«Visions glaciaires 99»: fin d'une aventure passionnante

L' exposition d' art alpin « Visions glaciaires 99 » a pris fin au début octobre. Les artistes ont retiré les quinze œuvres et la nature est à nouveau laissée à elle-même. Ainsi se termine une saison « d' art estival sur neige éternelle ». Une aventure artistique extraordinaire dont le thème ne touche pas seulement les alpinistes.

Thématique complexe Le thème de la 21e exposition d' art alpin, intitulée « Visions glaciaires 99 », était vaste et complexe: les glaciers, leur étude et les changements dus au climat et à l' activité humaine. Les quinze artistes retenus l' ont traité avec beaucoup d' imagination. Ils ont offert des approches très variées.

Pour la première fois, cette série traditionnelle d' expositions a quitté les salles des musées, pour s' installer en plein air, sur les lieux mêmes du support thématique: le glacier. Les Installé sur les bords du lac de l' Oberaar, Panorama, de Axel Haberstroh ( Karlsruhe, D ), était conçu à partir d' associations liées au froid Sur le sentier qui mène au Sidelhorn, l' installation Stuhlsiedlung mit Schreibmaschine ( Chaise et machine à écrire ), de Monika Rechsteiner ( Lucerne ) et de Sep Müller ( Saint-Gall ), invitait les visiteurs à mettre leurs réflexions par écrit Dynamique du centre d' in forma tion Le centre d' information de Gletsch, prévu tout d' abord comme atelier, s' est en fin de compte transformé en un lieu d' exposition passionnant et peu conventionnel, qui valait à lui seul le détour. Les artistes ont mis à profit le charme de cette ancienne bâtisse pour présenter leurs œuvres. Les visiteurs avaient tout le loisir d' examiner les différents projets et de les comparer entre eux. L' an hôtel de Gletsch a fonctionné comme centre nerveux de l' exposi en plein air. Les images, les esquisses et la documentation à disposition permettaient de se faire une idée de l' intensité avec laquelle les artistes ont réfléchi pour donner forme au thème imposé.

Rétrospective au Musée Alpin Suisse Afin que cette collection originale soit accessible à un plus large public, nous avons décidé d' organiser, dès le 30 novembre, une rétrospective au Musée Alpin Suisse, à Berne. Le catalogue de l' exposition sera présenté à cette occasion. On procédera également à la remise du Prix Meuly qui récompense l' un des projets. Tous les membres du club sont cordialement invités à ce dernier épisode de la formidable aventure « Visions glaciaires 99 ».

Bernhard Rudolf Banzhaf, secteur des publications et de la culture ( trad. ) M Pour le projet KAMIA, Karin Isler ( Bâle ) a récolté des pierres dans les alentours du glacier. Par un procédé compliqué, elles ont été transformées en « papier photo » et utilisées pour prendre des clichés de la région

Visions glaciaires 99

SAC / l' art pour l' aar

fie du club

ita

del

club

lus dem Clubleben

Le 19 septembre dernier est décédé, à l' hôpital de La Chaux-de-Fonds, Maurice Brandt, celui que la Neue Zürcher Zeitung avait qualifié, en 1992, de « Balzac des auteurs de guides de montagne », tant sa productivité était abondante dans le domaine des publications alpines consacrées à la description des Alpes suisses. Ce n' est, en effet, pas moins de trente volumes, parus dans la collection des « guides du club » du CAS qui, de 1966 à 1999, portent le nom de l' infatigable auteur.

Ayant révisé et complété, dans un premier temps, les quatre célèbres guides de Marcel Kurz sur le Valais, Maurice Brandt a signé vingt ouvrages originaux sur l' escalade dans le Jura ( 3 vol. ), le ski de fond dans la même chaîne ( 2 vol. ), les Alpes valaisannes ( 6 vol. ), les Alpes vaudoises ( un volume de près de 600 pages ), les Préalpes fribougeoises, les Préalpes bernoises ( dont un volume avec une sélection d' itinéraires ), et, en collaboration avec Guiseppe Brenna, les Préalpes tessinoises.

Voici d' ailleurs ce que l' alpiniste du val Verzasca a écrit dans sa préface du 4e volume de la collection « Guida delle Alpi Ticinesi » à propos de celui qui l' invita, l' encouragea et le soutint dans son exhaustive description des Alpes tessinoises: « Maurice Brandt est un connaisseur des Alpes suisses à nul autre pareil. Sa confiance, ses conseils, son appui, sa précieuse collaboration, sa véritable amitié durant de nombreuses années ont été le plus sûr garant de la réussite de mes propres guides. » Maurice Brandt est entré en 1979 à la commission des publications du CAS. Il s' était depuis longtemps fait un nom par les articles qu' il adressait à notre revue, mais aussi par sa révision des guides du CAS et par ses propres ouvrages, toujours marqués de sa haute compétence.

