Aufstieg et Absturz - un drame de l'apinisme

Ferdinand Hodler et l' Exposition universelle de 1894 Les tableaux géants Aufstieg ( ascension ) et Absturz ( chute ), réalisés par Ferdinand Hodler pour l' Exposition universelle de 1894, à Anvers, sont définitivement sauvés de l' oubli: une exposition au Musée alpin suisse de Berne et un catalogue exhaustif présentent les résultats probants d' un projet de recherche récemment mené à terme sur ces deux œuvres, acquises il y a 65 ans.

Les deux grands dioramas de 28 m2 chacun, intitulés Aufstieg et Absturz, du grand peintre suisse Ferdinand Hodler, ont connu une histoire aussi rocambolesque que mystérieuse. En 1916, ils ont même été découpés en sept morceaux qui se concentrent sur les douze personnages des deux cordées. Comment ces œuvres ont-elles pu tomber dans l' oubli?

Photo: archives de la ville d' Aï Les panoramas géants et les dioramas - véritables attractions Le diorama fut présenté à Paris en 1822 comme un développement dynamique du panorama statique. Comme son nom l' indique ( dia = à travers, horama - voir, vue ), le diorama était un tableau animé par un éclairage changeant et une technique consistant à appliquer la peinture sur les deux faces de la toile et à tirer profit de la transparence. Plus tard vinrent s' y ajouter des parties mobiles, des installations acoustiques, des machines à faire du vent, des torrents, des fleurs de montagne et des yodleurs réels dans le but de créer « l' illusion totale ». Les panoramas et les dioramas allaient devenir des articles courants après 1850.

Une entreprise risquée et un échec Hodler devait savoir qu' en acceptant cette commande, il se lançait sur un terrain glissant, étant donné que ce genre de réalisation était attribuée au domaine du divertissement et n' était pas considérée comme de l' art. Mais apparemment, l' idée de lancer des panoramas et des dioramas géants comme objets d' art plut à Hodler - tout comme à d' autres artistes tels que Giovanni Segantini ou Giovanni Giacometti.

Pavillon d' entrée du « Panorama des Alpes Suisses » sur l' aire de l' Exposition universelle d' Anvers, en 1894. On reconnaît l' inscription « Cyclorama / Panorama des Alpes Suisses / Peinture gigantesque / Ascension et terrible catastrophe / La Jungfrau 4236 m. Le Mönch 4173 m, l' Eiger Glaciers / Neiges éternelles / Torrents et cascades » Histoire, culture et littérature alpines a. < II était question d' un cycle comprenant une scène d'«ascension », une autre de « chute », ainsi qu' un troisième tableau intitulé « découverte des corps », qui ne fut finalement pas exposé. Ce projet abordait un thème sensible dont la représentation était tabou pour l' époque. C' était en fait considéré comme de l' anti. Seuls de rares illustrateurs l' avaient représenté. Les deux toiles n' eurent finalement ni le succès, ni l' effet escompté, qui était de susciter un débat par leurs dimensions monumentales et le sujet terrifiant. Le drame, c' est que les milieux spécialisés ne firent même pas cas de la qualité des peintures. Le lieu où elles étaient exposées et le thème à sensation leur collaient comme une tare, les rabaissant au niveau de décor de scène.

Ce qu' il advint plus tard Vu leur insuccès, les deux dioramas ne furent pas montrés à l' Exposi nationale de Genève, en 1896, et on les mit en vente. Ils allaient ensuite sombrer dans l' oubli pendant une longue période. En 1912, ils firent pourtant une apparition assez remar- quée lors de l' exposition d' art de Dresde, et en 1916 au Kunsthaus de Zurich. Mais cette reconnaissance arrivait trop tard. Hodler, qui n' aimait manifestement pas se rappeler l' échec de ces œuvres invendables parce que surdimensionnées, avait quelque temps auparavant consenti à ce qu' elles soient découpées en fragments.

Le CAS fait bouger les choses Dès 1927, les dioramas de Hodler purent être achetés sous forme de fragments. Les critiques publiées à l' époque dans la littérature bloquaient toutefois la demande. C' est essentiellement à Hans Raschle, à l' époque responsable des publications du CAS, que l'on doit la récupération de l' œuvre. Une collecte réalisée auprès des membres du CAS rapporta 3000 francs, et l' assemblée des délégués libérait, en 1934, 15000 francs pour l' acquisition de trois tableaux. Les quatre autres furent achetés pas la Fondation Gottfried Keller. Le CAS avait en fait l' intention de les réserver pour le Musée alpin suisse de Berne, une fois rénové. Mais à défaut de local approprié pour la présentation intégrale des tableaux en diorama, ils furent déposés au Personnages, fragments du diorama Absturz, 1894, huile sur toile, 326 x 160 cm. Un guide de montagne et un alpiniste affrontent les éléments: avalanche et chute de pierres. Les détails démontrent la qualité picturale de l' œuvre monumentale Kunstmuseum de Berne. Ils n' y ont jamais été exposés en version reconstituée, comme l' avait proposé le directeur, mais on a pu les voir durant quatre ans sous forme fragmentée dans les escaliers de ce même musée. En tant que « copropriétaires » des tableaux, les membres du CAS avaient même droit à la visite gratuite du musée!

Configuration originale et travaux de recherche Depuis les années cinquante, les deux œuvres ont failli être à nouveau oubliées dans un dépôt. C' est seule- « Ferdinand Hodler et l' Exposition universelle de 1894 » Lieu: Musée alpin suisse Durée: du 25 juin au 31 octobre Horaires d' ouverture: lundi de 14 h à 17 h, mardi à dimanche de 10 h à 17 h.

Le catalogue, richement illustré, est disponible au Musée alpin suisse, à Berne, tél. 031/351 04 34. Tous les textes relatifs à l' exposition sont également rédigés en français.

Entrée: 5 fr., membres du CAS 3fr.

Projet d' affiche et détail de Absturz pour le « Grand Cyclorama des Alpes Suisses », 1893/94, crayon, crayons de couleur et plume à l' encre de Chine, 36,. " " .2 x 24 cm, avec en haut l' inscription: « Exposition Universelle d' Anvers 1894/ Grand Cyclorama des Alpes Suisses », et en bas: « Grand prix d' honneur / Chicago 1893 » ment en 1993 qu' une transformation du Musée alpin suisse allait permettre d' exposer les sept fragments dans la nouvelle salle « Hodler ».

L' année 1998 marqua le début d' un travail de coopération peu ordinaire. Dans le cadre de cours dispensés à l' Institut d' histoire de l' art de l' Université de Berne, des assistants et des étudiants entreprirent de se pencher sur la littérature et autres sources relatives aux dioramas. La collaboration intense qui s' instaura avec le Musée alpin suisse donna naissance à un concept d' exposition captivant et à un catalogue diversifié. C' est donc la première fois que les tableaux réalisés par Hodler pour l' Exposition universelle de 1894 ainsi que leur histoire sont présentés de manière complète - et c' est un nouveau pas vers une analyse rétrospective et une reconnaissance des mérites de Ferdinand Hodler et de son importante contribution à l' art moderne.

Résultats d&s travaux de recherche Outre de nombreux liens et détails intéressants, les auteurs du catalogue fournissent également la preuve que les dioramas s' intègrent logiquement dans l' œuvre de l' époque et dans le cheminement artistique de Ferdinand Hodler. Ils mettent ainsi fin au préjugé qui consistait à ne voir dans ces œuvres que leur caractère documentaire et exhibitionniste.

Evitant toute allusion à des illustrations contemporaines, Hodler a choisi un fond de coulisses dans lequel il a inséré ses personnages. Les alpinistes y prennent une place eminente. Les croquis préparatoires montrent l' élaboration progressive de chaque sujet. On ne trouve guère de Men, dans ces tableaux, avec l' illus de Gustave Doré qui met en scène le drame du Cervin de 1865.

Affiche officielle de l' Expo universelle de 1894

MAY-NOVEMBE

Under the ,raeiotis Putfortage of H.M.p " KING orti« Belgians* Fine ArtsInstruction Liberal and Industrial Arts Manufactures— Electricity ),:, Navigation and Trade --.'i Military Art », Jflshlng « M' Pisciculture, Horticulture L' exposition Cette exposition captivante est divisée en deux parties. Elle est axée sur les peintures à l' huile Aufstieg et Absturz de Hodler, présentées dans un nouvel éclairage et sous de nouvelles perspectives optiques. La comparaison avec 18 projets originaux, montrés pour la première fois avec les tableaux, est particulièrement intéressante.

La deuxième partie de l' exposition retrace l' histoire du mandat confié à Hodler. Elle illustre sa méthode de travail et présente de la documentation sur l' Exposition universelle d' An. On peut constater sur écran, qu' à quel point il a été possible de reproduire les couleurs originales des dioramas.

Urs Kneubühl, Musée alpin suisse ( trad. ) m

cience et montagne Scienza e mondo alpino

Wissenschaft md Bergwelt

Pourquoi des mesures thermométriques précises?

La neige, matériau extrêmement complexe, est le siège de processus de transformation induits essentiellement par des variations de température. Les instruments de mesure habituels ( thermomètres, thermocouples, thermomètres à résistance, etc. ) ne permettent toutefois que de suivre imparfaitement ces processus. La thermographie, mesure sans contact, livre en revanche des données bidi-mensionnelles d' une haute résolution, à savoir des valeurs thermométriques pour des variations de distance de l' ordre du millimètre. On parvient également à suivre sans difficulté des phénomènes dynamiques en enregistrant des images à intervalles d' une seconde. Ce qui vaut pour les cartes topographiques est également valable ici: plus la somme d' informa obtenues relativement à un objet donné est élevée, plus leur utilité augmente pour obtenir des renseignements détaillés.

Pour la recherche en nivologie, les mesures fines et précises de température sont importantes. Ce sont elles, en effet, qui permettent de connaître exactement le comportement des gradients de température à proximi- Pourquoi et comment se forment les avalanches reste un problème complexe.

Améliorer les connaissances passe par la compréhension des processus thermiques. C' est pourquoi, au cours de l' hiver 97/98, l' ENA a cherché à savoir si la photographie IR de la neige est possible et si elle peut apporter de nouvelles informations1. Des clichés intéressants ont été réalisés principalement par l' examen des surfaces et des profils.

.'Ces essais ont été réalisés dans le cadre d' un projet commun de la Division Physique du bâtiment du Laboratoire fédéral d' essai des matériaux et de recherches ( LFEM/EMPA ), à Dübendorf, et de l' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ( ENA ), à Davos.

ni. 1 L' appareil à infrarouge du LFEM avec à l' avant à droite, le viseur de la caméra fixé sur un pied. Le corps de l' appareil, qui est muni d' un écran LCD, est placé sur la table avec un récipient contenant de l' oxygène liquide ( -195.7° C ) et un accus pour le travail sur le terrain III. 2 26.1.1998,. " " .10 h 35. Photo normale de Saint-Moritz et du Piz Julier. Les pentes sud-est du domaine skiable té de la surface, les variations de température aux limites des couches et les irrégularités locales de la couverture. En outre, les analyses par infrarouge de profils neigeux permettent de vérifier certains modèles numériques servant au calcul des répartitions des températures et des flux thermiques.

