Swiss Climbing Spiderkids. Promotion des jeunes talents dans le sport de haut niveau

Swiss Climbing Spiderkids

Depuis l' intégration de l' escalade libre – sport de compétition et sport de haut niveau – au CAS en 1994, la promotion des jeunes talents représente le point fort de ce secteur nommé Swiss Climbing 1. L' élément central en est la formation de jeunes athlètes de talent, une formation efficace et ciblée, axée sur la qualité et la performance. Dans ce contexte, la question se pose de savoir comment ouvrir la voie des bonnes performances aux jeunes grimpeurs.

Tout le secteur « promotion des jeunes talents » a pour tâche d' assurer aux jeunes sportifs un plan de carrière qui forme un tout et dont le contenu et la progression dans le temps soient bien structurés, que ce soit à moyen ou à long terme. Le concept actuel de formation de la relève s' inscrit logiquement dans une philosophie basée sur la planification à long terme, qui tient compte de la motivation des jeunes grimpeurs et de leur objectif de réussite. Le concept « Swiss Climbing Spiderkids » fait partie du programme global de l' association dans le secteur Sport de compétition et doit être présenté chaque année à Swiss Olympic, association faîtière des fédérations sportives suisses. C' est actuellement un des concepts les plus complets et les meilleurs qualitativement de tous les sports de pointe en Suisse. Cette qualité et les performances réalisées par les jeunes sportifs au niveau international sont récompensées financièrement par Swiss Olympic.

Le concept de la relève Le concept « Swiss Climbing Spiderkids » repose sur sept étapes de promotion. Il intègre les 12 éléments de réussite pour la relève dans le sport suisse de haut niveau 2

de Swiss Olympic. Ces éléments doivent servir de référence à toutes les fédérations sportives suisses et font partie des mesures de promotion des jeunes de « Swiss Olympic Talents » 3. Dans le

concept Swiss-Climbing, les différentes étapes de la promotion sont liées entre elles de manière à se soutenir et à se compléter les unes les autres. Mais elles peuvent également être comprises et utilisées comme des mesures d' encourage indépendantes. Il est possible à tout moment d' entrer ou de sortir du « parcours de promotion », la décision devant toujours venir de l' enfant ou du jeune lui-même.

Ces étapes sont décrites plus en détails ci-dessous, dans leur contexte scientifique et sportif ( comme sport grand public et comme sport d' élite ). L' exemple fictif des enfants Casper et Sacha 4 montre ce que les mesures d' en représentent pratiquement pour le jeune sportif.

Le sport grand public et la relève Etapes de promotion F1 à F3‚ spécifiques à l' escalade sportive

F1: de l' Alfa et de l' AJ au programme sportif spécifique à l' escalade

Des programmes spécifiques de mouvements, de jeux et de sport adaptés à chaque âge dans le cadre de l' alpinisme en famille et de l' alpinisme juvénile au CAS L' escalade répond en partie aux besoins élémentaires de mouvement chez les enfants et les incite à bouger en leur proposant des défis. Des espaces toujours plus nombreux sont aménagés pour offrir aux enfants la possibilité de bouger, de jouer et de pratiquer un sport adapté à leur âge. Ils peuvent y développer les bases de futures compétences motrices. L' escalade sportive contribue en outre de façon importante à développer la personnalité 5 dans le cadre des aptitudes individuelles et sociales. L' es est intégrée toujours davantage au programme sportif des écoles et elle est

1 Nouvelle dénomination depuis les Championnats du monde de Winterthour en 2001. 2 Les 12 éléments de réussite présentent les bases d' une promotion des jeunes talents de Swiss Olympic; ils ont fait l' objet d' une publication en octobre 2002. 3 Swiss Olympic Talents est le nom du système d' encouragement de la relève, système soutenu par des sponsors et structuré au plan national. 4 Personnages fictifs qui symbolisent le Club alpin: CASper et SACha. 5 L' élément psychosocial est un des aspects du profil requis pour l' escalade sportive.

en train de devenir un sport grand public. Il faut pour cela des murs de grimpe adaptés aux enfants dans les écoles et des enseignants bien formés.

