Agriculture de montagne et alpinisme. Pour aller au sommet, tu passeras par l'alpe

Pour aller au sommet, tu passeras par l' alpe

Agriculture de montagne et alpinisme

Les paysans de montagne et les alpinistes ont un lien très fort avec les Alpes. Certes, pour l' un et l' autre groupe, ce terme ne recouvre pas la même réalité. Mais plus le temps passe, plus il devient essentiel de concilier besoins et désirs apparemment divergents pour permettre à la Suisse de conserver son « capital montagne ».

Bien avant de dépasser la limite forestière, les alpinistes sont en terrain connu. qu' à 2200 m, ils dépassent fréquemment des chalets d' alpage et en été, ils y trouvent souvent des paysans avec leurs troupeaux. Tout cela ne les étonne pas. Mais est-ce que cela va de soi? Pas forcément, car ce paysage qui nous est si familier est le fruit d' un dur labeur. Les efforts fournis pour le conserver prennent un sens particulier en Suisse et leurs fondements sont retenus dans l' art. 104 1 de la Consti- tution fédérale.

Un mot – plusieurs réalités

Les Alpes: chaîne de montagnes qui s' étend de la Côte d' Azur aux Balkans. Les alpes: zones agricoles de haute altitude, temporairement habitées et exploitées, servant de lieu d' estivage, avec les bâtiments qu' elles comportent. Pendant que les alpinistes partent à la conquête des sommets, les paysans et leurs troupeaux s' arrêtent à l' alpage. Ces derniers y resteront l' été alors que les premiers ne font que passer, en route vers leur destination... Depuis des générations, les montagnes font l' objet d' une description et d' une organisation particulières. Au début de l' été, elles accueillent les troupeaux qui repartent à l' automne, occupation qui se fait souvent graduellement en fonction de la repousse de l' herbe. D' où le fait que les chalets d' al ne sont pas toujours occupés tout au long de l' été. Le lait qui y est produit sert à fabriquer des spécialités connues et appréciées: après l' élevage, la fabrication de fromage est la branche la plus lucrative de l' économie alpine 2.

Vision à long terme pour l' économie alpine

Les régions de montagne sont souvent perçues comme un pôle opposé aux zones citadines. Une de leurs forces est que la nature et la culture peuvent s' y affirmer côte à côte. Mais lorsqu' il s' agit de concilier les deux facettes, les intérêts des paysans, du tourisme et des associations de protection de l' environnement sont souvent en conflit, tout comme leur vision du développement durable en matière d' exploitation des régions alpines. Or le développement, pour être réellement durable, doit tenir compte des aspects économiques, écologiques et sociocultu-rels. Il doit mettre en valeur le capital, la nature et la culture sans les attaquer ni les endommager, en permettant à la population d' exercer une activité dans le respect d' elle et de son environnement. Les sites d' estivage sont un exemple de cet équilibre. Ils sont mis à disposition pendant une période limitée, pour un certain nombre de bêtes afin qu' ils ne soient ni surexploités, ni sous-employés. L' utilisation et la conservation de ces régions – des tâches qui reposent sur une tradition séculaire –, contribuent à la 1 Constitution fédérale, art. 104 ( extraits ): « La Confédération veille à ce que l' agriculture, par une production répondant... aux exigences du développement durable contribue substantiellement... à la conservation des ressources naturelles et à l' entretien du paysage rural,... à l' occupation décentralisée du territoire. » 2 Sites Internet autour du soutien de l' économie de montagne et d' alpage: en français: www.aoc-igp.ch; www.sab.chwww.schweizeralpkaese.ch; en allemand: www.alporama.ch ( répertoire des alpages et lienswww.alpverein.ch ( Simmental/BEwww.alpwirtschaft.ch ( Société suisse d' économie alpestrewww.bergbeizli.ch ( Editions Spillmann Druck AGwww.casalp.ch ( fromages d' alpage de l' Oberland bernoiswww.ig-alp.org ( communauté d' intérêtswww ( canton de Bernewww.zalp.ch ( paysans d' alpage ) Les Alpes: un territoire soumis à une organisation séculaire.. " " .Vue sur des fermes typiques, des mayens et des alpages devant le Wildhorn, dans les communes de Lenk et de St. Stephan Désalpe de Dürrewald et Flösch, près St. Stephan/BE. La montée à l' alpage se fait chaque année en début d' été et la descente, en automne Photo: Y annick Andr ea Un troupeau de moutons et sa bergère Photos: Ernst Zbären sauvegarde de la diversité naturelle. Ces activités profitent à la population, au tourisme et à tous ceux qui apprécient la montagne.

