Quarante ans de recherches de l'EPFZ au col de l'Albula. Agriculture de montagne

Quarante ans de recherches de l' EPFZ au col de l' Albula

Sur l' alpe de Weissenstein, dans la partie supérieure de la vallée de l' Albula, se trouve une station de recherche en agronomie de l' EPFZ. Les résultats qui y sont obtenus aident l' agriculture de montagne à se maintenir dans un contexte difficile.

Le bâtiment principal de l' alpe de Weissenstein, le plus ancien, n' est pas un simple chalet d' alpage. Il a servi d' auberge dans le passé. De nos jours, durant les trois mois environ que dure l' estivage, il héberge non seulement des éleveurs, mais aussi des chercheuses et chercheurs de l' EPFZ. L' alpe de Weissenstein est l' une des trois stations de recherche en agronomie de l' Ecole polytechnique. Les trois stations, situées à des altitudes différentes, permettent d' étudier scientifiquement l' élevage traditionnel alpestre, basé sur les trois niveaux que sont la vallée, le mayen et l' alpage. Cette possibilité est unique au monde. Les bases scientifiques fournies par l' EPFZ permettent une meilleure mise en œuvre des dispositions politiques visant à promouvoir la diversité de l' agriculture dans l' espace alpin.

Etape sur la route de l' Engadine

L' alpe de Weissenstein se situe à environ 2000 mètres d' altitude. Jusqu' à la fin du XIX e siècle, elle était la seule étape possible lorsqu' on se rendait en Engadine 1. Apparaissant dans des textes à partir de 1654, elle a connu sa plus forte fréquentation entre la construction de la route du col ( 1864 à 1866 ) et l' ouverture du tunnel de l' Albula, en 1903, grâce au passage régulier des diligences et des traîneaux. Pendant la guerre, en 1942, le métayer Christian Caflisch, qui acheta l' alpe par la suite, y fit les premières tentatives d' agriculture sur des pâturages, dans le cadre du plan Wahlen. Malgré l' altitude, il souhaitait contribuer à l' autonomie alimentaire de la Suisse. Il planta des pommes de terre, se faisant connaître comme l' un des pionniers de l' agricul alpine. Pas étonnant, dès lors, que l' alpage ait attiré l' attention de professeurs de l' EPFZ. Lorsqu' il fut mis en vente suite au décès de Christian Caflisch, ceux-ci demandèrent à la Confédération de l' acheter pour y mener des recherches. 1 L' hospice de l' Albula, sur le col du même nom, ne fut ouvert que fin 1873.

Après l' incendie de l' auberge pendant l' hiver 1873/1874, on construisit un établissement plus grand, adapté aux flux de touristes qui franchissaient alors le col. Ce bâtiment historique appartient aujourd'hui à l' EPFZ, qui assure sa sauvegarde Cette station mesure 24 h/24 la quantité de CO 2 absorbée par la végétation ( photosynthèse ) et la quantité produite par la respiration du sol Tiré de Christian Caflisch ( 1954 ), Bünder Monatsblatt n° 2 ( février 1954 ), page 93 Photo: Werner Eugster Photo: Hans-Rudolf Wettstein L' alpe de Weissenstein se distingue en effet par un profil quasi idéal pour servir d' alpage expérimental ( cf. encadré p. 59 ).

Etude de la tolérance à l' altitude

Au cours des quarante dernières années, les recherches se sont concentrées successivement sur quatre thématiques. On s' intéressa d' abord aux espèces animales supportant bien l' altitude, à des fins d' exportation. Cette question se posait notamment pour des projets d' entraide à l' intention du Tiers-Monde: il fallait s' assurer que les bovins et le menu bétail helvétiques pourraient améliorer la situation alimentaire dans les régions élevées d' Asie et d' Amérique du Sud. Wolfgang Bianca et ses collaborateurs étudièrent au début des années 1970, comment les animaux d' exploitation s' adaptent physiologiquement à l' alti, s' ils peuvent souffrir du mal d' alti, comme les alpinistes, et si la capacité d' adaptation varie d' un animal à l' autre. Ils mesurèrent leur capacité à absorber de l' oxygène, firent des tests sanguins et étudièrent minutieusement l' évolution de leur pelage comme protection contre le froid. Ces recherches furent menées sur des chèvres, dont l' importance était bien plus grande dans les Alpes à l' époque, ainsi que sur des génisses, des bœufs et des vaches. Il s' avéra que l' adaptation des animaux à l' altitude ne représente pas un obstacle insurmontable.