Casper fréquente une école dont la salle de gymnastique est équipée depuis longtemps d' un petit mur de grimpe. Sa maîtresse, passionnée d' escalade, a suivi les cours de perfectionnement proposés aux enseignants ainsi que la nouvelle formation J+S en escalade sportive. Elle offre ainsi aux enfants de belles heures d' escalade dans le cadre de la gymnastique scolaire. Casper est si enthousiaste qu' il participe de plus en plus souvent aux activités de l' alpinisme en famille et de l' alpinisme juvénile avec sa famille, membre du CAS.

F2: du sport scolaire à la compétition « L' escalade fait école – Rivella Clim-bing»/les séries de compétitions ludiques « Spiderkids »: premières mesures pour détecter les talents

Le projet « l' escalade fait école – Rivella Climbing » des secteurs Sport de compétition et Jeunesse, permet à tous les enfants et aux jeunes de découvrir l' esca sportive, même si leur école ne dispose pas d' un mur de grimpe ou s' ils n' ont pas eu l' occasion de pratiquer ce sport. C' est là que commence la promotion des jeunes talents en escalade sportive. Le concept de base englobe à la fois le sport tout public et le sport de haut niveau, un sport adapté aux jeunes et pédagogiquement défendable. Le développement du projet ci-dessus est suivi de près dans les cercles sportifs suisses; le CAS dispose là d' une offre de formation ciblée et il se profile comme un partenaire compétent et responsable, tant dans le domaine du sport scolaire tout public que dans celui de la relève pour les sportifs de pointe. De plus, une première base est créée pour la collaboration entre l' école et l' Association: le milieu scolaire et les enseignants sont ainsi sensibilisés aux exigences spécifiques à ce sport de haut niveau.

« Spiderkids » Toute une série d' objectifs sont liés à « Spiderkids », le programme de compétition ludique désormais intégré aux semaines sportives scolaires: il favorise le plaisir, l' enthousiasme et la motivation pour l' escalade sportive, il permet de

LES ALPES 12/2003

détecter de façon précoce un talent de grimpeur ou un don moteur particulier et il offre aux écoliers la possibilité de réaliser pour la première fois une performance sportive individuelle. Il est également important que le maître ou le moniteur puisse organiser lui-même les diverses compétitions, en suivant les instructions reçues.

Durant la semaine sportive « L' escalade fait école », Sacha entre en contact pour la première fois avec ce sport, grâce au mur de grimpe mobile du CAS. La monitrice J+S utilise de façon optimale les possibilités de ce mur tout au long de la semaine en organisant des exercices ludiques. Pour conclure le cours, elle organise en collaboration avec les maîtres un concours attrayant où différents mouvements entrent en jeu. Sacha est particulièrement fort dans les exercices de coordination. Dans les exercices de préparation ou de mémori-

Christina Schmid, en 1999, pratiquant de l' escalade dans le cadre des cours de gymnastique à l' école de Köniz. Après avoir fréquenté ces cours pendant plusieurs années pour ensuite faire partie de l' équipe d' en « Spiderkids » ( salle d' escalade « Magnet », Berne-Niederwangen ), elle est désormais membre de l' équipe nationale Cadettes Pho to :Ha ns pe te r S ig rist LES ALPES 12/2003

sation des combinaisons de prises, il arrive aussi à battre des camarades plus grands et plus costauds que lui.

