Rega: bilan 1996 et situation générale

Au cours de l' année 1996, 6288 personnes ont bénéficié des secours aériens de la Rega. Le nombre des interventions a baissé de 211 missions ( soit 2,7% du total ) par rapport à l' année précédente, pour atteindre le nombre de 7742. Tel est le bilan de l' an dernier tiré par M. Hans-Peter Kurz, président de la direction, lors de la traditionnelle conférence de presse annuelle, qui s' est déroulée le 27 février à Lausanne, conjointement à une manifestation identique à Zurich et à Locarno.

Par ailleurs, la Rega dispose désormais de sa flotte complète de 15 hélicoptères Agusta, répartis dans 10 bases, et elle collabore avec des partenaires locaux en Valais, à Genève, à Zweisimmen BE et à Mollis GL. L' ensemble de la Suisse est ainsi couvert actuellement par un réseau de secours aérien héliporté et médicalisé d' une haute efficacité.

Recul du nombre des interventions En 1996, la Rega est intervenue à 2157 occasions pour des patients déjà sous traitement médical, en les transportant par exemple d' un hôpital régional à un centre hospitalier universitaire. Ces interventions « secondaires » ont diminué de 343 ( 14% de moins qu' en 1995 ). La cause de ce recul est sans doute liée aux nouvelles réglementations en matière de santé publique résultant des modifications de la loi sur les caisses maladie.

En revanche, les interventions « primaires » ( prise en charge et médicalisation sur le lieu de l' accident puis vol en direction de l' hôpital adéquat le plus proche ) ont légèrement progressé pour atteindre un total de 3853 ( +20 missions ). Les conditions météorologiques ont été l' élément principal des variations quantitatives des types d' interventions. Les fluctuations les plus sensibles concernent les catégories sports d' hiver, sports et avalanches.

La Rega, un phénomène bien helvétique Créée en 1952 sous forme d' asso, puis transformée en 1979 en fondation d' utilité publique, la Rega est aujourd'hui régie par un Conseil En cas d' avalanche, il est impératif d' acheminer le plus rapidement possible les secours sur les lieux de l' accident. Colonne de secours du CAS et chiens d' avalanche hélitreuillés lors d' un exercice à Leysin.

de 16 membres, sa direction est assurée par deux personnes et elle emploie, à temps complet ou partiel, 256 collaborateurs ( 43 techniciens, 28 pilotes d' hélicoptère, 17 pilotes d' avion à réaction, 31 chefs de mission, 20 médecins, 13 infirmières, 25 assistants sanitaires et 73 employés d' administration ). Ses principes fondamentaux sont calqués sur ceux de la Croix-Rouge suisse. « Rega a pour but d' aider les personnes en détresse, sans considération de solvabilité, de position sociale, de nationalité, de croyance ou de conviction politique. Elle apporte son aide partout où la mise en action de ses moyens peut contribuer à maintenir, préserver ou protéger la vie ou la santé d' êtres humains. » Elle opère à partir de 10 bases propres: Bâle, Zurich, St-Gall, Berne, Erstfeld UR, Untervaz GR, Samedan GR, Gsteigwiler BE, Lausanne et Locarno, auxquelles s' ajou les bases de Mollis GL, Zweisimmen BE, Genève, Sion et Collombey VS, où elle travaille en collaboration avec des partenaires locaux.

La plus grande partie du budget ( 60de la Rega est assurée par ses donateurs, dont le nombre a continué de s' accroître en 1996 pour atteindre l' effectif impressionnant d' environ 1,4 million de personnes. Le mélange de vocation humanitaire, de garantie de secours rapide et de haute technicité qu' offre la Rega a trouvé en Suisse, c' est le moins qu' on puisse dire, un terreau psychologique et social extraordinairement favorable, ce qui lui permet ainsi de disposer d' appareils et de personnel très spécialisés et performants. Outre les hélicoptères, destinés essentiellement au secours sur le territoire suisse, la Rega exploite trois avions ambulances capables d' intervenir dans le monde entier afin de rapatrier des malades ou des blessés.