Comme le montre la photo de la région de St. Moritz, les clichés ther-mographiques peuvent être pris également à une grande distance. Selon les conditions météorologiques et l' éloignement, les valeurs absolues de température manquent d' exactitude en raison, entre autres, de la faible résolution et de l' humidité de l' air. Les différences entre les valeurs fournies par l' image, néanmoins, sont le plus souvent très précises ( cf. ill. 2 et 3 ) si les objets ont une émission semblable.

Gradients de température Un profil neigeux fournit diverses informations. Outre la structure des couches, leur dureté, la forme des grains et la répartition des températures ( c'est-à-dire le gradient ) sont de première importance. En plein hiver, par ciel clair et fortes pertes par rayonnement, la température de surface de la couche neige descend largement en dessous de la températu- III. 3 Photo IR. On remarque les fortes différences des températures superficielles de la neige entre les pentes ensoleillées et la surface du lac, à l' ombre. Plage de -5° C à -30° C sont depuis longtemps au soleil alors que le fond de la vallée ( lac ) est toujours dans l' ombre Fonctionnement d' une caméra à infrarouge La photographie infrarouge rend visible le rayonnement thermique d' un objet. La caméra fournit au dispositif d' enregistrement près de 53000 mesures par le biais d' une optique à miroir. Ces mesures forment une image de 256 X207 points, chaque mesure correspondant à une couleur définie. Le réglage de la sensibilité jusqu' à 1/10 de Kelvin - et la fixation d' une température de base permettent d' obtenir une image qui montre une plage plus ou moins étendue des températures. La même prise de vue, avec des réglages différents, peut donc fournir des images très différentes. Pour l' homme, le spectre visible est compris entre 0,4 et 0,7 micro-mètre; la caméra utilisée ( NecTH 3101 MR ) travaille entre 8 et 13 micromètres. Elle mesure ainsi l' in maximale de la température ambiante dans la « fenêtre atmosphérique », c'est-à-dire sur la plage où l' air est transparent aux infrarouges. L' interprétation des clichés est l' affaire de spécialistes. Il est important de savoir d' une part quel pouvoir d' absorption et d' émission la surface des matériaux présente et, d' autre part, que l' image peut être faussée par des réflexions provenant de l' envi, par exemple des surfaces chaudes de bâtiments.

leillée ) et -35° C pendant la nuit ( cf. ill. 2 et 3 ). Le diagramme d' un profil fraîchement dégagé ( cf. ill. 5 ) montre ( trait rouge épais ) la répartition des températures dans les premiers 30 cm d' une couche de 70 cm d' épaisseur. L' augmentation de la température de surface pendant le jour ( vue prise vers 15 h 30 ) replie fortement vers l' arrière le gradient thermique nocturne. Plus ce gradient est plat c' est élevé - plus puissant est en conséquence le « moteur » de la métamorphose qui peut provoquer une dangereuse formation de faces planes ( ou « gobelets » ).

L' analyse par infrarouge montre avec une précision jamais atteinte combien le gradient est élevé et variable dans les couches proches de la Ebene Mattawald, Disk 10b. BZ. 1 Sek nach Abstkr c:WWaïOs\lrbllder\disk1O.bW)310002.tmp Emls:l 00 6 Zpòm:l,. " " .3/13 nuit re de l' air. La température du sol, en revanche,, en raison de l' effet isolant de la neige et du flux géothermique, oscille la plupart du temps autour de 0° C. Selon l' épaisseur de la couverture neigeuse, il en résulte un gradient plus ou moins élevé qui sert de « moteur » à la diffusion de la vapeur d' eau et au flux thermique et, par là même, à la transformation des cristaux de neige ( métamorphose ). De toute manière, la courbe des températures n' est pas stationnaire: elle se modifie en permanence, particulièrement à proximité de la surface, en se rapprochant des variations de la température superficielle. Cette dernière, par un jour d' hiver froid et clair, peut se situer entre -5° C ( surface enso- III. 5 Diagramme. Les températures le long de la ligne blanche du profil IR de la neige. Les différentes courbes montrent la varia- surface. Cette précision ne peut pas être obtenue par les mesures manuelles car le rayonnement qui s' introduit dans la couche influence le c capteur, d' une part, et l' instrument » lui-même est source de chaleur, 5 d' autre part. * Un profil offre une image de l' état " interne de la couche de neige. Cet mi état se modifie toutefois relative- 31 ment vite puisque, dès le dégagement du profil, les masses d' air froid parviennent vers les couches plus chaudes proches du sol. Se pose dès lors la question de la vitesse des transformations mesurables sur le profil. En d' autres termes, une image infrarouge peut-elle révéler les III. 4 Image IR des 30 premiers cm d' un profil ( Davos, 27.1.1998, 15 h 28, hauteur totale de neige: 70 cm ). Sur la ligne blanche ( y ), les températures sont données sur des échelons de 1 mm et utilisées pour le diagramme de l' iti. 5. Sous la ligne blanche, le profil de température ne se poursuit pas, le découpage de la neige n' ayant qu' une profondeur de 30 cm environ températureCtempérature de l' air env.9° C -22 -20 -18 -16 -14 -12 -108 -6 5 1 s. 4 s. 10 s. 20 s. 30 s. 40 s. 50 s. 60s.

80s.

env. 40 min.

0 - surface de la neige Davos, 27. 1. 1998 tion au cours du temps. La courbe 1 s ( en rouge ) correspond pratiquement à la température réelle momentanée de la neige.

La ligne brisée sur la surface montre le phénomène des diverses températures de surface. ( Cf. ill. 4 IR, photographie rapprochée ) Science et montagne III. 6 8.1.1998. 16 h 16. Image IR normale. On voit que, en raison du rayonnement réduit, des températures ponctuelles plus élevées sont enregistrées sous la barre transversale Kersuchsleld UJFJ III. 7 8.1.1998, 16 h 16. Même position de la caméra, même réglage que pour le cliché IR A, mais 12 s plus tard. Le léger vent ( tempé- IM. 9 8.1.1998. Vue partielle du terrain d' expériences de l' ENA au Weissfluhjoch. Par beau temps, le terrain se trouve déjà à l' ombre vers 16 h 16. Des instruments de mesure sont montés sur la barre transversale ( diam .: env. 8 cm ) rature de l' air: -6° C ) a élevé la température superficielle de 1,5°C par endroits III. 8 Soustraction des images IR A et B. Le résultat est une image montrant la différence entre les deux images ( avec une nouvelle échelle ). On remarque que les différences à court terme des températures superficielles n' ont pas une cause statique ( par exemple: une hauteur de neige différente ) mais sont influencées ponctuellement et rapidement par le vent. Les matériaux réagissant lentement ( barres de montage ) modifient à peine leur température pendant ce court laps de temps. Ils sont mis à zéro par soustraction ( 0° C = vert ) proviennent d' un film IR et de clichés pris à intervalles d' une seconde ( s ). On voit qu' une extrapolation vers le temps x = 0 ne montrerait pas de différence notable avec la courbe obtenue à x =1 s. Les valeurs pour 1 s indiquent donc pratiquement les températures réelles de la couche.

La température de surface L' observation de diverses surfaces a montré clairement que la température n' y est pas une valeur fixe mais qu' elle varie fortement dans l' espace et le temps.

Les exemples suivants indiquent les raisons de ces variations et leur étendue.

conditions thermiques réelles d' une couche de neige à un moment donné? Pour répondre à cette question, une série de courbes des températures a été établie pour différents moments après l' ouverture d' un profil ( cf. ill. 5 ). Les données originelles Modification par petits courants d' air: des « paquets d' air » chauds ou froids passant sur la surface provoquent en peu de temps des réchauffements ou des refroidissements locaux ( cf. ill. 6 à 8 ).

Structure de la surface et cristaux de givre: les images de détail du givre de surface montrent que, selon la structure de la surface et la situation des cristaux de givre, des différences de température jusqu' à 4° C peuvent apparaître dans de très petits volumes, de l' ordre du millimètre. A remarquer que ce phénomène ne peut être mis en évidence que par photographie infrarouge rapprochée. L' ac de la distance à l' objet détériore la résolution et noie les différences dans une valeur moyenne.

Hétérogénéité de la neige: elle peut également se manifester par des températures superficielles différentes. Les clichés réunis jusqu' ici montrent des différences de température par zone qui ne peuvent pas être attribuées aux phénomènes déjà évoqués. Les causes exactes de ces différences ne sont pas connues. L' une d' elles pourrait résider dans la différence des états de surface - dur, mou, grains fins, givre, notamment ( cf. ill. 9 et 10 ).

Localisation des victimes d' avalanches Avant le début des travaux sur le terrain, la question a été posée de l' utilisation de la thermographie pour localiser les victimes d' ava. Du point de vue de la physique, l' espoir d' un succès était très mince, ce qui a été confirmé par diverses expériences.

Les raisons suivantes s' opposent à la localisation d' une personne par mesure de la température de surface de la couche neigeuse:

- la caméra infrarouge enregistre exclusivement la température superficielle; ce n' est pas un appareil de radiographie.

- un cône d' avalanche recouvrant des victimes n' a, pendant un certain laps de temps, pas de températures « ordonnées », la neige étant complètement mélangée. Ce n' est qu' après rétablissement d' un étagement des températures qu' une localisation serait possible. De plus, une victime sous la neige ne provoque en surface qu' une très faible hausse de la température, quelques dixièmes de degré. Cette hausse ne peut pas être mise en évidence par une photo IR Pantalon outdoor pour femme SHELBY Des coloris tout droit issus de la nature, des coupes comme il n' en Existe que chez Schaffe] et dES matériaux sortant de chez les meilleurs fournisseurs du monds! Un pantalon ds randonnéE confortable, de coupe parfaitE. Idéal pour combiner avec les gilets et les chsmisEs Schöffel.

Poches plaquées et poches revolver.

Taüles: 36 au 44, Prix: 149, su-

A-OF

Active Comfort Fabrics Tailles: 36 au 46, Prix: 89,. " " .90 sr.

Polo pour femme 5 ANDY Pour profita- des bellss journées chaudes saie M&à Gilet outdoor pour femme ATOCA La nature, l' aventurE, les voyages... apprécier l' été en plein air. Ce gilet d' entretien facile semble approprié: son matériau ACF vdus garantit solidité et confort. Seuls les matériaux fonctionnels soumis aux tests les plus durs peuvent porter le nom Active Comfort Fabrics ", un signe de qualité chez Schöffel. Taille ajustable, légère doublure filet, beaucoup de place dans les poches.

Taffies: 36 au 46, Prix: 199, s » Chemise à manches courtes pour femme IVA Le plaisir du plein air, avec ce chemisier en coton, imprimé à carreaux, dans des coloris estivaux. Poche poitrine boutonnée, bas arrondi fendu sur les côtés.

lupe short CEBAR

>

Voyager en Alaska

Cela signifie aussi vivre dans et avec la nature, vivre à un autre rythme. Loin du quotidien, les choses prennent une autre dimension. Dans cette région où le ciel et la terre sont si proches l' un de l' autre, la collection de voyage et de randonnée Field Mountain Ladies est dans son élément. Des vêtements légers de sport et fonctionnels: l' idéal,, pour une excursion sur la presqu'île de Kenai, où l'on peut observer des ours en train de pêcher des saumons.

