102e rencontre de l'Etzel. Sports de montagne et prévisions météo

Vita del club

Aus dem Clubleben

Sports de montagne et prévisions météo

102 e rencontre de l' Etzel

Le premier dimanche de décembre 2005, environ 80 membres du CAS, issus d' une bonne dizaine de sections des alentours du lac de Zurich et de Suisse centrale 1, se sont retrouvés sur l' Etzel. Point fort de cette rencontre annuelle: un exposé sur les prévisions météo dans les Alpes.

La section Hoher Rohn avait choisi la date du 4 décembre 2005 pour la traditionnelle rencontre suprarégionale de l' Etzel, un sommet de 1098 m au-dessus de Pfäffikon, au bord du lac de Zurich. Comme chaque année, certains participants ont fait le trajet à pied depuis chez eux.

La météo – un sujet qui ne laisse personne indifférent

« Chers amis, que pensez-vous du temps qu' il fait aujourd'hui? » C' est ainsi que Caspar Sträuli, président de la section Hoher Rohn, a préparé le terrain pour l' exposé qui allait suivre. Une question sur laquelle chacun a son mot à dire sans que personne puisse y apporter une réponse exhaustive. Si le temps ne laisse personne indifférent, il intéresse tout particulièrement les adeptes de sports de montagne. En particulier en Suisse, en raison des montagnes et des changements fréquents des conditions climatiques qu' elles entraînent, il est difficile de prédire exactement l' évolution du temps. En conséquence, chacun doit rester flexible dans ses actions et dans ses analyses. Les prévisions météo en Suisse Pour l' orateur invité, Daniel Gerstgrasser, météorologue chez MétéoSuisse, c' est justement parce que le climat varie autant que son travail est passionnant. Pour établir des prévisions dont la vali- 1 Sections présentes: Zimmerberg, Am Albis, Uto, Rinsberg, Bachtel, Hörnli, Zindelspitz, Einsiedeln, Baldern, Tödi, Hoher Rohn Des cumulus de taille petite et moyenne, en latin humilis et mediocris, dans la région de la Silvretta: en été et par beau temps, ces nuages sont omniprésents. A droite de l' image, les moutons, inoffensifs en soi, ont commencé à se développer. Il s' agit de les garder à l' œil: dans quelques heures déjà, des cumulonimbus, sources d' orage, pourraient se former Des altocumulus floccus, nuages en forme de flocons. Leur présence le matin indique qu' il y a des couches instables dans l' atmosphère. La probabilité est forte de voir apparaître des cumulus, suivis d' orages Un cumulus orné de petites tours, à altitude moyenne: il s' agit d' un altocumulus castel-lanus. L' alpiniste doit interpréter sa présence comme un avertissement. Si ce type de nuages apparaît en cours de matinée, la probabilité d' un orage pendant la journée est de 70% environ Situation de foehn sur la Suisse centrale: vue au SSO depuis l' Etzel. Sur la droite, on reconnaît les deux Mythen Photo: eg Photo: Daniel Gerstgr asser Photo: Ruedi Wyss Photo: Ruedi Wyss dité est de 24 heures au maximum, le météorologue dispose de plusieurs instruments. Météosat 8, un satellite en orbite à 36 000 km au-dessus de la Terre, transmet toutes les 15 minutes des images montrant les différentes couches nuageuses et leurs déplacements. Ces clichés, riches en informations, permettent au météorologue de se faire rapidement une idée de la situation actuelle sur un territoire étendu. Le radar des précipitations lui permet de constater les déplacements de zones de précipitations, par exemple des cellules orageuses. Ces informations sont complétées par celles du réseau de mesure de MétéoSuisse, qui fournit les indications les plus importantes pour le pronostic. Ce réseau consiste en plus de 100 stations de mesures automatiques qui enregistrent toutes les dix minutes des valeurs concernant le vent, la température, le taux d' humidité, la pression et les précipitations. Il comporte en outre 30 stations où l'on fait des mesures visuelles, surtout des nuages et de la visibilité, 25 stations climatiques et près de 370 stations pluviométriques. Pour produire des prévisions alpines dont la durée va jusqu' à dix jours, les météorologues se servent d' un modèle informatique à maille fine. Celui-ci établit diverses cartes météorologiques rendant compte notamment de la pression atmosphérique, de l' humidité et de la répartition des précipitations pour les jours suivants. Le travail du météorologue consiste à comparer ces cartes entre elles et à évaluer la fiabilité des résultats pour établir ses prévisions. Dans la grande salle du restaurant de l' Etzel, un public averti attend l' exposé de Daniel Gerstgrasser, météorologue chez MétéoSuisse Différents stades du développement d' un cumulonimbus: au sud de l' Alvier, 2343 m, près de Sargans ( de g. à d. ) on observe une série de nuages d' âge décroissant. L' enclume à gauche du centre est un nuage orageux. Il s' est formé sur le versant sud des Alpes, à environ 150 km d' ici: dans la région de l' Alvier, les nuages n' ont pas encore commencé à apparaître Un nuage en forme de chou-fleur dont la partie supérieure se transforme en glace: le cumulonimbus capillatus. L' exemplaire en haut de l' image est en train de geler – on le voit à son aspect fibreux –, ce qui signifie qu' il produit déjà des précipitations. Dans quelques minutes, une brève averse s' abattra sur le photographe Photo: eg Photo: Daniel Gerstgr asser Photo: Daniel Gerstgrasser

