André Roch – une vie de «Premier de cordée»

Une fois achevée sa formation d' in et de guide, André Roch, né en 1906, se lance dans le ski et la compétition, où il connaît des succès internationaux, comme skieur et comme entraîneur. Après cette « première carrière », le sportif et le montagnard genevois se tourne vers l' alpinisme, dont il deviendra, par d' audacieuses premières et ascensions, l' une des figures marquantes du siècle, dans les Alpes mais aussi à l' étranger. Ses expéditions dans l' Himalaya indien du Garhwal, à l' ouest de la frontière népalaise, sont notamment au nombre des exploits qui l' ont fait connaître et reconnaître 2.

Une époque de « Premier » André Roch, alors que nous lui rendons visite, est justement en train de feuilleter Premier de cordée, le célèbre roman de Roger Frison-Roche ( 1906–1999 ), publié en 1941, qui raconte la vie des guides alpins des années 2O. De son fauteuil, dans le salon de sa maison genevoise, le regard de l' alpiniste genevois peut s' élever vers le Salève, terrain d' escalade de longue tradition, à quelques kilomètres au sud de la ville. C' est dans cette falaise de calcaire que des alpinistes comme Raymond Lambert et Roch ont fait leurs premières longueurs de corde.

Un premier de cordée: c' est bien ce qu' André Roch a été tout au long de sa vie non seulement de guide et d' alpiniste ( avec, à son actif, pas moins de 52 premières dans divers pays ) mais aussi d' in auprès de l' Institut pour l' étude de la neige et des avalanches, à Davos, où ses quelque trente ans d' activité lui ont valu une notoriété internationale.

Un coup d' œil sur les expéditions de Roch montre bien son rôle de pionnier. En 1934, il s' attaque au Baltoro et au Sia Kangri ( Pakistan ), tous les deux à ski et au-dessus de 7000 m. En 1938, c' est le Mount Forel ( Groenland ); suivent en 1939 le Dunagiri et le Ghori Parbat puis,

1 Cf. l' article consacré à Ulrich Inderbinen ( Alpes 12/2000 ). 2 Cf. l' article page 34 du présent numéro André Roch dans la tente-réfectoire de l' expédition suisse au Garhwal ( 1947 ), sommet du massif de Gangotri dans le Garhwal, Himalaya ( Inde ) LES ALPES 6/2001

en 1947, le Satopanth et le Kedarnath, un 6000 et un 7000 indiens. En 1950, il réussit la deuxième ascension du Mount Logan ( 5959 m ), le plus haut sommet du Canada. En 1953, au Dhaulagiri, Roch parvient à l' altitude de 7200 m. Dans les Alpes, il réussit des premières, notamment à la Dent du Requin ( première hivernale, en 1926 ), à la Dent Blanche ( face ouest,. " " .1944 ), au Rothorn de Zinal ( directe de la face est, 1945 ).

On trouve également à son palmarès de très grandes courses comme la troisième ascension de l' arête est de la Jungfrau ( 1928 ), une deuxième à la Dent Blanche ( 1943 ), et le septième parcours de la face nord du Cervin ( 1949 ).

Lumineux souvenirs Les souvenirs émaillent la conversation d' André Roch comme des rais de lumière. Il évoque notamment Alexander Graven, qui en 1947, lors de la première du Satopanth, en Inde, avait avancé en taillant marche après marche sur une arête très exposée. Il parle aussi de l' une de ses filles, tuée pendant une course qu' il avait entreprise avec elle.

Il y a deux ans, Roch, dans une lettre particulièrement émouvante, avait pris congé de ses amis: « Je pense toujours à mes belles ascensions, et malgré quelques accrocs, je trouve que j' ai eu beaucoup de chance. (... ) Je ne sais pas combien de temps j' ai encore à vivre, mais tant que je suis de ce monde, j' ai le plaisir de repenser à tous mes amis qui m' ont reçu. » André Roch vit au milieu de ses peintures – peintures par lesquelles il a voulu saisir ses montagnes. De nombreux tableaux représentent des paysages de l' Himalaya, région que Roch affectionne particulièrement. En 1952, il participa d' ailleurs à l' expédition à l' Everest au cours de laquelle Raymond Lambert et le sherpa Tensing parvinrent à près de 300 m sous le sommet. A son retour, Roch avait d' ailleurs déclaré: « L' Everest n' est pas difficile, il est juste un peu trop haut !»

Voir haut...? Toute sa vie, André Roch a regardé vers les hauteurs. a

Christine Kopp, Unterseen ( trad. ) Image prise par André Roch lors de l' expédition au Garhwal ( 1947 ): les sherpas en marche vers le Dôme Blanc ( 6832 m ). A l' arrière, le massif de Bhagirathi. Le Satopanth ( 7075 m ), sur une image d' André Roch prise pendant l' expédition suisse au Garhwal ( 1947 ), expédition victorieuse Instantané pris lors de l' expédition au Garhwal ( 1947 ): Annelies Lohner, Alfred Sutter, André Roch, René Dittert et Alexander Graven ont réussi cinq premières dans le massif de Gangotri Pho to s:

ar chi ve s SS AF

Un longue course au départ de la maison

Feedback