Venturi' Le laminé performant en exclusivité chez Schotte! Imperméable, coupe-vent et respirant: optimal pour les sports actifs. La base du vêtement léger dans le domaine de la randonnée et du voyage.

Circulation de l' air: les exigences en matière d' habillement varient suivant les pays! Humidité de l' air, vent froid, changements climatiques rapides. Une aération supplé mentaire: les zips d' aération sous les bras avec rabat imperméable.

Poches de sécurité: particulièrement importantes en voyage Poche cachée dans le dos pour carte de crédit, poches intérieures pour passeport, permis de conduire et autres documents importants. Poche intérieure spéciale pour l' appareil photo.

Field Mountain été: uns collection fonctionnelle de vestes, pantalons et chemises, qui se combinent et se complètent parfaitement. Un élément important de cette ligne est la veste à taille élastique en Venturi1, matériau imperméable et coupe-vent. L' expérien dans le domaine du design du vêtement d' alpinisme se retrouve sans aucun doute dans la conception des vestes de randonnée fonctionnelles: capuche se repliant dans le col, poche type carte de crédit dans le dos, zips d' aération sous les bras. Tailles: 36 au 46, Prix: 399, sn-

Se h òffe I

ies aventuriers du monde moderne...

V ( Moisture Transport System}: régulation de l' humidité. La transpiration est absorbée par le tissu et tout de suite répartie _.â la surface, donc rapidement évaporée.

High Performance: matériaux robustes d' entretien facile, à séchage rapide et très respirants. Des chemises faites pour l' aventure!

ChemisE pour les loisirs et la randonnée, décontractée et prête à faire le tour du monde... Systeme MTS pour une évacuation optimale de la transpiration et protection solaire. Séchage rapide Et entretien facile. Chemise à manches longues rspliables avec patts d' attachfi, deux poches poitrine zippées. Conçue pour la vìe en plein air. Tailles: S au XXL, Prix: 129, sFr.

Chemise pour homme BOSTON

Chemise Field Mountain techniquE, système MTS [Moisture Transport System ): evaporation optimale de la transpiration à l' extérieur de la chemise. Excellente protection contre les rayons UVA et UVB. Manches repliables avec patte d' attache, quatre poches poitrine. :'.Tailles: S au XXL, Prix: 139,sr.

Chemise outdoor pour homme RANDERS

... trouvent en Alaska un précieux trésor: la vie en pleine nature restée intacte, des aventures uniques au cours d' excursions extraordinaires. Field Mountain Men, la collection de voyage et de randonnée de Schöffel est bieng monde. Mais elle est aussi l' équipement idéal dans ce paradis de nature et d' aventure: sûre et robuste, toujours sente quand il le faut et incroyablement légère. En hydravion ou pour rincer „ son or c' est toujours le bor; Pantashort pour homme BRYCE Un pantalon qui s' adapte à touts température! Grâce aux jambes amovibles par zip, il se transforme rapidement en short. Un pantashort confortable pour la randonnée, avec une multitude de poches: poche secrète, poche revolver, poche couteau et poches plaquées. Deux matériaux au choix: ACF fonctionnel ou coton. Tailles: 46-56/25-28/94-106, Prix: 163- s » /149, srt Pola pour homme ADAMS ,1 aventure au classique ": toujours bien habillé avec ce polo de coupe classique, col boutonné. En Tactol " 100% aquator agréable à porter, il est léger et respirant. Tailles: S au XXL, Prix: 99,. " " .30 in, Chemise pour homme BOSTON Chemise décontractée en colon pour les loisirs et la rando repliables avec patte d' attache, deux poches poitrine zippées. Tailles: S au XXL, Prix: 99,. " " .90 sn, Veste outdoor pour homme WALTERS.

Avril, mai, septembre, octobre: temps instable, le soleil, le vent et la pluie se relaient.

Avec cette veste en Venturi à ceinture élastique, on est à l' abri des surprises: une capuche vite sortie du col, des poches extérieures gardant leur contenu au sec, elle possède aussi des zips d' aération sous les bras protégés par rahats.

Tailles: 48 au 56, Prix: 339- sa Bermuda pour homme SIMON Un style devient mode. Conçu pour le plein air, il est également tout à fait adapté à un usage quotidien. Confortable, sa couche supérieure a subi un traitement déperlant. Grande poche plaquée, poche revolver.

^

les détaillants spécialisés suivanre^ous trouverez un grand choix d' articles de la collection Schöffel:zhk

^1000 Lausanne: Passe Montagne, Schaefer / 1037 Etagnières: Bantam / 1712 Tafers: Rauber / 1800 Vevey: Bornand / 1806 St-Légier: Stöckli / 1870 Monthey: Espace Montagne / 1884 Villars-sur-Ollon: Sport's House / 1920 Martigny: Look Montagne / 1936 Verbier: Medran / 1937 Orsières: Darbellay / 1950 Sion: Pféco, Blue Jean's / 1997 Haute-Nendaz: Gaby / 2500 Biel: Vaucher, Eiselin / 2540 Grenchen: Wirth / 2740 Moutier: Eiselin / 3000 Bern: Vaucher, Eiselin, Transa / 3073 Gümligen: Solsport / 3110 Münsingen: Haueter / 3250 Lyss: Heiniger / 3296 Arch: Racing /3ÌÌ2 Schönbühl-Urtenen: Bächli / 3360 Herzogenbuchsee: Ingold / 3400 Burgdorf: Tanner / 3457 Wasen im Emmental: Kropf / 3510 Konolfingen: Berger / 3600 Thun: Probst, Stockhorn, Gafner / 3627 Heimberg: Stöckli / 3714 Frutigen: Zürcher / 3715 Adelboden: Oester / 3718 Kandersteg: Käthy, Grossen / 3758 Latterbach: Balmer / 3775 Lenk im Simmental: Strubel / 3778 Schönried: Frautschi / 3780 Gstaad: Edelweiss, Brand / 3800 Unterseen: Eiger / 3800 Interlaken: Harry, Vertical / 3818 Grindelwald: Graf / 3823 Wengen: Alpia / 3825 IVJörren: Stäger/ 3906 Saas Fee: Anthamatten, César / 3910 Saas Grund: Zurbriggen / 3920 Zermatt: Bayard / 3930 Visp: Rubin / 3954 Leperbad: Briand / 3960 Sierre: AZ / 3961 St-Luc: Bürki / 3962 Montana: Rinaldo / 3981 Gluringen: Hagen / 3984 FjeSch: Hubert / 3987 Riederalp: Bürcher / 3995 Ernen: Seiler / 3997 Bellwald: Holzer / 4000 Basel: Kost, Gerspach, Cenci, Transa, Eiselirjf/ 4125 Riehen: Cenci / 4132 Muttenz: Gerspach / 4153 Reinach BL: Krähenbühl / 4222 Zwingen: Intersport Fachmarkt / 4303 Kaiseraugst: Intersport Fachmarkt / 4436 Oberdorf BL: Schmutz / 4500 Solothurn: Marbach / 4528 Zuchwil: Stöckli / 4600 Olten: Sport JWel|/ 4800 Zofingen: Haslejv/ 4900 Langenthal: Geiser, Sträub / 4950 Huttwil: Ingold / 5035 Unterentfelden: Saida Sailor / 5200 Brugg AGJfArcta / 5400 Baden: PÉBhans / 6000 Luzern: Kempf, Eiselin, IBAG, Bannwart / 6020 Emmenbrücke: Tschümperlin / 6110 Wolhusen: li / 6174 SörenbergjBckli / 6210 Sursee: Schär, Adventure Factory / 6300 Zug: Bannwart / 6312 Steinhausen: Tschümperlin / 6318' ichwil: Müller / 6390 Engelberg: Quattro / 6430 Schwyz: Meli / 6438 Ibach: Tschümperlin / 6440 Brunnen: Sport Life / 6460 Altdorf: T|chümperlin / 64,. " " .JB Erstfeld: Indergand / 6490 Andermatt: Meyer's Sporthaus / 7000 Chur: Näf, Norbert Joos / 7018 Flims Waldhaus: lountairV;faatosy, Bundi / 7031 Laax GR: Foppa / 7050 Arosa: Sprecher / 7078 Lenzerheide: Pesko / 7130 Ilanz: Menzli / 7180 luster: Jacomet / 7250 Klosters: Andrist / 7260 Davos Dorf: Bünda, Ettinger, Flüela, Prader, Paar-Senn / 7270 Davos Platz: ichetta / 7320 Sargans: Gonzen / 7430 Thusis: Strimer / 7482 Bergün: Mark / 7500 St. Moritz: Corviglia / 7503 Samedan: Lüthi / 7504 Pontresina: Lamm, Montanara / 7513 Silvaplana: Ski Service / 7514 Sils-Maria: Giovanoli / 7522 La Punt-Chamus-ch: Colani / 7524 Zuoz: Willy / 7550 Scuol: Sasvenna / 7563 Samnaun Dorf: Hangl / 8000 Zürich: Bächli, Jelmoli, Rema, St. Annahof, Universal, Sträuli, Transa, Eiselin, Och, Bächtold, Susi / 8105 Regensdorf: St. Annahof / 8180 Bülach: Büli / 8200 Schaffhausen: Benz / 8340 Hinwil: STS / 8400 Winterthur: Kienast, Klausér, Egli, Ruwi / 8590 Romanshorn: Schäffeler / 8604 Volketswil: St. Annahof, Stöckli / 8610 Uster: Lötscher / 8640 Rapperswil: Sonnenhof / 8708 Männedorf: C&M / 8712 Stäfa: Weber / 8750 Glarus: Fridolin / 8805 Richterswil: Sportis / 8808 Pfäffikon SZ: Küng / 8820 Wädenswil: Bar, Stöckli / 9000 St. Gallen: Sonderegger, Roth, Hongier, Transa / 9430 St. Margrethen: Weber / 9443 Heerbrugg: SFS Stadler

/ aspo Mj&ja^Èip

Tous nos modèles sont disponibles dans les coloris indiqués. Renseignez-vous tout simplement auprès d' un détaillant spécialisé près de chez vous et ...fi

... demandez le catalogue " Schöffel Eté 1999 " auprès de:

Schaff el Switzerland Alpanova SA Département: MA/533/11 Mezenerweg 11 CH-3013 Bern Telefon: 031/331 45 41 Telefax: 031/333 08 60 Prénom: Nom:

Rue:

Cüde postal/Localité:

Ou bien rendez-vous tout simplement sur notre site Internet à l' adresse suivante: www.schoeffel.com Notre catalogue vous a donné envie d' aventure, d' évasion? Alors n' hésitez pas plus longtemps! Henseignez-vous immédiatement auprès de l' Office de Tourisme Alaska de Francfort au numéro d' appel suivant +0049 ( 0 ) 1805/215253 ou bien auprès de l' Agence de Voyage Mendia à Kempten au OG+49 ( 0 ) 831/5230110. Des aventures inoubliables et des sensations fortes vous attendent! Schöffel vous souhaite d' nres et déjà bon voyage!

