Quelques questions au sujet du CO2 | Club Alpin Suisse CAS

Quelques questions au sujet du CO2

A propos de la nouvelle série «Zéro carbone» publiée dans «Les Alpes»

Est-ce héroïque de se déplacer en transports publics jusqu’au départ d’une course, d’organiser des marchés aux puces et de mettre en place des filtres à eau pour améliorer le bilan carbone? Je réponds par une autre question: pourquoi faut-il avoir tout ce confort à 3000 mètres d’altitude?

Ressemeler les chaussons d’escalade et les chaussures est l’idée par excellence. Généralement, on se pose la question du prix que le cordonnier doit demander pour gagner sa vie. Question en retour: pourquoi le critère décisif est-il le prix et non pas le bilan carbone?

L’article «Retirer les piles, c’est vital» montre à quel point on peut être indifférent envers le matériel. Amateur de montagne, je sais que l’équipement doit être très bien entretenu. Question: comment en arrive-t-on à de pareilles images de piles qui ont coulé et de boucles usées? Ce sont l’indifférence et les moyens financiers qui entraînent cette attitude envers le matériel et l’environnement.

La consommation d’énergie et la production de CO2 vont de pair au long de notre existence. Ni certificat ni loi sur le CO2 ne peuvent nous aider à réduire notre empreinte carbone. Le seul moyen de se rapprocher de la neutralité climatique, c’est d’imposer des restrictions, de diminuer le gaspillage et d’entretenir et réparer le matériel.

Dans le cycle du carbone, la respiration des êtres vivants est neutre (pas d’effet sur le climat). Mais pour compenser la respiration d’un être humain de 500 kg éq CO2, un hêtre qui fixe 12 kg éq CO2 doit croître pendant 40 ans, ce qui équivaut à une génération. C’est étonnant, et ça donne à réfléchir!

Feedback