Influence sur la santé et la production

Ensuite, Jürg Blum entama ses recherches sur l' impact de l' élevage alpestre sur la santé, la croissance et la performance du bétail, en termes de production de lait et de viande. Il détermina de multiples propriétés physiologiques liées au sang des bœufs d' élevage et des vaches laitières. A la même période, on croisa massivement les troupeaux suisses avec des Brown swiss, des Holstein et des Red holstein venues d' Amérique, dans le but d' augmenter rapidement la production laitière. De nombreux paysans de montagne pensaient qu' il serait impossible de faire estiver ces « vaches à haute productivité » sur les alpages. Ils craignaient que les régions de montagne soient contraintes d' abandonner l' élevage. Sous la direction de Niklaus Künzi et en collaboration avec les associations suisses d' éleveurs, pendant trois étés, dix Holstein frison-nes, dix Simmental et dix hybrides Vers 1654, des Walser érigèrent un bâtiment muni d' une étable, que l'on voit sur cette gravure de J. J. Meyer ( 1770-1841 ), de Bendlikon. A l' époque, il y avait un lac naturel dans la vallée, à gauche des bâtiments. C' est à cet endroit que les pâturages sont les plus riches aujourd'hui Des bâches tendues sur les pâturages permettent d' évaluer les conséquences d' une diminution de 40 % des précipitations estivales ( prévue dans un scénario établi pour la fin de ce siècle ) sur la productivité des pâturages et la répartition des espèces végétales Avant l' ouverture du tunnel de l' Albula, en 1903, on comptait autant de voyageurs en diligence sur ce col que sur le Julier- L' alpe de Weissenstein est l' une des trois stations qui permettent à l' EPFZ d' étudier sur le terrain l' agriculture traditionnelle à trois niveaux des Alpes suisses < pass. Aujourd'hui, le col de l' Albula a perdu son importance; la route est fermée en hiver Graphique: Werner Eugster, données tirées de Christian Caflisch ( 1954 ), Bünder Monatsblatt n° 2 ( février 1954 ), page 89 Photo: Rebecca Hiller Etage alpin Alpe de Weissenstein 2500 m 2000 m 1500 m 1000 m 500 m Früebüel Chamau Etage subalpin Etage montagnard Etage collinéen 0 m

1860 1870 1880 1890 1900 1910

5

10

15

20

25

30

35

Voyageurs ( en milliers )

Albula

Julier

Maloja

Inauguration du tunnel de l' Albula

Grafique: màd.

Brown swiss x brune furent menées en estivage sur l' alpe de Weissenstein. A part du sel brut et des sels minéraux, on ne leur donna aucun complément alimentaire. Les résultats montrèrent clairement que, sur un alpage comme ailleurs, les « vaches à haute productivité » mangent plus que les races suisses et qu' elles produisent davantage de lait. Des tests physiologiques réalisés sur ces bêtes permirent en outre à Jürg Blum de prouver que la santé des vaches ne souffrait pas de leur séjour sur l' alpage.

