Portfolio des Alpes: Nicolas Sedlatchek Aller là où l’œil n’est jamais allé

Le drone a bouleversé la vie de Nicolas Sedlatchek. Son métier, c’était l’architecture. La photo n’était pour lui qu’une passion assouvie en amateur, au même titre que l’escalade, la highline ou l’aéromodélisme. L’avènement du multicopter a été le déclencheur. En y fixant ses appareils photo, le Sédunois se libérait de la pesanteur et s’offrait d’un seul coup des points de vue inédits. «Avec le multicopter, tu vas où l’œil n’est jamais allé.» Mais la liberté offerte n’est rien sans la rigueur du photographe: «D’en haut, tu vois tout et tu peux tout embrasser, mais c’est le détail qui fait la différence.»

Si le travail de Nicolas Sedlatchek fait la part belle à l’architecture, la highline et l’escalade, il se diversifie au gré des commandes qui le font sillonner le Vieux Pays, son terrain de jeu. Avec la démocratisation de la prise de vue aérienne radiocommandée, l’effet de surprise des débuts s’est estompé. Le drone garde malgré tout sa place dans l’univers du photographe de 34 ans. Nicolas Sedla-tchek a compris que la clé du succès résidait dans l’adéquation de l’outil à la finalité de l’image. En d’autres termes, il a su garder les pieds sur terre.

Feedback