Réflexions sur le romantisme des cabanes

En tant qu' alpiniste teinté peut-être d' une once d' idéalisme, j' observe la modernisation des cabanes du CAS avec un sentiment partagé. D' un côté, j' apprécie de dormir dans des cabanes chauffées pourvues de duvets nordiques. De l' autre, je regrette la perte d' un certain romantisme, porté encore aux nues par la génération précédente.

Les cabanes du CAS ne nous sem-blent-elles pas aussi chaleureuses parce que leurs installations sommaires offrent un contraste saisissant avec notre quotidien hautement civilisé? Ne savourons-nous pas avec un plus grand plaisir une douche chaude si nous avons dû nous en passer quelques jours? Envisageons-nous uniquement une halte dans une cabane CAS comme un moyen en vue d' une fin ou sommes-nous également fascinés par leur atmosphère? Comparons le standard des cabanes d' il y a vingt ans avec celui d' aujourd: le souper à la lueur des bougies, les installations sanitaires de fortune, du thé à volonté et du pain pour le petit-déjeuner, le vent qui rugit à travers les fentes et les fissures des murs de pierres. Si la modernisation des cabanes se poursuit, il y aura, dans un avenir proche, toujours plus de lits avec duvets et couvertures et toujours plus de chambres doubles à disposition. L' électricité, les toilettes, tout comme un plantureux buffet pour le petit-déjeuner, feront bientôt partie de l' inventaire habituel. Bien sûr, j' apprécie moi aussi ce confort. Mais pourquoi ne pas simplement laisser quelques cabanes dans leur état originel, pour que les prochaines générations puissent encore vivre la même expérience que leurs ( grands-)parents? Je suis convaincu que

LES ALPES 9/2001

Activités jeunesse

Attività dei giovani

Jugend-Infos,Berichte,Aktivitäten

la concrétisation de cette vision est moins un filon pour le marketing qu' un pas vers un futur qui tienne compte du passé. Le succès des trajets en diligence, en train ou en bateau à vapeur montre que conserver et entretenir le patrimoine architectural, culturel et naturel vaut la peine et peut devenir, après quelques années, une source importante de revenus.

Je ne veux ni dénoncer la politique du CAS en matière de cabanes ni mettre en question la transformation des cabanes d' abris sommairement équipés en hébergements de montagne hautement civilisés, mais amorcer une discussion qui devrait durablement porter des fruits. Les retours en arrière peuvent aussi être des pas en avant.

Andreas von Deschwanden, Kries ( trad. )

Prise de position du président de la commission des cabanes Un vent de modernisation souffle sur les cabanes du CAS et il convient de replacer les travaux entrepris dans leur tout. Il y a vingt ans encore, les installations sanitaires rudimentaires et les bourrasques s' engouffrant à travers chaque fissure étaient à l' ordre du jour. C' est précisément cet état de fait que nous essayons de réduire, dans la perspective d' un alpinisme responsable. De plus, il ne faut pas oublier que toutes nos cabanes, en particulier les plus grandes et les mieux fréquentées, sont soumises à des normes et à des lois. Enfin, il en va de notre responsabilité à l' égard des générations suivantes de maintenir l' état de nos cabanes.

La proposition de laisser des cabanes dans leur état originel figure également dans notre plan. Ainsi, certaines petites cabanes peu connues ne connaissent d' autres travaux de rénovation que le strict nécessaire ( évacuation des eaux usées, eau courante, entretien ). Découvrir de telles cabanes a un charme particulier: en les cherchant, l' alpiniste fait des expériences alpines qui renouent avec de nombreuses valeurs. Je suis sûr que de telles cabanes sont encore suffisamment nombreuses. Ces recoins sont secrets: gardez grands ouverts vos yeux et vos oreilles. a

Peter Büchel, président de la commission des cabanes ( trad. )

Feedback