épreuve nationale en grimpant du 7a+. Aujourd'hui, en Suisse, c' est le niveau atteint par les filles U14 ( « Minimes » ). Sans le développement massif des infrastructures, l' escalade sportive n' aurait pas pu connaître pareil essor. Les premiers organisateurs se débrouillaient comme ils pouvaient avec des murs improvisés ou des structures fixes en béton. Aujourd'hui, ils ont accès en Suisse à de nombreuses salles d' escalade privées.

Aujourd'hui, grâce au CAS, notre pays dispose d' un programme solide d' en à la relève et à l' escalade sportive. La porte a été ouverte en 1994, lorsque, après un long processus de réflexion et des discussions animées, le CAS a inscrit l' escalade de compétition dans ses statuts. Après des années de travail assidu, l' heure est venue d' en récolter les fruits. L' association faîtière des sports de compétition, Swiss Olympic, a classé l' escalade en catégorie 2, ce qui va de pair avec un soutien financier substantiel. Actuellement, quatre grimpeurs suisses font partie du Top Ten mondial: Cédric Lachat, Daniel Winkler, Alexandra Eyer et Matthias Müller. Ils suivent les traces de pionniers comme Susi Good, seule Suissesse championne du monde, un titre qu' elle a gagné en 1991 déjà. Le fait que deux épreuves importantes se déroulent cette année en Suisse illustre lui aussi l' importance croissante de l' escalade dans notre pays, et récompense le travail fourni par le CAS. Les compétitions internationales sont une plateforme qui permet au CAS de communiquer à un large public les valeurs qu' il défend. Car compétition rime ici avec fair-play, plaisir et esprit d' équipe. Un programme qui met au défi non seulement les grimpeurs, mais aussi les organisateurs et ceux qui les aident. a Rachel Kernen, commission technique d' escalade sportive du CAS ( trad. ) Un exploit inégalé: à ce jour, Susi Good est la seule Suissesse à s' être classée championne du monde. C' est à Francfort, en Allemagne, qu' elle a réussi cet exploit à l' âge de 25 ans.

Les coupes du mondes en suisse

Coupe du monde de bloc 2007, Grindelwald

Tour de qualification Messieurs: vendredi 2 juin, 9 h-15 h; Dames: 16 h-20 h. Finales: samedi 3 juin, 9 h-11 h 30 et 19 h-20 h 3O. Les épreuves se dérouleront en plein air, sur la Bärenplatz. Pour plus d' infos: www.eigerlive.ch/cms/ front_content.php?idcat=83

Coupe du monde de difficulté 2007, Gaswerk, Schlieren

Vendredi 15 juin, 9 h-13 h: qualifications Dames; 14 h 30-17 h 30: qualifications Messieurs; 19 h-22 h: demifinale Dames. Samedi 16 juin, 11 h-14 h: demi-finale Messieurs; 18 h 45-20 h: finale Dames20 h-22 h: finale Messieurs. Vente des billets au centre Gaswerk. Pour plus d' infos: www.kletterzentrum.com

Coup d' envoi: le premier Championnat du monde officiel en salle s' est déroulé à Grenoble, en 1987. Les arbitres étaient suspendus sur les côtés de la paroi pour pouvoir mesurer la hauteur atteinte par chaque athlète. 

Grimpeur: l' Autrichien Gerhard Hörhager Infrastructure: la Haute école de Constance, en Allemagne, a inauguré en 1989 un des plus grands murs artificiels de l' époque, conçu par Urs Gebauer, Hanspeter Sigrist et Lorenz Radlinger 

Photo: Etienne Gr oss Photo: Etienne Gr oss 

Feedback