Fromage d' alpage et de montagne

En Suisse, les montagnes sont un territoire clairement défini, plus difficile à cultiver que la plaine et, en général, moins intensément exploité. Les produits provenant de ces régions sont clairement désignés comme tels; c' est le cas notamment du fromage d' alpage produit tout au long de l' année. Nombreuses sont les vertus qu' on associe aux produits de l' alpe. Pour ne citer qu' un exemple, dans Heidi, de Johanna Spyri, c' est le lait de montagne qui contribue à la guérison de la petite Clara, une fille de la ville. Sur les alpages, les animaux vivent dans un environnement naturel et ils sélectionnent eux-mêmes leur nourriture parmi une grande variété de plantes. Les produits estivaux, fabriqués à partir du lait de ces animaux, représentent un revenu saisonnier non négligeable dans ces contrées reculées. On peut les acheter en plaine, mais le plaisir est encore plus grand lorsqu' on les savoure sur place, par exemple sur le chemin des cimes!

Culture et tourisme

Le médecin suisse Albrecht von Haller, le premier, s' est intéressé à l' économie des régions de montagne. A son époque, les scientifiques, les chercheurs et les voyageurs commençaient à explorer les montagnes. Tout naturellement, les paysans montés à l' alpe ont été les premiers à accueillir et à restaurer ces nouveaux arrivants. Dès la fin du XVIII e siècle, les touristes commencèrent à se rendre dans les Alpes pour le plaisir et pour faire de l' exer physique. C' est au milieu du XIX e que d' aucuns se lancèrent à la conquête des sommets, par simple goût du défi. Là encore, les paysans de montagne jouèrent un rôle important: leurs connaissances de l' environnement alpin en faisaient des guides naturels. C' est également eux qui, les premiers, utilisèrent des skis pour faciliter leur travail. Il n' est pas étonnant, dès lors, qu' on ait trouvé bon nombre d' entre eux parmi les premiers professeurs de ski et dans les premières compétitions. Aujourd'hui encore, les constructions d' alpage servent souvent de point de départ pour les courses à ski ou d' alpinisme, leur donnant ainsi un rôle nouveau. Néanmoins, la population des montagnes porte souvent un regard sceptique sur ces sports Aujourd'hui encore, l' agriculture de montagne se fait en grande partie à la main. Un paysan aiguise sa faux Le travail des paysans de montagne a une influence déterminante sur l' apparence des régions exploitées par le tourisme En Suisse, les régions de montagne sont clairement délimitées. Elles sont plus difficiles à cultiver et, bien souvent, leur exploitation est moins intensive que pour les régions de plaine. Ici, un paysan de montagne rentrant les foins Photos: Y annick Andr ea pratiqués uniquement pour le plaisir car elle est souvent concernée, d' une manière ou d' une autre, par les risques encourus par d' autres.

De muletiers ou charretiers, les paysans de montagne sont devenus restaurateurs, gardiens de cabane, employés par les sociétés de téléphériques ou dans les domaines skiables. Bon nombre d' en eux coupent ou travaillent le bois comme source de revenu auxiliaire. En prenant soin de la forêt, ils assurent la protection des habitations et des routes. Les touristes venus passer la journée ou leurs vacances en montagne profitent des prés et prairies; en échange, ils font tourner l' économie en achetant des produits locaux ou en se restaurant sur place. On comprend dès lors que l' in économique des régions de montagne avec les milieux du tourisme est une nécessité.

