Préserver et développer

« La quête d’authenticité et de tradition est en augmentation. » « Les sports de plein air sont devenus un style de vie. » « Seules les marques puissantes sont prises au sérieux dans la jungle d’Internet. » « Les consommateurs attendent toujours plus de prestations pour de moins en moins d’argent. » « Le vélo, la randonnée et la natation sont les sports préférés en Suisse. » « Les changements climatiques rendent les Alpes de plus en plus attractives. »

Ces déclarations sont issues d’une analyse de milieu effectuée par Luc Boll en 2011 à propos des cabanes du CAS. Dans le cadre de son travail de bachelor à la Haute école de Lucerne, il a mis en évidence le large spectre d’évolutions et de faits qui caractérisent notre monde globalisé. C’est aussi bien sur eux que sur les questions de transformations, de standards de confort, de financement des constructions, de l’entretien et de l’exploitation des cabanes qu’il s’agira de se pencher dans le cadre des débats autour de la stratégie des cabanes et de celle de notre association.

Cependant, il faut placer les hôtes des cabanes au centre des discussions. Comment jugent-ils l’offre et les infrastructures ? Quels sont leurs besoins et leurs attentes quant à une cabane ? Qu’est-ce qui leur importe le plus lors de leur séjour en cabane ? Les réponses à ces questions se trouvent dans le sondage des clients des cabanes effectué en été 2010, dont vous trouverez les résultats les plus importants en page 34.

Qu’on se le dise, la grande majorité des hôtes est satisfaite de la qualité, du standard de confort, ainsi que du rapport qualité-prix. Il existe cependant un potentiel de développement en matière d’équipement en moyens de communication électroniques, de grandeur des cham­bres ou d’installations sanitaires. D’autre part, plus de la moitié des sondés sont prêts à accepter un prix des nuitées plus élevé contre un peu plus de confort.

Pour conclure, je dirais que les cabanes sont la vitrine du CAS et qu’elles demeurent des hébergements de montagne. Une adaptation en douceur à l’évolution sociale, juridique et technique, mais aussi aux conditions environnementales, est cependant indispensable.

Feedback