Se h òffe I

M m / 96,. " " .30, Wifflffil: Metzger / 9658 Wildhaus:Steiner car elle est de fait complètement annulée par les variations naturelles dues au vent et au rayonnement. Dès lors, les caméras infrarouges ne sont pas une concurrence pour les chiens d' avalanche.

Développements La collaboration du LFEM/EMPA et de l' ENA, après des essais préparatoires menés en 1993, a permis d' améliorer la connaissance des états thermiques de la couverture neigeuse. Les données collectées fournissent des éléments pour le développement de modèles et permettent de déterminer plus finement les conditions d' apparition des avalanches.

Des possibilités nouvelles d' appli pratiques sont également offertes par la thermographie. C' est ainsi que le procédé doit être utilisé à l' ENA pour la mise au point de farts et de semelles de skis. On pense également utiliser des photos IR pour juger des bivouacs: l' analyse du pouvoir isolant de la neige pourrait permettre d' établir de nouvelles directives pour une construction optimale. Au LFEM/EMPA, à Saint-Gall, Division Sécurité, la thermographie est utilisée pour l' examen des sacs de couchage et de bivouacs. Il s' agit avant tout d' en découvrir les points thermiquement faibles.

Christoph Tanner, LFEM/EMPA Dübendorf; Paul Föhn, ENA, Davos ( trad. ) 111.13 Sur cette image IR, les bâtiments « chauds » ainsi que quelques rochers chauffés par le soleil ne sont plus dans l' échelle des couleurs. Les différentes températures de la neige et les deux skieurs sont toutefois aisément reconnaissables 111.10 Image IR. Vue rapprochée d' un givre de surface. On remarque les différences de température dans la structure superficielle. La surface de 20 x 20 cm environ ( une carte de crédit posée sur la neige donne l' échelle ) autorise une résolution de 1x1 mm env.1 pixel ). A côté de l' échelle des couleurs, le maximum, le minimum et la moyenne des valeurs de température sont calculées à partir du rectangle blanc 33 ...-.

A

iii.li Camera IR: les chiens d' avalanche n' ont pas à craindre la concurrence...

111.12 Vue vers le Weissfluhjoch du terrain d' expériences de l' ENA, avec les bâtiments du train et de l' ENA i Alpinisme et autres sports de montagne Alpinismo e altri sport di montagna Alpinismus, Berg- u.a. Sportarten Roger Büdeler, Hambourg ( Allemagne )

^ Pareils à des nids d' aigle, de nombreux villages per-34 chés dans les rochers s' égrènent tout au long de la route sinueuse qui remonte la vallée de l' Estéron. Dans l' arrière de la Côte d' Azur, à une petite heure de voiture de Nice, pentes abruptes, roches déchiquetées et gorges profondes caractérisent le paysage. Notre but est l' exploration de l' une d' entre elles, la fameuse clue du Riolan, proche de la pittoresque localité de Sigale. Les connaisseurs la qualifient de « plus belle gorge du département des Alpes-Maritimes ».

Gorges paradisiaques entre haute montagne et Méditerranée

Coup d' oeil sur la région

Le département des Alpes-Maritimes s' étend des cimes élevées du Mercantour, au nord, à la côte méditerranéenne, entre Menton et Théoule, au sud. A l' est, une chaîne de montagnes bordant la vallée de la Roya s' abaisse vers la mer et marque la

Dans le parc national du Mercantour

Canyoning dans les gorges des Alpes-Maritimes

Diversité des gorges

Deux sortes de roches, le calcaire et le schiste argileux rouge, déterminent l' aspect des gorges des Alpes-Maritimes. La plus importante est un calcaire dur provenant de différentes formations géologiques. Son immense richesse de formes et de teintes, souvent associée à une abondante végétation, imprègne l' architecture et le paysage de la vallée de l' Estéron et de celles situées plus à l' est. Les défilés du nord-ouest du département se présentent sous une tout autre apparence. Ici, dans le « Colorado niçois » des vallées du Var et du Cians, c' est le domaine des roches pélitiques « lie-de-vin » du Permien. En surface, cette teinte confère au paysage une note de monotonie et de désolation, tandis que dans les gorges, où le rocher est entaillé à vif par le

Dans l' arrière de la Côte d' Azur, entre le parc national du Mercantour, au nord, et la Côte méditerranéenne, au sud, s' étend un paradis pour les mordus du canyoning. Pas moins de soixante gorges à dévaler, comme la fameuse Clue du Riolan

travail de l' eau, elle crée des effets colorés stupéfiants.

Conditions idéales pour le canyoning

Le nombre et la variété de ses gorges font du département des Alpes-Maritimes un eldorado pour les mordus du canyoning. Une soixantaine d' itinéraires sont accessibles. En outre, la douceur du climat, due à la proximité de la mer, prolonge la saison favorable aux descentes de gorges. Celle-ci s' étend du début mai à l' arrière. Quelques problèmes peuvent survenir au gros de l' été en relation avec les basses eaux. Il arrive à plusieurs rivières de se réduire à un mince filet, voire s' assécher complètement. Le Conseil général du département a reconnu la grande attracti-vité de la région pour le canyoning et en tient compte par diverses initiatives. D' une part, pour des raisons de protection de la nature, certaines gorges sont interdites ou d' accès limité dans le temps ou l' espace. D' autre part, les itinéraires les plus fréquentés sont signalés de manière exemplaire par des plans de situation et des panneaux d' information placés à toutes les issues. A l' entrée de chaque gorge, on peut relever le niveau actuel de l' eau sur un fluviomètre et les relais, impeccablement aménagés, sont équipés d' assurages doubles ( pitons collés ). Les sorties sont bien signalées dans le défilé lui-même ou aux endroits adéquats. L' ensemble de ces gorges est accessible en toute sécurité et sans aucune peine par des chemins d' entrée et de sortie soigneusement indiqués et entretenus. Depuis un certain temps, le département publie une brochure mise à jour chaque année, Clues & Canyons, ainsi que les informations nécessaires pour leur descente.

35 Dans les gorges du Riolan Alpinisme et autres sports de montagne

La due du Riolan, la plus belle s gorge des Alpes-Maritimes

^ Après avoir déposé la moto à la sortie de la gorge, £. ce qui nous permettra par la suite de retourner à la < voiture, nous sommes parvenus par Sigale au point JS de départ de notre excursion. Une grande activité ^ règne déjà, malgré l' heure matinale. Quelques 35 groupes, pour la plupart accompagnés par des guides, se préparent à la descente. Nous nous glissons dans nos combinaisons de Neoprène, bouclons nos baudriers et vérifions notre équipement, ainsi que le matériel de remplacement. L' entrée de la gorge se trouve à cinq minutes à peine en contrebas de la route. Un coup d' œil sur le fluviomètre et les repères de niveau d' eau inscrits sur le rocher de la rive nous informe que le débit dans la gorge ne posera aucun problème.

Première section

Nous sommes entourés d' un rocher gris-bleu, traversé de filets ocre. Tout là-haut, au-dessus de nos têtes, des buissons et des arbres s' accrochent vigoureusement aux parois abruptes du défilé. Celles-ci se rapprochent pour former une profonde entaille, ne livrant qu' un étroit passage à l' eau. Immédiatement après le premier bassin, suivi d' une modeste rupture de pente du lit rocheux de la rivière, de gigantesques blocs coincés entre les deux murailles nous barrent le passage. Ce genre d' obs, typique des gorges calcaires, provient d' ébou ou a été apporté par les eaux lors d' une crue. La résistance assez faible à l' érosion de cette roche sédimentaire peut provoquer, dans certains cas extrêmes, l' écroulement de parois entières dont les débris s' entassent alors chaotiquement au fond des gorges ou s' imbriquent dans les passages étroits. La traversée de ces labyrinthes pose parfois de sérieux problèmes aux débutants, car le cheminement dans le lit de la rivière n' est que rarement praticable. Quant aux habitués, ils adorent ce genre de défi: rechercher le meilleur passage à travers les obstacles et les cavités, en exerçant leur art de l' escalade, du faufilement, du ramonage et de la progression reptilienne. Toutefois ce premier dédale de rochers est assez court et son franchissement relativement aisé.

Etroit corridor

Des surplombs et de petites chutes d' eau, séparés par des bassins arrondis, nous contraignent à de fréquentes escalades. Lorsque les blocs éboulés et coincés entre les parois offrent de bonnes prises pour les mains et les pieds, leur descente est assez facile. Mais si un banc de rocher s' avance fortement, ou si les rochers accumulés dans la rivière forment des surplombs très proéminents, leur escalade nécessite une certaine adresse. Ensuite, quelques dénivelées assez modestes exigent une technique plus poussée, surtout lorsque la pression de l' eau est élevée. Nous arrivons à l' entrée d' un étroit défilé, délimité par deux murailles se dressant

verticalement vers le ciel et distantes d' à peine plus d' un mètre l' une de l' autre. En cas de crue, l' eau comprimée entre ces parois s' écoule avec une violence inouïe, montant de plusieurs mètres. Un sentiment de malaise s' empare de nous à l' idée d' être pris sans aucune issue possible dans une telle voie d' eau sous pression. Heureusement pour nous, le débit actuel de la rivière transforme ce bief de cent mètres de long en une paisible partie de plaisir. Couchés sur le dos, nous nous laissons glisser au gré du faible courant en admirant pleinement tous les détails des rochers escarpés qui se découpent sur le bleu du ciel. La voûte d' un pont romain franchissant la rivière signale la fin de la première section. A gauche, un sentier permet de rejoindre la route; c' est le seul itinéraire de dégagement avant le troisième tronçon.

Seconde section

La gorge s' élargit et de vastes berges verdoyantes succèdent au rocher. Nous progressons à travers ce joli paysage, tantôt dans l' eau peu profonde de la rivière, tantôt sur ses rives mollement inclinées, jusqu' au point où les murailles se rapprochent à

nouveau. Cascadant sur des gradins et de petits rapides de deux mètres de dénivellation tout au plus, l' eau tombe dans des sortes de baignoires de rocher poli. Certaines de ces vasques sont si profondes que nous pouvons y plonger sans risque. Notre départ aux aurores s' avère de plus en plus judicieux. En effet, en raison de son orientation nord-sud, la clue du Riolan est un itinéraire privilégié par le soleil. Lorsque ses premiers rayons pénètrent dans la gorge, le contraste du relief s' accentue, les couleurs s' avivent et les détails des parois rocheuses se distinguent avec netteté. L' atmosphère ambiante devient de plus en plus sereine. Le calcaire de l' une des murailles rayonne d' un éclat très clair, presque blanc, se démarquant du gris de l' autre, plongée dans l' ombre. Des visions fabuleuses nous accompagnent tout au long des cascades et des bassins où la lumière joue avec les embruns, et les plans d' eau d' un vert laiteux confèrent au défilé une apparence souterraine. De l' aval nous parviennent les voix d' un groupe guidé assez important, procédant aux assurages au-dessus d' une surface rocheuse fortement inclinée qui aboutit à un bassin très resserré.

