34e Festival du film alpin des Diablerets. FIFAD 2003

FIFAD 2003

Pour cette 34 e édition du Festival du film alpin, 24 productions, pour la plupart européennes, ont été sélectionnées. Le Grand Prix a été décerné à Alex Gabbay pour son très beau « A man called nomad » tandis que l' Allemand Christian Baumeister s' est vu attribuer le prix du CAS pour « Viva vicunia ». Quant au Mérite Alpin, il a été remis à Bernard Crettaz.

A la fin des années 60 du siècle dernier, des amis de la montagne, en particulier des professionnels de la télévision, ont mis sur pied le Festival du film alpin, le seul festival consacré aux films de montagne en Suisse. Soutenu par la télévision romande, quelques industriels du cinéma, le tourisme local et le CAS, le FIFAD doit se contenter d' un budget minimal. Cela n' a pas empêché son directeur Jean Bovon de présenter, comme chaque année, des films de qualité à un public nombreux. Seul bémol, l' absence des passionnés du film alpin alémaniques! Ce festival mériterait d' être plus connu outre-Sarine.

24 films présentés Sur les 80 films participant au concours, un jury a fait une présélection de 24 productions. Provenant pour la plupart d' Europe ( Suisse, France, Italie, Allemagne ), celles-ci ont ensuite été évaluées par un jury de 5 membres présidé par José Giovanni. C' est Marco Grandi qui représentait cette année le CAS. Fondateur et directeur du « Festival dei Festival » à Lugano, cet alpiniste de renom dispose d' une large expérience dans le domaine du film alpin. Prix du CAS pour « Viva vicunia » Le Grand Prix ( Prix de la TSR ) a été décerné à Alex Gabbay, Royaume-Uni/ Népal/Chine. Son film « A man called nomad » brosse le portrait d' un jeune nomade vivant au nord-est de la Chine et pris entre sa destinée de nomade et la vie urbaine. Le film « Viva vicunia » de Christian Baumeister, Allemagne, est lui aussi un d' œuvre. Présentée dans la catégorie Prix de L' Environnement, cette production a obtenu le prix du CAS. « Viva vicunia » se distingue par sa photographie impeccable et très belle. La caméra observe la vigogne, animal vivant sur les hauts plateaux des Andes et qui est en voie de disparition. Le film montre comment les indigènes cherchent à protéger cet animal dont la laine est très précieuse et sert à la confection de vêtements de luxe. Sa dramaturgie, qui tient bien la route, suscite une grande émotion.

Autres prix Les Diables d' Or sont allés à « Hook or Book » de Robert Nicod, France ( Catégorie Sports extrêmes ), qui a également obtenu le Prix du public, et au film « Les Naufragés du Mont-Blanc » de Denis Ducroz, France ( Catégorie Documentaires ). Quant au Prix spécial du jury, il

Le Festival international du film alpin FIFAD en est à sa 34 e édition. Publicité à l' entrée du village Vue du Sepey sur Les Diablerets où chaque année a lieu le FIFAD

est revenu à Bernard Boyer, France, pour son film « Charles et Edouard ».

Les films présentés n' ont pas tous transmis un message culturel. Tourné par les Suisses Boegli, Roth, Guillet et Schneeberger, « Gazex mobile », par exemple, montre trois adeptes du snowboard à la recherche de situations extrêmes. Leurs exploits, qui s' apparentent à de vrais numéros d' acrobatie, ont fasciné le jeune public qui apprécie ce genre de film. Mais n' oublions pas qu' il y a encore d' autres films. Ceux dans lesquels se mêlent habilement action et comportement responsable sauront sans doute produire un très grand effet sur les jeunes spectateurs.

Mérite Alpin Remis à une personnalité qui s' est particulièrement engagée pour l' espace alpin, le Mérite Alpin a été décerné à Bernard Crettaz, ethnologue, professeur en sociologie, et conservateur du secteur Europe du Musée d' ethnographie, Genève. Dans son discours, Bernard Crettaz a formulé son espoir de voir le FIFAD et les Diablerets devenir « la rencontre d' une nouvelle conscience critique de la montagne ». S' opposant à la tendance actuelle qui fait des Alpes une sorte de gigantesque Disneyland, il a démontré que cette évolution était surtout due aux changements culturels qui s' étaient produits dans le monde alpin.

Le FIFAD 2003 appartient au passé. Il reste à espérer que ce festival unique en son genre obtiendra la place et la reconnaissance qu' il mérite dans l' en de la Suisse. a

John Ammann, Zoug ( trad. ) Yvan Dalain, président du jury, lors de la remise des prix. Le prix du CAS a été attribué au cinéaste allemand Christian Baumeister pour son film « Viva vicunia » Dans le cadre du FIFAD, une personnalité qui s' est fortement engagée pour le monde des Alpes se voit attribuer le « Mérite Alpin ». Cette année, le prix est revenu à Bernard Crettaz, professeur en sociologie à l' Université de Genève Jean Bovon, directeur du festival, Marine Bernier, responsable de presse, et John Ammann, président de la Commission de la culture du CAS en pleine discussion ( de d. à g. ) Pho to s:

Die te r S pinnle r

Feedback