Les vaches-mères peuvent passer l' été sur l' alpe

Du moment que les vaches produisaient de plus en plus de lait, alors que les ventes de lait stagnaient, on avait besoin de moins de vaches. En conséquence, le nombre de génisses et de vaches laitières sur les alpages diminua fortement. On comprit que les alpages risquaient de s' enfrichir. Pour résoudre ce problème, on étudia sur l' alpe de Weissenstein des systèmes de production utilisant des vachesmères de différentes races ou des croisées. Ces études prouvèrent que sur de bons alpages, on obtient des résultats très satisfaisants avec des vaches-mères de races à deux fins 2 ou des croisées, obtenues en accouplant une race à viande avec une race laitière 3. Les paysans de montagne, initialement très sceptiques, furent de plus en plus nombreux à faire estiver des vaches-mères sur les alpages. On constata aussi que les races particulièrement robustes 4 se prêtent très bien A part les bovins, les spécialistes des animaux d' exploitation de l' EPFZ étudient surtout les moutons. Ils pâturent principalement sur les gazons alpins inaccessibles au gros bétail Matthias Zeeman, doctorant à l' EPFZ, mesure les échanges de dioxyde de carbone de ce pâturage. De tels examens permettent d' estimer si, lorsqu' il fait chaud, le carbone stocké dans le sol risque de passer dans l' atmosphère, où il renforcerait l' effet de serre Lorsqu' elles peuvent choisir librement leur nourriture, les vaches ne mangent pas n' im quoi. Le chercheur prélève ici des échantillons des plantes que choisissent ces L' alpe de Weissenstein ( Crap Alv en romanche ) doit son nom ( rocher blanc ) aux falaises de gypse jaunâtres en contrebas du col de l' Albula. Au centre de l' image, le Piz da las Blais et à sa droite, les deux sommets du Dschimels Photo: W erner Eugster Photo: Beda L. Estermann veaux de la race Aberdeen an-gus. Il pourra en déduire des informations sur la quantité de nutriments et de fibres qu' elles contiennent à la remise en état d' alpages laissés en friche.

Environnement et agriculture

Les projets de recherche les plus récents ne se centrent plus sur l' augmentation de la production mais sur le bilan écologique global. La surfertilisation des écosystèmes naturels ( due à l' ammoniac ) et Les stations de recherche de l' EPFZ Les trois stations de Chamau, Früebüel et Weissenstein sont consacrées aux recherches portant sur les plantes et les animaux d' exploitation agricole. L' EPFZ a sélectionné l' alpage de Weissenstein sur la base de trois critères centraux: il se situe à une altitude élevée, avec des conditions de vie difficiles et des différences d' altitude importantes ( les pâturages se situent entre 1800 et 2600 mètres d' altitude ). Deuxièmement, les pâturages sont de bonne qualité 5 et réunissent de nombreuses espèces végétales. Troi-sièmement, l' alpage est facile d' accès et dispose des infrastructures nécessaires. Les étables et les bâtiments scientifiques sont aujourd'hui équipés pour la recherche et pourvus d' étables pour mettre le bétail à l' abri de la neige. Environ 450 hectares de terrain sont exploités sur l' alpe de Weissenstein, la moitié appartenant à l' EPFZ et l' autre moitié étant pris à ferme. On y élève 2 vaches laitières pour l' approvisionne quotidien, 40 vaches-mères avec leurs veaux et 1 taureau, 40 bovins de l' EPFZ, 30 bovins d' autres éleveurs, 15 chevaux et 250 moutons et agneaux.

5 C'est-à-dire qu' ils ont un bon rendement et que leur composition répond bien aux besoins des bovins.

les gaz à effet de serre ( CO 2 et méthane ) reçoivent tout autant d' attention que les valeurs liées à la production ou à la performance du bétail. Par ailleurs, des études sérieuses ont confirmé que les aliments produits sur les alpages sont plus sains que les autres: ils contiennent une part plus élevée d' acides gras non satu-rés. a Werner Eugster et Hans Leuenberger, EPFZ, département des sciences agronomiques et alimentaires 2 Races produisant du lait et de la viande, p. ex. Brune des Alpes et Simmental 3 P. ex. Aberdeen angus x Holstein frisonne 4 P. ex. Highland Crocus albiflorus, le crocus à fleurs blanches, annonce le printemps bien avant l' arrivée du bétail. D' ici un mois et demi, l' herbe aura poussé et l'on pourra monter les bêtes pour l' été Photo: Werner Eugster Photo: Samuel Schmid Photo: Werner Eugster

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Feedback