37 Pareils à des nids d' aigles, les villages aux alentours de Nice sont perchés sur des rochers. Saorge dans la vallée de la Roya

L' escalade facile de cette rive nous conduit à un relais surélevé, équipé de pitons à plusieurs endroits. Nous ne sommes ainsi pas obligés d' attendre notre tour, puisque nous utilisons les points d' assurage placés le plus en aval, ce qui nous permet de descendre en droite ligne dans la vasque située quinze mètres plus bas. Un surplomb bien marqué nécessite cependant quelque habileté technique de notre part; une fois celui-ci franchi, la descente le long de la corde se déroule dans le vide jusqu' à notre prise de contact avec la surface de l' eau.

Le Saut de la Mort

Notre excursion se déroule ensuite sans problème majeur entre des murailles de plus en plus élevées et par une descente quelque peu risquée à travers un entassement de blocs colossaux, jusqu' à ce que nous parvenions devant le Saut de la Mort. C' est un impressionnant plan incliné où l' eau glisse à toute vitesse dans un vaste et magnifique bassin creusé dans un rocher aux douces incurvations et dont l' écoulement est délimité par un gros bloc

La clue du Riolan passe pour la plus belle gorge des Alpes-Maritimes: le paysage magnifique baigne dans une lumière diffuse. Imprégnés de la magie de l' endroit, nous prenons le temps de nous assurer et descendons lentement

arrondi, coincé entre les deux parois. Inondé de lumière, ce décor de rêve semble rempli de magie. Tout en nous assurant pour la descente en rappel, nous nous accordons suffisamment de temps pour nous pénétrer intensément de cette ambiance.

Sport et spectacle

Nous sommes constamment sous le charme de niches et de criques creusées dans la roche, de bancs en surplomb, de parois aux formes mouvementées et de goulets étroits, séparés par des marmites et des baignoires bouillonnantes.

Puis, changement de décor: après une paisible progression à travers une partie plus large de la gorge, nous arrivons sur un terrain demandant un renouveau d' efforts. Tels les maillons d' une chaîne, plusieurs cascades se succèdent, séparées par des petites vasques, des creux plus grands ou de courts biefs remplis d' eau. Au bord de l' un de ces bassins, nous atteignons le point critique du parcours, qui fait l' objet d' une mise en garde dans le guide. C' est à son extrémité inférieure qu' il faut gravir suffisamment tôt la rive gauche pour pouvoir s' assurer aux ancrages placés assez hauts dans la paroi, afin de ne

pas se laisser emporter par le courant au-delà d' un profond seuil que l' eau franchit allègrement et sans retenue, pour retomber en une chute de plusieurs mètres. Par débit plus important, le danger serait vraiment sérieux.

Peu auparavant, nous avons franchi un passage qui aurait été dangereux en d' autres circonstances, car un gros rocher s' est calé entre les parois et baigne partiellement dans l' eau en formant un siphon. Dans les gorges, on rencontre fréquemment des barrages de ce genre, tels que blocs complètement immergés, ponts naturels ou rebords de bassins percés de trous. Pour le canyoning, les siphons représentent des points délicats, voire dangereux, surtout lorsque l' eau est comprimée sous l' obstacle et forme un violent tourbillon aspirant.

Alpinisme et autres sports de montagne 0.

Selon la pression hydraulique et la grosseur de l' exutoire du siphon, ces remous peuvent s' avérer très problématiques et créer le risque d' être entraîné sous l' eau ou plaqué contre l' obstacle. En revanche, lorsque l' eau est basse ou calme, le franchissement des siphons en plongée offre souvent un grand intérêt.

Le Toboggan de la Mort

Le bruissement ambiant de l' eau s' intensifie et se transforme en grondement car, compressée entre deux parois de plus en plus proches, elle disparaît brusquement en profondeur. C' est le Toboggan de la Mort qui s' ouvre devant nous, une glissoire rocheuse de dix mètres, de forme hardie et légèrement arquée, débouchant sur un bassin étroit. Ana-logue à un avant-toit imposant, un gigantesque bloc s' est imbriqué au-dessus de ce rapide, ainsi que nombre de troncs d' arbres que les crues ont déchiquetés, délavés et encastrés dans les rochers. Une corde est nouée à l' un d' eux, placé assez en aval, permettant de se balancer pour ensuite sauter. Manœuvre risquée dans ce couloir resserré et entre ces murailles proéminentes, d' autant plus que la corde n' inspire pas une confiance absolue! Nous nous décidons pour la glissade. Mais l' un d' entre nous doit quand même descendre en rappel jusque dans le bassin de réception pour détecter d' éven obstacles sous la surface de l' eau. Cet examen est particulièrement important car, du point de départ, on ne voit absolument rien dans le bassin, en raison de la coloration de l' eau et des reflets de lumière. En outre, la glissoire nous masque la vue sur l' eau située au point de chute et au-delà. En canyoning, en effet, la négligence dans la détermination de la profondeur des bassins et des obstacles cachés par l' eau où l'on envisage de plonger est l' une des plus fréquentes causes d' accident. Sitôt que nous avons reçu d' en bas le signal de voie libre, je descends en escalade sur une courte distance le bloc barrant l' entrée de la rigole, afin de me placer en bonne position de départ. A plat sur le dos et les bras croisés sur la poitrine, je me laisse emporter par l' eau à toute vitesse et presque à la verticale, les trois derniers mètres s' accomplissant en chute libre. Cette rapide glissade se déroule comme un film en accéléré, deux secondes à peine durant lesquelles mon attention se concentre moins sur le rocher défilant à toute allure que sur le moment où je vais plonger dans le bassin. Je suis projeté violemment sous la surface de l' eau et les tourbillons m' entraî ensuite vers une zone moins perturbée, où je peux enfin ressortir. Réunis sur la berge, nous contemplons assez longuement ce décor romanesque, afin de bien nous en imprégner. C' est en effet une folle glissoire rocheuse, de forme surprenante et pleine d' attrait... mais pourquoi l' appeler Toboggan de la Mort? Cette dénomination, dont personne n' a pu nous fournir l' origine, nous semble exagérément dramatique.

Episodes amusants d' escalade, suivis de plongeons, courtes descentes en rappel et tronçons plus longs à la nage, ne nous laissent guère de repos tout

40

au long de la dernière partie du canyon. Jusqu' à son extrémité, la clue du Riolan ne perd rien de son pouvoir de fascination et de ses effets de surprise.

Degré de difficulté: III

Revenus à Sigale, nous prenons nos aises pour passer en revue cette belle descente. Nous discutons son degré de difficulté, taxé de « très difficile » par le guide du Conseil général. Nous tombons rapidement d' accord sur le fait que les descentes en rappel pur, dont la plus longue ne dépasse pas quinze mètres, ne jouent aucun rôle déterminant. Nous

Alpinisme et autres sports de montagne Q.

attachons une plus grande valeur à la configuration compliquée de nombre de surplombs et de chutes d' eau, dont la descente devient ardue en raison de l' étroitesse de la rivière. Plusieurs bassins de plongée, situés au-dessous de paliers pourtant assez peu élevés, comportent des courants pouvant se révéler extrêmement traîtres par débit plus élevé. En outre, sur les trois kilomètres du parcours, il faut escalader plusieurs dédales de blocs de rochers, par des passages parfois délicats. A de nombreuses reprises, l' étroitesse entre les deux murailles escarpées obligent à passer dans l' eau, à travers bassins, flaques, rigoles et cascades, ce qui exige une bonne condition physique. De plus, la majeure partie de la descente s' effectue dans un environnement clos, sans échappatoire. En soupesant tous ces facteurs, nous estimons que la mention « difficile » ( degré III ) décrit correctement cette excursion, qui demande de l' expérience si on l' entreprend de manière indépendante. Par débit plus important, une bonne routine et la connaissance des courants violents sont indispensables.

42

Canyoning de tous niveaux et pour tous les goûts

La due du Riolan vaut incontestablement le voyage. Il convient toutefois de citer d' autres gorges connues, telles les clues d' Aiglun, d' Amen, de la

Riou de La Bollène Les gorges du département des Alpes-Maritimes offrent toutes les activités chères aux amateurs de canyoning: nage dans des bassins de rétention d' eau, descentes de chutes, passages de corridors étroits et glissades

Maglia, qui ne sont pas moins spectaculaires et, parfois, plus exigeantes encore. Pourtant, le touriste qui se rend dans les Alpes-Maritimes pour pratiquer le canyoning ne doit en aucun cas se limiter aux itinéraires classiques. Dans d' autres gorges moins connues, nous avons également découvert d' éton paysages solitaires, particulièrement fascinants et d' un intérêt sportif évident.

Les gorges des Alpes-Maritimes répondent aux besoins des sportifs par une panoplie d' excursions: de la simple descente de canyon, qui apporte aux débutants leurs premières expériences en terrain inconnu, aux tours complets de deux jours avec bivouac, au cours desquels les plus expérimentés peuvent s' exercer dans les degrés de difficulté les plus élevés. Les différentes caractéristiques naturelles et techniques permettent de choisir des itinéraires appropriés et adaptés à chacun. Quant à ceux qui préfèrent se joindre à des groupes pris en charge par des guides expérimentés, ils trouveront dans les Alpes-Maritimes un bel éventail d' offres, de la course d' une demi-journée à la semaine complète d' entraînement. Les organisateurs résident souvent dans les vallées principales, mais le centre d' infor du canyoning, fournissant les adresses et les renseignements sur les clubs, se trouve à Nice.

Itinéraires intéressants

Nous avons exploré les Alpes-Maritimes de long en large, de la vallée de la Roya, proche de la frontière italienne, par les cluses fabuleuses du bassin de l' Estéron, jusqu' à la vallée retirée de la Tinée, pour nous forger une idée précise des gorges de ce dépar-

Clue du Raton

tement. Parfois longs et malaisés, les passages d' une vallée à l' autre par des routes tortueuses et des cols escarpés nous ont largement gratifiés d' une multitude de paysages aux contrastes saisissants.

Vallée de l' Estéron

La due d' Aißlun, proche de celle du Riolan, est la gorge par excellence. La descente se déroule dans un couloir où alternent paysages sauvages et décors de rêve. Même par basses eaux, le débit de l' Estéron reste appréciable et provoque à certains endroits de violents tourbillons. S' ajoutant aux longs passages étroits, cette caractéristique impose des exigences de degré de difficulté III à IV. Les péripéties commencent dès le début; l' eau se précipite par une étroite rigole aux arêtes rocheuses coupantes, ornée de plusieurs blocs en surplomb. Il faut contourner ces obstacles par une rampe de corde fixée à la muraille abrupte de la rive; cet exercice demande beaucoup de force physique, car la roche lisse n' offre que peu de prises.

Située à la frontière occidentale du département, la jolie due de Saint-Auban, aux parois escarpées, est d' apparence plus douce, car l' Estéron, malgré son

Mou de La Bollène

débit élevé, s' écoule dans un lit nettement plus spacieux. Pourtant, plusieurs bassins intermédiaires de larges dimensions obligent fréquemment à se plonger dans l' eau froide. Nombre de cascades et de dénivelés mineurs, dont une chute de dix mètres, offrent un plaisir renouvelé grâce à leurs intéressantes possibilités d' escalade et de rappel. C' est un excellent terrain d' exercice modérément difficile.

