Avec la famille Ortlieb à travers les Alpes | Club Alpin Suisse CAS

Avec la famille Ortlieb à travers les Alpes

Traverser les Alpes en voiture, vers le sud, ne prend guère que deux ou trois heures s' il n' y a pas de bouchons. Cela permet de voir des kilomètres d' autoroute grise, des carros-series en couleur et des aperçus de pentes alpines en contre-plongée. En revanche, traverser les Alpes à pied, en famille, tout en utilisant les transports publics, est une aventure de sept jours qu' il vaut mieux bien organiser en choisissant un itinéraire adapté aux capacités des enfants.

Premier moment fort: le chien Nous ne voulons pas nous charger trop: des habits de rechange, des protections contre la pluie, de la nourriture pour deux jours, tout au plus. Mais avec nos deux enfants, des « gros mangeurs », les sacs à dos sont quand même volumineux. De Schwanden ( GL ), par Engi et

Dans la première montée vers le col Panixer; vue en direction du Rotstock ( Crap Tgietschen ) Pho to :F eli x O rt lie b LES ALPES 9/2001

Elm, le bus nous amène à Obererbs. A partir de là, il s' agit de marcher. Les garçons, bien sûr, ouvrent de grands yeux en suivant les manœuvres des blindés de la place de tir de Wichlen. La première montée se déroule à l' ombre de la face ouest du Vorab, par la Jetzalp, et se poursuit à travers de vieilles plaques de neige vers le lagot du Häxenseeli. Le père et le fils David prennent de l' avance, car le nombre des places dans la cabane du col Panixer est compté. Contrairement à ce que nous craignions, il ne manque ni de lits ni de couvertures dans le refuge. Aladin, le chien des trois autres visiteurs, s' est pris d' amitié pour les enfants. Pendant tout l' après, ils lanceront des pierres qu' il ira chaque fois rechercher.

Suvarov, pluie et baignade Le jour suivant, le ciel bleu de la veille a disparu et il pleut. Nous attendons que les gros nuages de pluie aient passé le Hausstock ( 3158 m ), à l' ouest. La descente vers les Grisons traverse plusieurs étages de végétation et propose même une excursion dans le passé. De nombreuses histoires circulent en effet sur le compte du général russe Suvarov, qui, en fuite, passa il y a deux cents ans le col avec 9000 hommes dans des conditions très pénibles, avant d' investir le village de Panix, ne comptant naguère qu' une centaine d' habitants. Les maisons du village sont visibles de l' Alp Ranasca–Da-dens déjà, sur le flanc sud du Rotstock. Une fois arrivés, nous gagnons l' unique auberge où les enfants prennent possession du billard, oubliant leurs jambes fatiguées.

Le jour suivant – qui n' est heureusement pas un jour de marche – il pleut à verse. Le car postal nous emmène par Ilanz jusqu' à Vals avec la promesse d' un bain aux thermes. Le problème est que, en ce jour pluvieux, plusieurs vacanciers ont eu la même idée: une queue interminable stationne devant l' entrée des bains. Nous faisons plutôt quelques achats au village avant de rendre visite à des connaissances. Comme nous ne tenons pas à manquer les bains, nous décidons de modifier notre programme et de rester un jour supplémentaire à Vals.

A la cabane du col Panixer; panorama du Chalchhorn au Vorab Montée sur les plaques de neige, peu avant le « Häxenseeli » Pho to s:

Feli x O rt lie b LES ALPES 9/2001

Nous n' avons aucun regret: l' architec si particulière de ces bains nous enchante.

Chèvres et cars postaux Un petit bus nous emmène à l' alpage de Peil, au sud-est de Vals, où les touristes font connaissance avec la vie à l' alpage et la fabrication du fromage de chèvre. Pour notre part, nous apprécions la solitude des pentes herbeuses menant au Valserberg ( 2504 m ), peu à peu remplacées par les champs d' éboulis du Valserhorn, au nord-est du col. A l' approche des fortifications datant de la Seconde Guerre mondiale, à proximité du col, les enfants accélèrent la cadence et laissent libre cours à leur imagination: ils explorent de long en large les alentours des constructions. Au col, le vent souffle fort et il fait trop froid pour nous y arrêter. Après une courte descente, nous découvrons de loin le but de notre étape, le village de Hinterrhein, exactement au sud du col. Mais il nous reste encore près de 800 mètres de descente avant de pouvoir poser nos sacs près de la fontaine du village. Plus tard, nous pourrons voir comment les chèvres retrouvent d' elles leurs étables, sans berger. Nous logeons dans une vieille maison pittoresque.