Une notion clé du secours moderne: la médicalisation Le temps est révolu où la fonction première de l' hélicoptère était d' éva le plus vite possible le patient vers un hôpital et de le confier aux professionnels de l' urgence médicale. Dans le sauvetage moderne, c' est l' inverse qui se produit: l' hélicoptère amène la médecine sur le lieu de l' accident. La rapidité reste déterminante pour une prise en charge efficace du blessé et, partant, pour sa survie et sa guérison. Notons à ce propos que la notion d' urgence concerne beaucoup plus l' intervalle séparant l' accident de l' alarme que le temps qui s' écoule entre l' alarme et l' arrivée des secouristes auprès de l' accidenté. Ainsi, le fait de disposer d' hélico plus rapides que d' autres ( comme c' est le cas actuellement pour les Agusta A-109-K2 de la Rega, plus rapides que les anciens Alouette ) est d' une importance très relative, compte tenu en particulier de la densité élevée du réseau suisse des bases de secours héliporté. La généralisation des téléphones et radios portables, permettant d' appeler les secours immédiatement après l' accident, ms' avère beaucoup plus payante en pratique.

Missions primaires de la Rega en Suisse en 1996 Les 3853 interventions primaires effectuées l' an dernier par la Rega dans notre pays se répartissent dans les catégories suivantes, par ordre de fréquence décroissant: accidents de sports d' hiver ( 1051, soit 27,. " " .3% ), accidents de la route ( 900 - 23,. " " .3 % ), accidents du travail ( 461 - 12% ), maladies ( 442 - 11,. " " .5% ), accidents de montagne ( 319 - 8,3 % ), autres accidents ( 318 - 8,3 % ), accidents de sport ( 225 - 5,8 % ), accidents de vol ( 120 -3,. " " .1 % ), avalanches ( 17-0,. " " .4% ). On constate ainsi que les interventions en montagne ( accidents de montagne, avalanches, une partie des accidents de vol ) ne représentent qu' une faible proportion du total, de l' ordre de 10%.

A la fois partenaires et concurrents: le cas du Valais La Rega ne dispose d' aucune base propre en Valais, les compagnies Air-Glaciers et Air Zermatt « occupant l' air » de ce canton depuis longtemps. Elle y participe cependant aux secours aériens en tant que partenaire d' Air, par la mise à disposition de son concept de médicalisation ( matériel et personnel ). Pour ce qui est de la recherche de donateurs, Air-Gla-ciers et la Rega sont en concurrence, bien que là aussi un accord ait été conclu, puisque les donateurs Rega jouissent de leurs droits dans toute la Suisse, y compris le Valais, et que ceux d' Air profitent également des secours de la Rega en dehors du Valais.

Rega et CAS La Rega et le CAS entretiennent de nécessaires et fructueuses relations, sous forme de coordination entre secours en montagne terrestre ( dont s' occupe le CAS ) et secours héliporté ainsi que par une participation financière de la Rega au budget du secours en montagne du CAS. La Rega accorde par ailleurs pour une somme modique le statut de donateur aux jeunes du CAS.

fbM

listoire, culture

ît littérature alpines

ïtoria, cultura, letteratura alpina

Upine Geschichte, Lui tur, Erzählungen

Le Village du livre, un principe qui fait des émules La création des Villages du livre a pour origine une initiative du Britannique Richard Booth, qui a mis sur pied en 1953, à Hay-on-Wye, à la frontière de l' Angleterre et du Pays de Galles, la première « Book Town ». L' idée consistait à offrir à la vente des livres d' occasion en un endroit tout à la fois facilement accessible et à l' écart de l' encombrement dont souffrent aujourd'hui des capitales telles que Paris ou Londres. Le succès semble avoir dépassé les espérances, puisque aujourd'hui un million de personnes environ visitent chaque année la Book Town de Hay-on-Wye et que le principe de ces Villages du livre décentralisés a été repris en Belgique, en France, en Hollande, au Japon, en Malaisie, aux Etats-Unis, en Norvège... et en Suisse, en attendant la Chine. Ces centres ont en commun un certain nombre de principes, telles que la convivialité, la notion de village, de simplicité et, quant au produit vendu, le livre d' occasion dans des bouquineries qui tendent à la spécialisation.

Pour ce qui est du Village du livre établi en Suisse à Saint-Pierre-de-Clages, il existe depuis deux ans et ses promoteurs ( des personnes privées, soutenues par des aides privées et publiques ) en feront une institution permanente, largement ouverte -fédéralisme oblige - au plurilin-guisme aussi bien qu' à un vaste éventail de sujets.

fbM

Feedback