F3: du sport scolaire à l' équipe d' en

Détecter et encourager les jeunes talents; promouvoir les performances au plan régional

Dans le cadre du sport scolaire facultatif, il est possible de détecter les jeunes talents de façon précoce et d' encourager la motricité 6. Les séances d' entraînement libre organisées par les centres régionaux ou les groupes de jeunes du CAS offrent aux enfants et aux jeunes la possibilité de se joindre à une équipe qui s' entraîne toute l' année, soit en salle sur les murs de grimpe, soit à la belle saison en plein air sur le rocher. Organiser et diriger divers groupes d' entraînement ainsi que collaborer avec le sport scolaire facultatif, tel est le mandat des centres régionaux d' escalade sportive du CAS. Ces groupes sont dirigés en premier lieu par les organisations de jeunesse des sections CAS rattachées à un centre régional. Aux deux niveaux de promotion, des moniteurs J+S d' escalade sportive qualifiés ou des chefs de courses du CAS dirigent les séances. Les programmes d' entraîne sont axés sur le programme de formation en escalade sportive de J+S 7. Le but des exercices cognitifs et des méthodes d' entraînement de la coordination est l' acquisition de la technique d' escalade et sa mise en œuvre dans la pratique. En même temps, on encourage la valeur d' expérience liée à l' entraîne.

Sacha, enthousiasmé par la semaine sportive de l' école, rapporte à ses parents la documentation destinée à ceux qui désirent progresser dans ce sport. A sa demande, ses parents l' inscrivent à un cours de grimpe qui se déroule l' hiver suivant dans le cadre du sport scolaire facultatif, dans la grande salle de gymnastique du village voisin. Il y rencontre de nouveaux copains. Il constate que les filles de son âge ( 10 ans ) lui dament souvent le pion. Piqué au vif, il décide de se perfectionner et il entre, sur

6 Dans certaines communes, l' escalade libre fait déjà partie depuis des années du programme de sport scolaire facultatif, sur l' initiative d' un maître d' école, lui-même grimpeur engagé. Les cours sont proposés durant le semestre scolaire et/ou durant les vacances, à raison de neuf ou quatre entraînements, et ils connaissent une bonne fréquentation. 7 La formation J+S en escalade sportive a été conçue par le CAS, qui la met aussi sur pied. 8 La deuxième partie de cet article traitera la question « Comment devient-on champion du monde ?» et présentera le programme des centres régionaux ainsi que la promotion des jeunes talents au plan national.

Jeunes grimpeurs faisant partie d' un groupe biennois, en train d' apprendre des techniques d' entraînement sous forme ludique Thomas Schmid, en 1999, en tant que participant du groupe d' entraînement « Magnet » ( Berne-Nieder-wangen ). Aujourd'hui Thomas Schmid est membre de l' équipe nationale Cadets A Pho to :R ob ert R ehnel t Pho to :Ha ns pe te r S ig rist

recommandation de son moniteur, avec d' autres participantes et participants, dans une équipe d' escalade sportive rattachée à une section du CAS et dirigée par des moniteurs J+S. Il y rencontre Casper qui s' entraîne depuis un an déjà avec ce groupe. Le programme annuel est copieux. Il compte de nombreuses séances d' entraî, trois compétitions dans le cadre de la coupe régionale et deux semaines d' es pendant les vacances scolaires. Sacha se sent bien dans les séances d' entraî hebdomadaires et fait de rapides progrès. Il s' entraîne en groupe ou avec son copain Casper, qui a plusieurs choses à lui apprendre. Les deux enfants s' en tiennent aux recommandations de « leurs » entraîneurs: porter attention à la technique d' es et ne pas s' attaquer à des problèmes de blocs difficiles ni à des voies d' escalade trop ardues. Les exercices techniques et co-gnitifs sont très présents durant les entraînements dirigés et, pour compléter, les deux amis consacrent leurs entraînements indépendants à résoudre ensemble des exercices de mouvements. Ainsi, chaque séance est à la fois plaisante et passionnante. Les plus jeunes observent beaucoup les cadres régionaux qui s' entraînent tous selon le même principe et qui sont capables d' enchaîner sans effort apparent toute une série de voies, même très abruptes. a

Gaby Madlener, Berne 8 ( trad. ) Pho to :R ob ert R ehnel t

Feedback