Vallée du Var

Dans le « Colorado niçois », la due d' Amen tient le rôle de vedette. Cette gorge à l' architecture séduisante offre un spectacle unique et dégage une ambiance étrange avec ses roches teintées de rouge. L' endroit le plus intéressant de cette descente de trois kilomètres, tant au point de vue du paysage que de la technique, est le puissant saut rocheux par lequel se termine ce défilé qui débouche sur les gorges du Daluis. Cette étroite entaille semble avoir été creusée exprès et ne peut être parcourue qu' en recourant fréquemment à la corde. Au milieu du trajet, le passage encordé de trente mètres de long, partiellement sous une chute d' eau, demande de bonnes connaissances techniques car, de la plate-forme supérieure, la vision sur la descente est nulle. Ce passage est très difficile.

Un autre but intéressant est le ravin du Chaudan, près d' Entraunes ( 1260 m ), village le plus élevé de la vallée principale. Ici, un ruisseau a creusé un profond sillon dans le calcaire gris; ses eaux se précipitent par des couloirs aux roches lisses et remplissent de magnifiques baignoires creuses, offrant diverses occasions amusantes de plongeons et de

43 Ravin du Chaudan Alpinisme et autres sports de montagne 44

glissades. Le tronçon final, d' allure spectaculaire, peut poser quelques problèmes techniques délicats; c' est une rigole très pentue et changeant abruptement de direction, où l' eau s' écoule à toute vitesse en rejaillissant contre le rocher. Une variante facile d' accès permet d' éviter ce passage assez scabreux.

Vallée du Cians

Deux gorges, semblables dans leur configuration rocheuse mais très différentes au niveau sportif, caractérisent cette seconde vallée, creusée dans les roches pélitiques rouges, le vallon de Challandre, gorge dans son ensemble largement ouverte et très lumineuse, offre un certain attrait avec, en partie terminale, des cascades en demi-cercle, tombant dans de splendides vasques pleines d' eau. Ces larges chutes, de structure assez simple, hautes de moins de vingt mètres, rendent cette excursion relativement facile. Ce terrain plaisant convient aux personnes peu expérimentées qui souhaitent s' exercer au rappel dans les cascades.

En revanche, à peu de distance de là, la due du Raton, autre affluent de la vallée principale des gorges du Cians, exige une bonne technique et une excellente condition physique. Cette longue descente n' est qu' un enchaînement d' innombrables cascades et surplombs, entrecoupé de flaques. Ce n' est pas leur hauteur, moins de sept mètres, mais leur nombre et les multiples passages étroits qui sont un défi permanent. De fréquentes escalades, parfois délicates, et plus de trenterappels indispensables font de la descente de la due du Raton une journée d' excursion éprouvante, mais captivante, à coter difficile à très difficile.

Vallée de la Vésubie

Le massif calcaire qui s' étend entre Lantosque et Plan-du-Var est traversé par une douzaine de défilés, tous accessibles. L' un des plus fréquentés est le Riou de La Bollène, au-dessous de La Bollène-Vésubie, cluse dominée par de spectaculaires bancs de calcaire souvent plissés. A plusieurs endroits, ses rives couvertes d' une végétation luxuriante encerclent de profonds bassins qui offrent de jolis coups d' œil et invitent aux plongeons et aux glissades sur des dénivelés fantastiques, atteignant jusqu' à dix-huit mètres. Le relief ne réserve aucune surprise pour les descentes en rappel; bref, un itinéraire assez facile.

La profonde entaille du vallon de Bagnolar, près de Pélasque, est une gorge dont la roche humide et garnie de plantes verdoyantes alterne avec des roches aux teintes délavées et aux formes mouvementées. Des parois en encorbellement s' étagent en gradins soulignés par des surplombs, et des passages à moitié souterrains agrémentent cette fantasmagorie rocheuse. De nombreuses escalades et rappels intéressants rendent cette descente attrayante. Par basses eaux, elle est de difficulté moyenne. Un chemin de sortie bien signalé permet d' abréger l' excur au milieu du parcours.

tes parkingi q tmptvnfi Im rotat d' aedi al de sortit prévue* Piwai conmiasance dai panneaux d' Information Tout est prévu pour que la descente se passe dans les meilleures conditions. Des panneaux d' information très complets sont placés à l' entrée de chaque gorge et l'on peut relever le niveau de l' eau sur un fluviomètre

Vallée de Paillon

En raison de ses difficultés modérées - la plus longue descente en rappel mesure dix mètres - on peut vivement conseiller le ruisseau de Planfayé, près de Coaraze, aux débutants désirant améliorer leurs performances au sein d' un environnement naturel remarquable. Cette descente est particulièrement attirante par son alternance entre le plaisir des yeux et le goût du sport; elle comporte également la perspective d' un plongeon unique de huit mètres qui satisfera les plus courageux.

Vallée de la Bévéra

Le solitaire Vallon du Guiou, au nord de Sospel, propose une excursion romantique et riche en surprises. Ses parois abruptes et fort rapprochées, mais jamais monotones, alternent avec les élargissements de la vallée, plus paisibles. Plusieurs vasques et terrasses, de forme parfaite, suffisamment larges et profondes incitent aux plongeons. Vu d' en haut, le passage clé de cette descente, étroite rampe de vingt mètres fortement inclinée et aboutissant à une marmite creusée dans le rocher, semble quelque peu délicat, mais sa descente à la corde ne pose aucun problème par débit modéré. La réjouissante succession de sections à franchir en marchant, en grimpant, en sautant et au moyen de la corde, fait du vallon du Guiou un terrain d' excur idéal pour tous ceux qui possèdent déjà quelque expérience d' itinéraires moyennement difficiles.

Vallée de la Roya

La due de la Maglia, à proximité de Breil-sur-Roya, est considérée comme la perle des Alpes-Maritimes. Le nombre de ses visiteurs dépasse souvent la centaine par les belles journées de plein été et témoigne de l' intérêt de cette gorge. Bassins et cascades aux formes étonnantes invitent à de superbes glissades et plongeons, malheureusement à

Clue de la Maglia Vallon du Guiou

l' origine de nombreux accidents, car beaucoup de touristes ne s' inquiètent pas ou peu des obstacles cachés sous l' eau. Le clou de cette descente est la célèbre « grotte », salle ornée de formes et de figures rupestres étranges et plongée dans une demi-obs-curité, grâce à une voûte fortement proéminente. Le terme « modéré » qualifie correctement la descente de la due de la Maglia par basses eaux. Lorsque le débit est plus élevé, certains passages requièrent une technique excellente!

Traduit de l' allemand par Cyril Aubert

Renseignements et bibliographie

Informations générales

Comité Régional du Tourisme ( Riviera Côte d' Azur ), B.R 1602; 55, promenade des Anglais, F-06011 Nice Cedex 1.

Equipement et guides

L' équipement peut être loué auprès de magasins et d' établissements spécialisés de plusieurs localités. Des possibilités d' excursions guidées existent dans presque toutes les vallées principales, ainsi qu' à Nice, mais il est conseillé de ne s' adresser qu' à des guides hautement expérimentés. Leurs adresses figurent dans Randoxygène, brochure mise à jour chaque année et publiée par le Conseil général des Alpes-Maritimes, Direction de l' Environnement et de la Forêt / Plan Département de Randonnée, B.R 7, F-06201 Nice Cedex 3.

Guides techniques

- Conseil général des Alpes-Maritimes, Clues & Canyons ( Les Guides Randoxygène ); disponible à l' adresse citée ci-dessus. Cette brochure présente une brève description de 25 excursions et fournit les informations techniques les plus importantes. Pas de cartes!

- Bernard Barbier, Bernard Rane, Canyons méditerranéens. Ce guide contient d' abondants détails ainsi qu' un texte complet et une carte pour chaque excursion. Les limitations actuelles et les interdictions de descente n' y figurent pas.

Cartes

II est vivement conseillé d' utiliser les cartes de l' Institut Géographique National au 1:25000, disponibles pour toutes ces vallées. On peut aussi avoir recours à la série des Cartes de randonnée au 1:50000 pour une première information approximative sur les gorges

Alpinisme et autres sports de montagne 46

Ski-alpinisme de compétition: Jean-François Cuennet est sacré champion suisse

Des baskets aux skis L' ancien coureur à pied, Jean-François Cuennet, est sacré champion suisse de ski-alpinisme. Le Bullois a admirablement conduit sa saison. Ce sportif d' élite reconnu a contribué à la renommée du ski-alpinisme. De quoi interpeller les montagnards purs et admirer une reconversion réussie. Chez les dames, le titre est revenu à Anne Bochatay, de Martigny.

Ces titres ont été distribués le 2 mai, à Salvan, au terme de la dernière épreuve du championnat national: l' Alpiniski des Dents-du-Midi. La saison, marquée par une météo des plus difficiles ( annulation, parcours modifiés, mauvais temps ), s' est terminée en apothéose.

Une météo capricieuse « Enfin un superparcours et de superconditions de temps et de neige !» Les coureurs qui ont pris part à l' Alpiniski sont unanimes. L' épreuve fut disputée dans le bassin de Salanfe - la traversée sur Champéry étant im- Malgré les caprices de la météo, le Bullois Jean-Fran-çois Cuennet ( à gauche ) remporte le titre de champion suisse à la suite d' une saison conduite de façon remarquable. Cuennet-Taramarcaz, Trophée du Muveran 1999 Seule équipe féminine engagée au niveau international, la paire Zimmerli-Mabillard termine troisième du championnat suisse possible. Elle a couronné deux coureurs de grand talent: Rico Eimer et Damien Farquet. Ceux-ci n' ont pas pu démarrer leur saison de façon optimale.. " " .Venus des courses de ski nordique, il leur a manqué deux semaines de préparation en montagne pour pouvoir pousser Cuennet dans ses derniers retranchements. Dommage, car le champion a pu faire l' impasse sur la dernière manche pour se remettre au... VTT.

Rétrospective Mais avant le feu d' artifice des Dents-du-Midi, le championnat est passé par toutes les humeurs, mauvaises le plus souvent, du temps. Ainsi, le « prologue individuel », couru sur les flancs de la Pointe de Valerette, a coïncidé avec les fortes chutes de neige de février. Les coureurs se sont faufilés entre les flocons sur un parcours sensiblement raccourci. Dans la foulée, le Trophée des Gastlosen, noyé sous des pluies diluviennes, a été annulé, tandis que la Diamir-Race, menacée par les avalanches, a été renvoyée.

C' est avec le Trophée des Dents-Blanches que les compétiteurs ont repris espoir. Sur un beau parcours de La paire Rico Eimer et Damien Farquet remporte la dernière épreuve de la saison, l' Alpiniski des Dents-du-Midi, et vient se placer en deuxième position du championnat national remplacement et avec le soleil. Point négatif: cette épreuve a souffert du succès grandissant de la Pierra Menta ( France ), qui a attiré une trentaine d' équipes suisses.

Sous un ciel bleu et sur un tracé modifié, la Diamir-Race a été le théâtre d' une belle bataille. Mais son report a aussi contribué à resserrer les courses dans le calendrier. Peut-être aux dépens des organisateurs de Bivio. La cadence d' une course par quinze jours n' a en effet plus pu être tenue.

