Albert Eggler nous a quittés

11 juin 1913-25 août 1998 C' est avec stupeur que nous avons appris le décès d' Albert Eggler, une des personnalités les plus en vue de l' alpinisme suisse et membre d' honneur du Club alpin suisse.

Originaire de Brienz, Albert Eggler a découvert l' alpinisme alors qu' il était étudiant en droit à l' Université de Berne. Il s' est fait connaître au-delà de nos frontières comme chef de l' expédition suisse de 1956 à l' Everest et au Lhotse, au cours de laquelle il a réussi les deuxième et troisième ascensions du point culminant de la terre, ainsi que la première du Lhotse. Au lieu de céder à ses ambitions personnelles en tentant l' ascension de plusieurs sommets, avec son autorité naturelle et ses facultés de commandement notamment acquises au service militaire, il a préféré conduire au succès le groupe qui lui avait été cofnié.

Parallèlement à son activité d' avo, Albert Eggler occupa très tôt des postes importants dans diverses organisations alpines. Il fut président de la section bernoise du CAS de 1958 à 1963, puis président central du Club alpin suisse de 1964 à 1967. Nommé en 1966 chef du Service des avalanches de l' armée, il fut ensuite président de I' UIAA de 1969 à 1972 puis, de 1987 à 1993, président de la Fondation suisse pour la recherche alpine ( FSRA ), organisme qui avait patronné l' expédition de 1956.

Albert Eggler exprimait toujours son opinion avec précision et sans détour. Il avait aussi le don d' écoute et savait aller au-devant des autres avec une large ouverture d' esprit. Cette dernière se reflétait également à travers son attitude constructive face à l' évolution moderne de l' alpinisme ( qu' il s' agisse de compétitions, d' es Albert Eggler, 1913-1998 Nous aurions tous souhaité qu' Albert Eggler, notre mentor, conseiller et estimé camarade d' alpinisme, reste encore longtemps parmi nous. Mais le destin en a décidé autrement. Victime d' un accident mortel lors d' une randonnée à la Simmeflue ( Oberland bernois ), il nous a quittés le 25 août 1998 à l' âge de quatre-vingt-cinq ans.

La nouvelle croix de fer forgé au sommet du Pizol calade plaisir ou des dernières découvertes dans le domaine des avalanches ) ou la reconnaissance de son caractère sportif. La créativité avec laquelle il animait les projets les plus divers s' accompagnait toujours d' un chaleureux engagement social. Lorsque sa silhouette svelte apparaissait et lorsque ses interventions, formulées d' une voix grave dans un dialecte soigné et soulignées d' un geste précis de ses mains noueuses, se faisaient entendre, on savait tout de suite en présence de qui on se trouvait.

Encore récemment, on rencontrait fréquemment Albert Eggler dans les montagnes qu' il affectionnait. Il lui aurait été extrêmement pénible de devoir renoncer à sa passion de l' alpi pour des raisons de santé. Conscient de ce fait, il racontait avec un soupçon de mélancolie dans la voix, une semaine seulement avant sa mort, qu' il s' était rendu à la cabane du Mönchjoch, mais que cette fois-ci les forces lui avaient manqué pour continuer jusqu' au sommet du Mönch. Pourtant Albert Eggler nous a quittés, victime d' un accident dans les Préalpes qu' il connaissait cependant si bien. Dans notre peine, il est toutefois réconfortant de savoir qu' il s' en est allé en pleine activité, dans le décor cher à son cœur qui a marqué toute sa vie. Mais ce qui nous manquera le plus, c' est le fin sourire éclairant son visage buriné par les intempéries, relevant les coins de sa bouche et animant ses yeux vifs et clairs.

Christine Kopp, Unterseen ( trad. ) M

lommunications

Je la direction du club

Zomunicazioni

iella direzione del club

litteilungen 1er Clubleitung

développement des prestations exclusives offertes par le CAS. Nous lui souhaitons plein succès et beaucoup de satisfactions à ce poste.

Le Comité central du CAS ( trad. ) I

Feedback