Cabanes du CAS en chantier. Les besoins des visiteurs sont des ordres

Cabanes du CAS en chantier

Reconstruction du refuge du Finsteraarhorn, agrandissement des cabanes Cadlimo et Lischana: trois grands projets réussis et équilibrés en matière de confort, de protection de l' environnement et de faisabilité sur le plan financier.

Deux cabanes ont fêté leur inauguration au mois de juin: le nouveau refuge du Finsteraarhorn, le 6, et la Capanna Lischana, le 27. Alors que le refuge du Finsteraarhorn a déjà ouvert ses portes au mois de mars, s' agissant du chantier de la Lischana, il a fallu augmenter la cadence pour tenir les délais – « Nous avons travaillé jusqu' au dernier jour », se rappelle Cla Duri Janett.

Deux transformations et une reconstruction Dans la Capanna Cadlimo, depuis l' an passée déjà, les visiteurs ne sont plus obligés de dormir dans la baraque de chantier attenante. On ne doit plus se serrer dans la salle de séjour et surtout, les visiteurs n' ont plus à se tenir emmi-touflés autour du poêle, dans le local d' hiver traversé de courants d' air. « Outre l' amélioration du confort, les visiteurs apprécient les grandes salles d' eau », nous confirme Peter Büchel, président de la commission des cabanes de l' Asso centrale. L' augmentation du nombre de lits était urgente. Cette cabane spécialement conçue pour les randonneurs n' aurait sans cela jamais pu absorber les records d' affluence de l' été passé. La Capanna Lischana a également dû faire front contre une surcharge chronique, car elle est depuis des années un but d' excursion et de séjour apprécié des randonneurs qui vont visiter le Val d' Uina et le Lai da Rims, à l' est du Parc national. « Dormir par terre, trois services de repas la situation était devenue vraiment intolérable », avoue Peter Büchel. Mais il était clair aussi que l'on ne pouvait pas « tuer l' âme de l' ancienne cabane. Car en plus d' un bon lit, le randonneur recherche également l' ambiance typique de cabane. La nouvelle Capanna Lischana pourra répondre à ces deux attentes ». La situation du refuge du Finsteraarhorn est légèrement différente. Seuls le rez-de-chaussée et la terrasse ont pu être conservés, la cabane elle-même a dû céder la place à une nouvelle construction. Ce n' est pas que l' ancien bâtiment fût trop petit, mais les déficits au niveau de l' infrastructure étaient trop importants. « Par ailleurs, explique le responsable de la cabane, M. Christian Winterberger, une transformation aurait coûté 400 000 francs de plus. » Il est satisfait de la nouvelle construction et a déjà obtenu à ce propos beaucoup de réactions positives: « Grâce à l' architecture ingénieuse de l' intérieur, il a été possible de créer une ambiance chaleureuse malgré la modernité de l' extérieur. »

Construction en éléments de bois et toilettes à compostage Contrairement à l' ancien, le nouveau refuge du Finsteraarhorn est construit en bois, dans un style sobre, et il est parallèle à la pente. « L' enveloppe est même conforme aux standards Minergie », explique Peter Büchel. « A cela s' ajoute une installation à cellules photovoltaïques produisant deux kilowattheures. » Les expériences faites à la cabane Hollandia ont été mises à profit pour équiper le refuge d' un système de toilettes à compostage qui déshydrate les fèces jusqu' à ce qu' elles aient perdu 85 pour cent de leur poids. Les résidus sont ensuite acheminés par hélicoptère jusqu' à l' usine d' inci du Haut-Valais.

Les annexes de la Capanna Cadlimo et de la Capanna Lischana – toutes les deux en retrait des bâtiments préexistants – ont été en grande partie réalisées en bois. « Le bois est non seulement le meilleur matériau de construction pour les refuges de montagne, c' est aussi le meilleur marché », s' enthousiasme Peter Büchel. « Car ce qui coûte cher, dans la construction, ce sont essentiellement les transports en hélicoptère. Et le béton est ici nettement plus cher 1. »

Un six au loto pour la section d' Oberhasli Les chiffres sont impressionnants: deux millions cinquante mille francs étaient budgétisés pour le nouveau refuge du Finsteraarhorn, 1,8 million pour la Capanna Cadlimo et environ 800 000 francs pour la réfection de la Capanna Lischana. Chaque section a assuré le financement à sa manière. L' appel de fonds de la loterie cantonale et du Sport-Toto s' est avéré une source particulière-

1 Pour obtenir de plus amples informations sur les cabanes, veuillez consulter les sites www.cadlimo.ch; www.finsteraarhornhuette.ch; www.alpinist.ch; www.alpesonline.ch La cabane Cadlimo au Tessin a elle aussi été agrandie sans rien perdre de son atmosphère charmante. Le séjour de ses hôtes n' en sera que plus agréable Pho to :R egin a Sc ha llb er ge r-D ie thelm LES ALPES 6/2004

ment gratifiante pour les trois refuges. La section d' Oberhasli a ainsi pu réunir 470 000 francs pour le refuge du Finsteraarhorn, la section UTO 280 000 francs pour la Capanna Cadlimo et la section Engiadina Bassa 140 000 francs pour la Capanna Lischana. Dans les trois cas, les dons et les fonds de parrainage se sont chiffrés en dizaines de milliers de francs. Pour le refuge du Finsteraarhorn et celui de Cadlimo, ces contributions ont été complétées par des bons de participation. Les membres de la section Engiadina Bassa ont effectué pour plusieurs dizaines de milliers de francs de travail bénévole. Quant à la section UTO, elle a immortalisé sur une plaque commémorative tous ceux qui ont apporté un soutien financier à l' aménagement de l' inté.

Le Fonds des cabanes du CAS a fourni le 40 % des coûts budgétisés pour les nouveaux bâtiments. « 1,. " " .6 million de francs doivent suffire pour couvrir les frais annuels de réfection et d' entretien », explique Bruno Lüthi, responsable du secteur Cabanes au Secrétariat central, à Berne. Mais il y a deux ans – la transformation de la Capanna Cadlimo tombait dans cette période comptable – il a fallu verser près de deux millions de francs et, l' an passé, 1,43 million de francs pour le refuge du Finsteraarhorn et la Capanna Lischana. Pour Bruno Lüthi, il est clair que les coûts consécutifs à une catastrophe naturelle non couverts par l' assu ne peuvent être assumés, car le

Entre tradition et modernisme: la refuge du Finsteraarhorn dans l' Oberland bernois a été reconstruit sur les fondations de l' ancien et offre un toit à 110 personnes La cabane Lischana au-dessus de Scuol n' a pas perdu son « âme » lors de son agrandissement et offre plus d' espace aux visiteurs pour dormir et se restaurer Pho to :R ic o Lu ppi Pho to :R uc h Ar chi tek ten ,M ei ringen LES ALPES 6/2004

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Feedback