Réformes agraires et perspectives d' avenir

Au début des années 1990, la politique agricole suisse a opéré un changement de cap. Depuis, diverses réformes successives ont été imposées. On prépare actuellement une nouvelle étape: la politique agricole 2011. L' idée maîtresse de ce mouvement est de briser le lien entre politique des prix et politique des revenus. A moyen terme, le but est de commercialiser les produits de l' agriculture sans subventions. Les paiements directs complètent les recettes des paysans et compensent les pertes subies sur les ventes. En parallèle, conformément à la volonté du peuple suisse, on s' oriente vers un mode de production plus écologique. Chaque exploitant doit prouver qu' il cultive les surfaces dont il dispose conformément aux prestations écologiques requises ( PER ), ce qui lui donne droit à des paiements directs.

Les paysans ne font pas que fabriquer des produits alimentaires: c' est grâce à eux que l' occupation du territoire est décentralisée et que de larges portions de terre sont exploitées. Il s' agit là d' une contribution énorme au maintien des paysages de campagne et des régions accueillant des touristes. Les vacanciers sont heureux de pouvoir s' échapper dans la verdure, les prés fleuris et les paysages en terrasses; ils ne se rendent pas compte que l' idylle n' est qu' apparente. En effet, dans les régions de montagne comme ailleurs, les changements structurels sont inéluctables. Le nombre de paysans se réduit comme peau de chagrin et les terrains exploités sont de plus en plus vastes. La charge de travail de chaque exploitant augmente donc, exigeant des restructurations. Les moissonnages se font plus espacés, les prés deviennent prairies et les sites difficilement accessibles sont laissés à l' abandon. Ici, la forêt reprend le dessus, provoquant des changements qui font perdre au paysage une partie de son attrait pour le tourisme.

Même si les moyens disponibles sont limités, même si le contexte économique et politique est difficile, on ne doit en aucun cas oublier les mandats retenus dans la Constitution. Il est essentiel que les tâches dont s' acquittent les paysans de montagne continuent de leur assurer des paiements directs. On doit s' attacher explicitement à continuer d' exploiter ces paysages uniques dans une optique de développement durable, de les préserver et d' y fabriquer des produits de qualité. a Ernst Roth et Mar tin Jutzeler, Inforama Berner Oberland, Hondrich 3 ( trad. )

Bibliographie

Dietl et al., Alpwirtschaft. Zollikofen, 1994 Alfred G. Roth, Der Sbrinz und die verwandten Bergkäse der Schweiz, Berne, 1993 Christine Rudmann, Langfristige Sicherung der Funktionen der schweizerischen Alpbetriebe, Zurich, 2004 Didier Schmutz/Hugues de Wurstemberger/ Christian Lutz, AOC, une identité retrouvée: AOC fromagères suisses, Berne, 2005 zalpverlag ( collectif d' auteurs ), Neues Handbuch Alp, Handfestes für Alpleute, Erstaunliches für Zaungäste, Mollis, 2005 3 Ouvrages publiés par Ernst Roth en collaboration avec le photographe Beat Straubhaar dans la série z' Bärg – Wege zum Alpkäse, Editions Weber AG, Thoune/Gwatt: tome 1: Ämter Signau, Thun, Nidersimmental, 2002; tome 2: Amt Interlaken, 2003; tome 3: Frutigland, 2004; tome 4: Obersimmental, 2005; tome 5: Saanenland, 2006 Le calme, enfin! On présente souvent la montagne comme un pôle opposé à la vie citadine La dénomination de produits « d' alpage » s' applique à des produits saisonniers fabriqués en été, en général à la main et sur l' alpe même. Sur la photo, vaches devant le Corn da Tinizong L' économie laitière est le pilier de l' agriculture de montagne Les fromages de montagne et d' alpage sont très appréciés

Voies et sites nouveaux

Vie e siti nuovi

Neue Routen und Gebiete

Feedback