Le lendemain matin, la corne rassemble les chèvres qui gagnent aussitôt leurs pâturages. Nous prenons le car postal en direction de Mesocco, par le tunnel du San Bernardino, vers la Valle Mesolcina. A Soazza, en dessous de Mesocco, un taxi nous attend pour nous conduire, par une route de montagne interminable, à l' Alp de Bec. De là, nous partons vers l' ouest et montons à travers une forêt de mélèzes vers le Passo de Buffalora ( 2261 m ). Les orages des jours précédents ont transformé tous les chemins en ruisseaux et tous les ruisseaux

Art et culte au col Panixer Dans la montée de Peil, par Walletsch, vers Valserberg. Vue en direction de Vals. Au loin, les villages de Morissen, Vella et Degen Sur l' Alp Peil LES ALPES 9/2001

en chemins. Sämi s' amuse à franchir les gouilles.

Après le passage du col et une courte descente, nous atteignons la Capanna Buffalora ( 2078 m ), au milieu d' une zone naturelle protégée d' une richesse extraordinaire. Pour le souper, le gardien nous invite à déguster, en compagnie des randonneurs du « Sentiero alpino Calanca », d' excellentes spécialités grisonnes.

Horaire problématique Le matin, couvert et humide, nous laisse le temps de prendre un plantureux petit déjeuner avec du pain et des confitures faits maison et plusieurs sortes de fromages. Dès que le ciel s' éclaircit, nous nous mettons à descendre par des pentes raides. Dans la forêt, pleine de toiles d' araignée, le fils, David, laisse volontiers la conduite de la troupe à son père. Le but, c' est le fond de la vallée et ses villages, en particulier Rossa ( 1069 m ), où nous pourrons admirer des maisons et des ruelles étroitement serrées, encastrées les unes dans les autres. Après une collation à l' auberge, nous allons nous baigner et jouer dans la Calancasca. Le lendemain, le lever aux aurores n' a pas les effets escomptés: le bus prévu n' apparaît pas! Il faudrait savoir lire les horaires! Nous descendons donc à pied dans la vallée. A Grono, nous prenons le bus en direction de Bellinzone. Une balade dans la vieille ville et au château nous fait comprendre que les journées de marche sont maintenant achevées. Le train nous ramène sur le versant nord des Alpes et, après un arrêt au lac d' Uri, le car postal nous reconduit par le col du Klausen à la maison.

C' est en défaisant les sacs que nous hasardons la question:

– Alors, les enfants, qu' est qui vous a particulièrement plu pendant cette semaine de marche?

Unanime, la réponse nous laisse sans voix: « La télé, le soir à l' hôtel !»

Expérience Notre traversée des Alpes nous a d' abord appris que les vêtements et les chaussures des enfants ne tiennent pas l' eau et l' humidité aussi longtemps qu' on le croit souvent. Les petits marcheurs, lorsqu' il fait froid et humide, se refroidissent plus rapidement que les adultes et ne remarquent souvent pas s' ils sont trop ou trop peu habillés. Lorsqu' il fait chaud, ils parcourent difficilement de longues étapes: mieux vaut donc cheminer tôt le matin et faire une pause toutes les demi-heures

Romantisme à Hinterrhein Appétit et petits plats Sur l' Alp de Bec, vers le col de Buffalora LES ALPES 9/2001

à trois quarts d' heure. Il faut par ailleurs multiplier les durées de marche indiquées par 1,5 pour correspondre à la vitesse réelle des enfants. Ne pas oublier que les petites collations et la boisson maintiennent un taux de sucre convenable dans le sang et évitent les accès de fatigue. Enfin, les enfants ne devraient pas porter des charges supérieures à 10% de leur poids corporel. Il faut donc bien prévoir et répartir la nourriture à emporter. Informations Panixerpass-Hütte: refuge sans gardien, env. 14 places; renseignements: Verkehrsbüro Elm; tél. 055/642 60 67

Pigniu/Panix: studio avec mini-cuisi-ne; tél. 081/941 26 42

Vals: Verkehrsbüro, tél. 081/920 70 70 Hinterrhein: renseignements auprès du Verkehrsbüro Splügen, tél. 081/650 90 30

Soazza-Alp de Bec: Taxi Lele à Grono, tél. 0800/87 67 67 Cappana Buffalora: tél. 091/828 14 67 Rossa: renseignements auprès du Verkehrsbüro San Bernadino, tél. 091/832 12 14

Cartes: CN 1: 50 000 feuilles 247 Sardona, 257 Safiental et 267 San Bernardino; CN 1: 100 000 feuilles 38 Panixerpass et 43 Sopra Ceneri a

Ursi et Felix Ortlieb Zweifel, Schwanden ( trad. ) Nature sauvage au Canada ou au Val Calanca?

Des poneys nous saluent peu avant le col Pho to s:

Feli x O rt lie b LES ALPES 9/2001

Guides

Guide

Bergführer

Portraits de guides suisses célèbres 1

Feedback