Maurice Brandt, membre d' honneur du CAS et auteur de trente guides publiés aux éditions du club Le soussigné se souvient encore du premier rendez-vous avec Maurice, en février 1968, à la cabane du Mont d' Amin, au cours d' une réunion des skieurs romands. D' emblée il avait remarqué les qualités de celui qui allait devenir un grand ami et un collaborateur irremplaçable du rédacteur romand de la revue du CAS.

Grâce à sa connaissance approfondie des massifs alpins suisses, à sa précision dans la description des voies, à ses recherches inlassables auprès des grimpeurs, à sa puissance de travail hors du commun, à sa constante volonté d' aller vérifier sur le terrain les affirmations données par les ouvreurs de voies ou d' obtenir des renseignements sûrs et de première main ( tâche pas toujours aisée !) de la part d' alpinistes qualifiés, Maurice se révéla l' auteur le plus fiable pour toutes les descriptions d' itinéraires.

Nos relations étaient très étroites et constantes: le téléphone nous reliait à toute heure du jour et de la nuit; les randonnées réalisées en commun, les rencontres fréquentes, la valeur de son jugement, sa force de caractère, son indépendance face aux nouvelles modes dans la technique de la grimpe et de son équipement, ses connaissances encyclopédiques enfin, tout cela en fit un ami très cher.

En septembre de l' année dernière, deux mois à peine avant qu' une crise de sa terrible maladie ne le terrassât, il me proposa de monter à la Pointe de Semeleys ( dans la chaîne des trois T ) pour y contrôler l' existence d' un sentier au travers des paravalanches.

Maurice Brandt a consacré des milliers d' heures à la rédaction de ses guides, qui resteront les modèles d' un genre où l' auteur ne se contente pas de décrire les itinéraires sous la forme de topos et de pictogrammes, mais invite ses lecteurs à découvrir l' environnement, à connaître l' histoire de la conquête des sommets, faces et arêtes, à prendre en compte non seulement les voies classiques, mais aussi les autres possibilités d' escalade.

Par ses descriptions détaillées, Maurice Brandt s' est inscrit dans la ligne des grands auteurs de guides de montagne, tels Lucien Dévies, Pierre Henry, François Labande ou Maurice Laloue, pour la France, et Gino Buscaini, pour l' Italie.

Son souci de l' exactitude et du travail bien fait l' a accompagné jusqu' à ses derniers moments. Ce printemps encore, lors d' une brève rémission de l' impitoyable maladie, il a tenu à mettre la dernière main à une prochaine et nouvelle édition des Alpes valaisannes.

Maurice Brandt a également participé à l' élaboration de guides-manuels suisses ( Alpes bernoises et uranaises ) et étrangers ( notamment le guide français Vallot III et le guide italien des Alpes pennines ). Il a foulé quelque 1200 sommets ( il notait avec soin la date de chacune de ses ascensions ) et ouvert plus de 150 voies avec une prédilection pour les faces nord.

Le décès de Maurice Brandt est une très grande perte pour le CAS. Il ne pourra guère être remplacé, cela d' autant plus que la conception des guides-manuels évolue et que se manifeste de plus en plus la tendance à publier des choix d' itinéraires, plutôt que des « sommes » dont l' objectif reste la description de l' ensemble des voies possibles des différents sommets. Il n' empêche que ses ouvrages seront toujours la meilleure référence pour les alpinistes désireux de connaître les montagnes sous leurs divers côtés, aspects et difficultés.

En 1978, le FIFAD des Diablerets a tenu à le distinguer en lui décernant le « mérite alpin », et c' est par de vives acclamations que l' Assemblée des délégués du CAS, impressionnée par la présentation de tous ses ouvrages dans la grande salle du Casino, l' a élu membre d' honneur en 1995.

Tous ceux qui ont côtoyé Maurice Brandt, connu pour sa probité exemplaire, son caractère franc et son propos direct, la rédaction Les Alpes et tout le CAS s' associent au soussigné pour transmettre à son épouse, fidèle collaboratrice de tous les instants, ainsi qu' à sa famille leurs sentiments de profonde sympathie et de sincère amitié.

Pierre Vaney, Pully

Voyages, rencontres, >ersonnalités

Maggi,|ncontri, >ersonilità

teisenjpegegnungen, >ersönlichkeiten

nante de la vie sur cette arête glacée de l' Everest. J' étais enfin en mesure de descendre de cette montagne et de rentrer chez moi. » Ces phrases impressionnantes sont la quintessence de l' histoire personnelle et émouvante de l' Américain David Breashears, 43 ans. Sa jeunesse a été marquée par un père violent qui abandonna sa famille alors que David était encore en bas âge. Le jeune homme, sans père et sans modèle à suivre, se réfugie dans la montagne, d' abord dans les livres, puis de plus en plus fréquemment dans la montagne elle-même. Et cela à une époque où les alpinistes, en Amérique - qui n' a pas la même tradition « alpine et alpinistique » que l' Europe - étaient considérés comme des marginaux.

Une morale pour le quotidien Dans le monde de la montagne, Breashears trouve des amis, des va-

Feedback