Une jeune fille très sportive

Le 28 décembre 1933, deux personnes partent de Vienne pour traverser les Alpes jusqu’au Mont Blanc: Sepp Brunhuber, connu pour avoir été un pionnier de l’alpinisme hivernal extrême, et Julia Huber. «Une jeune fille sportive qui n’a pas son égale. A skis, elle est intrépide. Pour elle, la course passe avant tout.» Voilà comment Sepp Brunhuber la décrit dans son livre Wände im Winter. Elle devait aussi aimer l’escalade en conditions hivernales, car le duo a gravi nombre de hauts sommets, tels que le Grossglockner, la Kleine Zinne, la Marmolada et le Piz Buin. Début avril 1934, les deux alpinistes arrivent en Suisse: Silvretta, Weissfluh, Coire, les cols de l’Oberalp, de la Furka et du Grimsel, toujours à skis ou à pied. A cause du mauvais temps, ils doivent patienter six jours dans un vieux baraquement en dessus du barrage du Grimsel, puis cinq jours à la Lauteraarhütte, avant de partir pour l’Oberaarhorn, le Grosses Wannenhorn, le Grosses Fiescherhorn, le Finsteraarhorn et l’Äbeni Flue. Après avoir traversé les Alpes valaisannes, ils arrivent à Courmayeur. Le 23 mai 1934 à 7 h du matin, Julia Huber et Sepp Brunhuber se tiennent au sommet du Mont Blanc. A Courmayeur, ils attendent pendant trois semaines leurs vélos, qu’ils utilisent pour parcourir les 1200 kilomètres pour rentrer à Vienne: «Nous sommes arrivés à un coin de rue, et nous nous sommes séparés pour la première fois depuis six mois. Comme moi, Julia est rentrée chez elle, mais dans une autre direction.»

Feedback