Le Trofeo di Bivio a été marqué par le retour du mauvais temps. On a maintenu la course, sur un parcours moins alpin que prévu, noyé dans la neige et le brouillard. Scénario identique en terre valaisanne avec l' Ovronnalpski, qui accueillait aussi le championnat d' Europe. Par bonheur, le mauvais temps n' a privé les coureurs que du sommet de la Dent-de-Morcles. Avant-dernière épreuve, le Super-Trophée du Muveran a aussi dû se rabattre sur des endroits plus sûrs. Le sommet est resté dans les nuages, interdit d' accès par des masses de neige fraîche impressionnantes.

Seniors 1. Jean-François Cuennet, Bulle 2. Damien Farquet, Le Levron Rico Eimer, Elm 4. François Bussard, Albeuve 5. Yvan Overney, Charmey 6. Beat Nydegger, Schwarzsee 7. Alain Ramel, d' Œx 8. Emmanuel Vaudan, Val d' Illiez 9. Serge Lüthi, d' Œx 1O. Heinz Blatter, Celerina Dames 1. Anne Bochatay, Martigny 2. Jeanine Bapst, Châtel/Montsalvens 3. Catherine Mabillard, Troistorrents Sandra Zimmerli, Gryon 5. Véronique Ançay, Fully Vétérans 1 1. Daniel Thürler, Jaun 2. Félix Thürler, Jaun 3. Armin Mathieu, Miège 4. Gérard Thürler, Schmitten 5. Marcel Rossier, Fiaugères Bilan: la sécurité avant tout Dans de pareilles conditions, la victoire la plus importante restera celle de la sécurité. Aucun accident n' a été enregistré. La sécurité des concurrents a toujours prévalu, fut-ce au détriment des exigences sportives.

Autre réussite, les efforts consentis dans plusieurs courses en faveur des jeunes concurrents, en leur proposant des parcours spécialement étudiés: environ 1200 mètres de dénivellation avec plusieurs ascensions et des passages techniques. L' an prochain, cette tendance devrait s' accentuer.

Seul bémol, la participation a été plus faible qu' espérée. La saison qui ne finit pas par la Patrouille des Glaciers enregistre toujours cette tendance. Le championnat suisse est un terrain d' entraînement de choix, mais la météo en a découragé plus d' un. Quatre courses par mauvais temps, cela freine les enthousiasmes. Le grand danger d' avalanches de février a perturbé les entraînements. Les VTT et les baskets sont ressortis plus tôt des placards. Plusieurs coureurs, parmi les meilleurs, ont aussi été engagés à l' étranger avec l' équipe nationale mise sur pied par le CAS.

Le calendrier de la saison prochaine tiendra compte de certains de ces paramètres. Il sera établi en perspective de la Patrouille des Glaciers, début mai. On se souciera aussi de la concurrence de certaines courses étrangères. Confirmation fin septembre.

Claude Défago, Monthey Le col de la Golette, Alpiniski des Dents-du-Midi 1999

ampionat suisse, classement final

Vétérans 2 1. Wim Pasquier, Chamby 2. Charly Fuchs, Collomey 3. Jean-Marie Farquet, Le Levron 4. Hanspeter Grundisch, Gstaad 5. Ernst Linder, Gsteig Espoirs 1. Ernest Farquet, Le Levron Grégoire Saillen, St-Maurice 3. Didier Moret, Sâles 4. Olivier Pharisa, Charmey 5. Joël Mariaux, Monthey Juniors 1. Alexandre Kottmann, Coppet 2. Jean-François Savary, La Tour-de-Peilz 3. Yan Paccaud, Muraz 4. Nicolas Gay, Versegères 5. René Caille, Estavannens Cadets 1. Florent Troillet, Lourtier 2. Simon Oehrli, Gstaad 3. Marcel Marti, Grindelwald 47 Aux sections déjouer!

Conduite par le Fribourgeois Félicien Mörel, la commission ski-alpinisme de compétition du CAS a déjà effectué un travail considérable: championnat suisse, équipe nationale... Elle souhaite maintenant que les sections viennent appuyer son action.

La commission aimerait que le ski-alpinisme de compétition fasse partie des activités proposées par les sections ou les groupes régionaux. Pour assurer un nombre suffisant de compétiteurs, il faudrait en effet envisager des regroupements et des collaborations. La commission organise des cours d' entraî.

L' encadrement des jeunes compétiteurs ( OJ ) sera assuré par des responsables régionaux et les entraîneurs des sections, sous la conduite de Pierre-Marie Taramarcaz, ancien champion suisse.

La formation alpine traditionnelle du CAS ne sera pas négligée pour autant.

Des renseignements peuvent être obtenus auprès du secrétariat administratif du CAS, à Berne.

Claude Défago, Monthey Alpinisme et autres sports de montagne a.

Resultats

7 février. Trophée de Valerette, Choëx/Monthey ( VS ) Seniors 1. Jean-François Cuennet, Bulle, 1 h 32 '. " " .08 "

2. Pierre-Marie Taramarcaz, Médières, à 16 "

3. Daniel Thürler, Jaun, à 2' 32 " mes, Véronique Ançay, Fully, 2 h 10 '. " " .59 "

2. Anne Bochatay, Martigny 3. Jeanine Bapst, Châtel/Montsalvens Vétérans 1 1. Daniel Thürler, Jaun 2. René Millasson, Châtel-St-Denis 3. Armin Mathieu, Miège Vétérans 2 1. Michel Chesaux, Champéry 2. Wim Pasquier, Chamby 3. Octave Bellon, Troistorrents Espoirs 1. Grégoire Saillen, St-Maurice Ernest Farquet, Levron 3. Didier Moret, Sâles Juniors 1. Alexandre Kottmann, Coppet 2. Jean-François Savary, La Tour-de-Peilz 3. Yan Paccaud, Muraz Cadets 1. Florent Troillet, Lourtier 2. Simon Oehrli, Gstaad 3. Marcel Marti, Grindelwald 48 14 mars. Trophée des Dents-Blanches, Champéry ( VS ) Seniors 1. J. François Cuennet- Herbert Piller, Bulle, 2 h 06 '. " " .12 "

2. Emmanuel Vaudan - François Bussard, Val d' llliez, à 4' 47 "

3. Dominik Cottier-Yvan Overney, Charmey, à 5' 33 " Dames 1. Christine Roh - Nicole Gillioz, Savièse, 2 h 53 '. " " .26 "

2. Jeanine Bapst-Agathe Cottier, Châtel/Montsalvens 3. Carole Ramel - Anne Pilet, d' Œx Vétérans 7 1. Daniel Thürler - Félix Thürler, Jaun 2. Octave Bellon - Marius Favre, Troistorrents 3. Gabriel Braillard - Louis Caille, Siviriez Vétérans 2 1. Charly Fuchs-J.. " " .Marie Farquet, Collombey 2. Jérôme Berra -André Caillet-Bois, Champéry 3. J. Pierre Althaus - Jean Egger, Vallorbe Juniors 1. Alexandre Kottmann - J. François Savary, Coppet 2. Dominique Beaud - Léonard Bruchez, Albeuve 3. Damien Clerc - M. Françoise Gross, Salvan 21 mars, Diamir-Race, Diemtigtal ( BE ) Seniors 1. J. François Cuennet- Heinz Blatter, Bulle, 2 h 10 '. " " .40 "

2. Damien Farquet- Rico Elmer, gardes-frontières, à 2' 55 "

3. Ernest Farquet-Grégoire Saillen, Le Levron, à 7' 11 " Dames 1. Catherine Mabillard-Sandra Zimmerli, Troistorrents, 2 h 48 '. " " .44 "

2. Jeanine Bapst-Agathe Cottier, Châtel/Montsalvens 3. Caroline Grossrieder - Sophie Thürler, Charmey Vétérans 1. Daniel Thürler-Félix Thürler, Jaun 2. J. Marie Farquet - Charly Fuchs, Le Levron 3. Wim Pasquier - Robert Wehren, Chamby Juniors 1. Alexandre Kottmann - J. François Savary, Coppet 2. Nicolas Gay - Yan Paccaud, Versegères 3. Dominique Beaud - René Caille, Albeuve 28 mars. Trofeo di Bivio, Bivio ( GR ) Seniors 1. Heinz Blatter-J.. " " .François Cuennet, Celerina, 2 h 43 '. " " .45 "

2. Rico Elmer- Damien Farquet, gardes-frontières, à 2' 44 "

3. Ernest Farquet-Grégoire Saillen, Le Levron, à 18 ' ." " .16 " Dames 1. Anne Bochatay - Jeanine Bapst, Martigny, 4 h 23 ' ." " .26 "

2. Patrizia Schatzmann - Martina Lanz, Bivio Vétérans 7 1. Gerhard Riedman - Johannes Grissmann, Lochau 2. Gabriel Müller - J. Claude Andrey, Buchillon 3. Luzi Giovanoli - Tomaso Jacomella, Bivio Vétérans 2 1. Charly Fuchs-J.. " " .Marie Farquet, Collombey 2. Ernest Linder - Hanspeter Grundisch, Gsteig Juniors 1. Alexandre Kottmann -J.. " " .François Savary, Coppet 2. Dominique Beaud - René Caille, Albeuve 3. J. Philippe Blum - Nicolas Mottier, d' Œx 11 avril, Ovronnalpski des Dents-de-Morcles, Ovronnaz ( VS ), classement du championnat suisse1 Seniors 1. Rico Eimer- Damien Farquet, gardes-frontières, 2 h 26 '. " " .23 "

2. J. François Cuennet - Herbert Piller, Bulle, à 3' 36 "

3. Pius Schuwey - Rolf Zurbrügg, Jaun, à 7' 08 " Dames 1. Catherine Mabillard -Sandra Zimmerli, Troistorrents, 2 h 40 '. " " .12 "

2. Véronique Ançay - Nathalie Blanc ( F ), Fully 3. Christine Roh - Nicole Gillioz, Savièse Espoirs 1. Ernest Farquet - Grégoire Saillen, Le Levron 2. Firmin Farquet- Hugues Fellay, Le Levron 3. Samuel Lovey - Alexandre Gex, gardes-frontières Vétérans 1 1. Armin Mathieu - René Millasson, Miège 2. Gérard Thürler - Jacques Castella, Neirivue 3. Philippe Frossard - Norbert Moulin, Morgins Vétérans 2 1. Charly Fuchs - J. Marie Farquet, Collombey 2. Pierre Vautravers - Gilbert Capt, Vallée de Joux 3. Albert Mamin - René Rüttimann, Blonay Juniors 1. Alexandre Kottmann, Coppet 2. J. Philippe Blum, d' Œx 3. Yan Paccaud, Muraz Cadets 1. Florent Troillet, Lourtier 2. Bertrand Ecoffey, Sarreyer 3. Marcel Marti, Grindelwald 18 avril, Super-Trophée du Muveran, Les Plans/Bex ( VD ) Seniors 1. Rico Elmer- Damien Farquet, gardes-frontières, 3 h 02 '. " " .16 "