Du petit cumulus au gros orage

Bien entendu, lorsqu' on se trouve en terrain alpin, il est exclu de se baser uniquement sur les prévisions. Il faut y ajouter les observations qu' on fait sur place 2. Daniel Gerstgrasser conseille de surveiller en tout temps les nuages cumuliformes. En effet, des nuages en forme de flocons ou ornés de petites tours, tôt le matin, dans l' étage moyen 3, montrent qu' il y a des couches instables dans l' atmosphère. Les alpinistes doivent également être très prudents en présence de nuages en forme de chou-fleur. Ils annoncent des précipitations sous forme de pluie ou de grêle, imminentes surtout lorsque le bord supérieur des nuages prend une apparence floue et fibreuse ou que leur forme fait penser à une enclume 4.

La joie des retrouvailles

Cet exposé passionnant invitait les auditeurs à partager leurs expériences. Toute chose ayant une fin, on est passé ensuite à la partie plus conviviale de la rencontre: la dégustation de l' habituelle assiette bernoise. Les participants avaient tout l' après pour se retrouver entre amis et camarades du CAS et se raconter leurs aventures de l' année écoulée. Mais que pensaient-ils du temps qu' il faisait? Caspar Sträuli ne le sut jamais. En tout cas, grâce au foehn qui soufflait ce di-manche-là, ils purent profiter d' un panorama époustouflant et d' une jolie descente hivernale en fin de journée. a Viviane Burkhalter, Berne ( trad. ) 2 Bibliographie: Peter Albisser, Précis de météorologie pour alpinistes, Editions du CAS, Berne, 1995; Andreas Walker, Zeichen am Himmel, Editions Birkhäuser, Bâle, 1997; G. H. Liljequist et K. Cehak, Allgemeine Meteorologie, Editions Vieweg, Wiesbaden, 1990 3 Les nuages de l' étage moyen se situent entre 2500 et 5000 m d' altitude. 4 Les meilleurs renseignements météorologiques pour la Suisse sur Internet se trouvent sur www.meteosuisse.ch. Pour l' ensemble des Alpes, voir aussi www.alpenverein.at ( Club alpin autrichien ), www.meteofrance.com et www.meteo-chamonix.org.

Une averse au-dessus du lac de Walensee: un cumulus s' allège de sa charge en eau. Le rideau d' eau s' étend devant les Churfirsten. Les averses et les orages vont toujours de pair avec une arrivée d' air froid, parfois sous forme de bourrasques Photo: Daniel Gerstgrasser

Feedback