2. J. François Cuennet- Heinz Blatter, Bulle, à 55 "

3. Grégoire Saillen - Ernest Farquet, St-Maurice, à 3' 38 " Dames 1. Catherine Mabillard - Sandra Zimmerli, Troistorrents Vétérans 1. Armin Mathieu - Wim Pasquier, Miège 2. Daniel Thürler - Félix Thürler, Jaun 3. Charly Fuchs-J.. " " .Marie Farquet, Collombey Juniors 1. Alexandre Kottmann -J.. " " .François Savary, Coppet 2. Florent Troillet - David Ecoffey, Lourtier 3. Dominique Beaud - René Caille, Albeuve 2 mai, Alpiniski des Dents-du-Midi, Salvan-Les Marécottes - Champéry ( VS ) Seniors 1. Rico Elmer-Damien Farquet, gardes-frontières, 3 h 02 '. " " .48 "

2. Pius Schuwey- Heinz Blatter, Jaun, à 14 '. " " .22 "

3. François Bussard - Daniel Thürler, Albeuve, à 18 ' ." " .35 " Dames 1. Catherine Mabillard - Sandra Zimmerli, Troistorrents 2. Jeanine Bapst - Valérie Jaquet, Châtel/Montsalvens Vétérans 1. Armin Mathieu - Wim Pasquier, Miège 2. J. Marie Farquet - Charly Fuchs, Le Levron 3. Justin Carron - Gerald Gex, Fully Juniors 1. J. Philippe Blum - Florent Troillet, d' Œx 2. Nicolas Gay - Yan Paccaud, Versegères 3. Alexandre Kottmann -J.. " " .François Savary, Coppet 1 également championnat d' Europe ( cf. Les Alpes, 5/99 )

Panorama de la faune alpine: le chamois

Le chamois ( rupicapra rupicapra ) est un superbe ongulé doté d' ex capacités d' adapta aux conditions extrêmes de la vie montagnarde. Il allie à merveille grâce, résistance, agilité et vigueur. Autrefois retranché dans les massifs alpins difficiles d' ac, il est de nos jours très répandu dans les forêts de moyenne montagne et se rencontre même à basse altitude.

Très populaire, le chamois est un mammifère d' observation facile parce qu' il est diurne et devient peu farouche dans les secteurs où il n' est pas chassé. Le nom scientifique vient de rupes: rocher, et de capra: chèvre. Le chamois est un bovidé de la sous-famille des rupicaprinae, située entre les chèvres ( bouquetin ) et les antilopes.

Morphologie Le mâle adulte mesure 80 à 85 cm au garrot et pèse en automne entre 40 et 50 kg. La femelle est un peu plus petite et plus légère ( 30-35 kg ); elle se différencie du mâle par ses cornes plus fines, au crochet moins recourbé, par son cou moins épais, et, en hiver, par l' absence de faisceau pénien ( touffe de poils prolongeant le fourreau de la verge ). Le chamois arbore en été un pelage court, gris fauve ou roux, avec une raie noire le long de l' épine dorsale. Les pattes sont brun-noir. Dès le mois de septembre, le pelage fonce progressivement, s' allonge, s' épaissit, et se transforme en une véritable fourrure brune presque noire. Les parties claires de la tête et de la gorge s' éclaircis, passant du beige fauve au blanc. Chez le bouc, les poils les plus longs sont ceux de l' échiné; ils peuvent mesurer plus de 20 cm. Au printemps, la toison du chamois se déco- Le cabri reste avec sa mère pendant près d' un an. Il la quittera lorsque celle-ci s' isolera pour mettre bas.

lore et devient beige délavé. Les poils se détachent ensuite par plaques laissant apparaître le pelage ras de la belle saison. Les cornes du chamois sont, comme chez tous les bovidés, constituées d' étuis cornés fixés sur des prolongements osseux de l' os frontal. Elles s' allongent pendant toute la vie de l' animal ( rapidement au début, très lentement après six ans ). Chez les vieux mâles elles mesurent 24 à 29 cm. Les sabots sont particulièrement performants dans la nei- Ces animaux photographiés en décembre arborent le pelage hivernal dense et sombre ge et les sols friables. Ils sont constitués de pinces longues et mobiles à bords tranchants, reliées par un liga-ment interdigital. Dans la neige, la pince s' écarte au maximum et la membrane interdigitale diminue l' enfoncement. Le chamois possède des glandes sébacées rétrocornales qui sécrètent une graisse odorante. Le mâle les utilise au moment du rut pour marquer son territoire. Deux Faune et flora particularités expliquent les performances stupéfiantes de l' animal: il S est doté d' un cœur très volumineux ^ et son taux de globules rouges est » deux fois et demie supérieur au £ nôtre! Lorsqu' il est inquiet, le cha-„ mois émet un chuintement prolongé " et aigu ( pchiii ). Il est produit par une ^ expiration rapide à travers les na-50 seaux rétrécis. L' odorat est le sens le plus parfait: il permet au chamois de sentir l' homme à plus de 500 m.

Habitat Le chamois est un ongulé de moyenne montagne mais il s' adapte à la haute altitude ( 2500-2800 m ) et peut vivre aussi dans les secteurs escarpés du bord des plaines ( vers 800 m ). On le rencontre souvent en zone forestière où il se sent en sécurité. En général, les chamois passent de leur territoire rupicole d' été au milieu sylvicole en hiver, pour y rechercher abri et nourriture. Cependant, certains chamois purement rupicoles habitent en permanence l' étage alpin et nival tandis que d' autres restent toute leur vie en milieu forestier. Ces derniers bénéficient d' une nourriture plus riche: ils sont plus lourds et possèdent un trophée plus long. Avec ses sabots adaptés, le chamois ne craint pas la neige et recherche même la fraîcheur des névés en été. Au printemps, les animaux descendent très bas, jusqu' au fond des vallées, attirés par l' herbe nouvelle. Le chamois habite tout l' Arc alpin, le Jura, le Cantal, les Vosges, les Pyrénées, la Cordillière cantabrique, les Abruzzes, la Forêt-Noire, les Balkans, les Carpates et le Caucase. L' effectif suisse est d' environ 95000 têtes.

Alimentation Des études ont montré que le chamois pouvait, dans certains secteurs, consommer plus de 300 espèces de végétaux! Il broute les feuilles de toutes sortes d' arbustes, les bourgeons, les ramilles; il est friand de tous les fruits, mange certains champignons et descend parfois dans les vignes où il fait quelques dégâts. En hiver, lorsque l' herbe manque, l' ani se rabat sur une nourriture plus coriace: lichens, écorces, rameaux d' arbustes ( vernes ), aiguilles de conifères, rhododendrons, genévriers, ronces, lierres. Le chamois visite régulièrement les salines naturelles ou aménagées, en particulier au printemps. Il boit peu mais il se rafraîchit souvent en mangeant de la neige, aussi bien en été qu' en hiver.

En hiver, les chamois qui restent en altitude séjournent soit dans les pentes exposées au sud où la neige disparaît rapidement, soit à proximité des arêtes balayées par les vents sur lesquelles l' herbe est rapidement mise à nu Ennemis Dans les régions fréquentées par le lynx, le carnivore est certainement le prédateur numéro un du chamois, puiqu' il prélève en moyenne un ongulé ( chamois ou chevreuil ) par semaine. Le renard et la martre peuvent tuer un jeune dans ses premiers mois de vie, mais la mère est en principe vigilante et les cas sont rares. Parmi les rapaces, l' aigle royal est le seul vrai prédateur: il s' attaque surtout au cabri, mais peut essayer de précipiter dans le vide un sujet adulte séjournant dans une paroi raide. Le chamois abhorre l' être humain et réagit dès qu' il perçoit son odeur. La distance de mise en fuite est très variable: dans les zones où il est chassé, l' animal est très sauvage et prend la fuite à une distance parfois supérieure à 300 m, par contre dans les réserves et les parcs nationaux la distance de fuite est de 30 à 50 m.

Reproduction Dès le mois d' octobre, les chamois de toute une région se regroupent et forment de grandes hardes qui se dis-loqueront après les accouplements. La période des amours bat son plein du début novembre jusqu' à la mi-décembre. Elle se caractérise par la grande débauche d' énergie des mâles turbulents et leurs incessantes poursuites qui contrastent avec le calme des femelles. Le bouc est polygame. Son but est de s' approprier des femelles et un territoire: pour cela, il va passer une bonne partie de son temps à pourchasser ses rivaux et à surveiller ses femelles depuis des postes d' observation. Le mâle en rut La femelle met bas habituellement à la fin du mois de mai. Une heure environ après sa naissance, ce jeune chamois se tient déjà bien sur ses pattes et commence à gambader à côté de sa mère pousse fréquemment une sorte de chevrotement rauque en tirant la langue, marque son territoire à l' aide de ses glandes rétrocornales, et s' ébroue vigoureusement en s' asper les flancs de liquide séminal. Les mâles de force égale s' affrontent en se tenant côte à côte, tête-bêche, et en décrivant des cercles ensemble, « crinière » dorsale hérissée. Ils peuvent tourner ainsi de longs moments, puis brutalement la poursuite s' enga. Les véritables combats sont rares. Le bouc hume les effluves des femelles en pointant le museau vers le ciel et en ouvrant largement la gueule: ce comportement est appelé « flehmen ». La femelle est en oestrus pendant deux ou trois jours. Les accouplements ont habituellement lieu à la fin novembre. La gestation est d' environ cent septante jours, ce qui nous donne une date moyenne des mises bas vers le 20 mai. La femelle fait un seul petit, très exceptionnellement deux. Le nouveau-né pèse environ 2 kg. Il se lève au bout de 15 à 20 minutes et commence à suivre sa mère quelques heures plus tard. Très vite, la mère et son cabri se joignent à d' autres femelles suitées, pour former de petites hardes, appelées che-vrées. L' allaitement intensif dure deux mois. En été, les jeunes se réunissent en de joyeuses bandes dont le jeu favori est de batifoler sur les névés. Ils effectuent alors toutes sortes de cabrioles, ruades et sauts verticaux. En automne, le cabri pèse Bien que ses sabots soient surtout adaptés à la locomotion dans la neige et les terrains friables, le cha- mois est loin d' être maladroit sur le rocher compact et les dalles lisses une douzaine de kilos. A l' âge d' un an, il quitte sa mère et forme avec d' autres jeunes du même âge des bandes imprudentes d' éterles et d' éterlous. La mortalité « infantile » est habituellement de 10 à 20% au cours de la première année. L' espé de vie du chamois est d' une vingtaine d' années.

Le chamois est protégé dans de nombreux districts francs, et, en dehors de ces secteurs, l' activité cynégétique est bien contrôlée. A l' heure actuelle, les effectifs sont importants et dans certaines réserves des densités trop fortes peuvent entraîner des épizooties ( kératoconjonctivite ). Le lynx est désormais bien implanté dans notre pays et fait office de régulateur des populations là où il est présent. En été, le chamois est peu dérangé par les randonneurs; par contre, les skieurs qui pratiquent le hors-piste en forêt obligent les animaux à quitter leurs abris. Les chamois s' exposent alors aux avalanches et la fuite dans la neige épaisse leur provoque une dépense d' énergie superflue et préjudiciable.

Eric Dragesco, Gryon Ce chamois nouveau-né, avec son cordon ombilical bien visible, est âgé de vingt minutes seulement. Il vient de se mettre de- bout pour la première fois, mais sur ses longues pattes flageolantes, l' équilibre reste incertain

Feedback