Cartographie sous le signe du changement. Congrès à Interlaken, 13-15.5.96 (La -)

Congrès international de cartographie, du 13 au 15 mai 1996 à Interlaken Pour la deuxième fois depuis 1978, un congrès international de cartographie aura lieu cette année en Suisse, à Interlaken. Sous le titre de « La cartographie sous le signe du changement: nouvelles exigences, nouvelles technologies », des spécialistes, des grands noms de la science, des experts de l' économie et des politiciens y discuteront de l' ave des cartes en tant que média. Parallèlement au congrès, une exposition présentera les derniers développements en cartographie et la manifestation sera complétée par une vaste exposition de cartes. L' allocution d' ouverture sera prononcée par le conseiller fédéral Kaspar Villiger. Le congrès est public.

Pour les alpinistes, des cartes précises et fiables continuent d' être une condition indispensable à la préparation d' une course et à l' orientation sur le terrain. Il est évident pour eux qu' il ne faudrait renoncer à rien de ce qui fait leur qualité actuelle. Cependant, de nouvelles méthodes de fabrication et les nouveaux appareils de détermination de la position élargissent beaucoup les possibilités de leur utilisation.

Les cartes: pas seulement sur papier La cartographie a pris le chemin de la digitalisation depuis quelques années déjà. En Suisse, un grand nombre d' entreprises de cartographie, de services officiels, de bureaux d' ingénieurs et de spécialistes des systèmes d' informations géographiques se sont mis aux nouvelles technologies et travaillent à des solutions d' avenir. C' est ainsi que le média « carte » ne se résume plus à une feuille de papier et que les données topographiques sur CD-ROM ou les systèmes de navigation destinés à La géométrie des nouveaux éléments est établie sur la base des photos aériennes l' usage quotidien ne sont plus des utopies.

Mise à l' épreuve de la qualité suisse Et puis, il y a encore... le cartographe, qui a appris un métier d' arti travaillant à l' aide du tire-ligne et des outils du graveur. C' est à ce spécialiste qu' on doit la réputation mondiale des cartes suisses, dont les autorités et les entreprises privées s' effor de conserver la qualité. Ainsi, la phase de chamboulement dans laquelle la cartographie se trouve actuellement peut aussi être comprise comme une mise à l' épreuve de la qualité de nos cartes. Le congrès d' Interlaken apportera sans doute de nouvelles connaissances qui permettront de se faire une meilleure idée de l' évolution à venir.

Le congrès Plusieurs centaines de cartographes et d' amis des cartes se rencontreront donc du 13 au 15 mai au Casino Kursaal d' Interlaken. Les exposés au programme éclaireront les divers aspects de la cartographie d' aujourd et de demain. Outre plus de trente communications, les Par mauvaise visibilité, la carte et les instruments peuvent prendre une importance vitale pour le randonneur à ski quatre principaux exposés traiteront en effet, entre autres, de l' attribution des responsabilités et des tâches. Leurs titres:

Systèmes d' information géographiques et/ou cartographiques?

La cartographie dans le monde du GPS: défi et positionModélisation cartographique -fabrication intégrée et utilisation de systèmes de cartesDes cartes attrayantes - plaidoyer pour un bon graphisme des cartes Ces exposés seront présentés en allemand.

De plus, des excursions donneront la possibilité aux participants, le 16 et le 17 mai, de visiter des entreprises et de découvrir des paysages.

Un prochain article résumera les principaux résultats du congrès utiles aux alpinistes.

Informations Pour toute information complémentaire: Secrétariat du congrès de cartographie 1996, c/o Nagra, Hardstrasse 73, 5430 Wettingen, tél. 056/ 437 11 11, fax 056/437 13 14. Martin Gurtner, Wabern BE ( trad.m

fie du club

rïta del club

1 Ujs dem Clubleben

autre région ou irait faire du ski de fond dans le Jura! Mais quel bulletin intéressant pour illustrer la théorie sur les avalanches! Une véritable aubaine pour le cours du CC sur les avalanches qui s' est déroulé du 12 au 14janvier 1996 au Simplon.

Cours intéressant et excellemment organisé Ce ne sont pas moins de 37 participants qui, le vendredi soir déjà, se sont retrouvés à l' hospice du Simplon pour suivre ce cours. Après le souper, nous avons assisté à une leçon de théorie médicale sur les hypothermies et les gelures. Comment agir et que faire avec les victimes de ce genre de blessures? Une théorie donnée avec beaucoup d' enthousiasme et d' humour par le Dr Wiget, de Vissoie.

Le cours était agrémenté par l' alternance de théorie et d' exercices pratiques dans le terrain. Exemples de thèmes abordés en théorie: les particularités de la neige et sa transformation, l' interprétation du bulletin d' avalanches, la méthode dite 3x3, et comment agir en cas d' avalanche. Les exercices pratiques, quant à eux, se CC 96104, 12-14 ja n vier 96 Des conditions d' école!

Le bulletin d' avalanches du vendredi 12 janvier 1996 annonçait, entre autres réjouissances:

Persistance du fort danger de glissement de plaques de neige dans le Sud. De 30 à 70 cm de neige sont à nouveau tombés sur le versant sud des Alpes. La quantité de neige fraîche des deux derniers jours atteint ainsi au-dessus de 1500 m de 50 à 100 cm. Le fondement faiblement consolidé de la couverture neigeuse est encore fragilisé par les températures élevées. Il faut s' attendre à de nombreuses avalanches spontanées, surtout dans les régions du sud où la neige est abondante. Simplon, Tessin, sud des Grisons: Fort danger de glissement de plaques de neige. Etc.

Lorsqu' un bulletin aussi « encourageant » est annoncé pour le week-end où vous avez planifié une course dans la région du Simplon, n' importe quel chef de course sensé choisirait une Une nouvelle chute de neige signifie souvent une augmentation du danger d' avalanche. Lorsqu' on fait la trace, on peut alors Un vent de force moyenne suffit déjà à transporter la neige et à former des accumulations dangereuses de neige soufflée qui peuvent donner naissance à des plaques sont déroulés par groupes accompagnés d' un guide de montagne. Nous avons expérimenté les profils de neige, les coins et blocs glissants, le choix de la trace et l' orientation dans le brouillard, et fait divers exercices de recherche avec les détecteurs de victimes d' avalanches et même une simulation d' accident avec trois « victimes » ensevelies.

J' ai été personnellement très impressionné par les « woum » ( bruit que fait l' air en s' échappant du manteau neigeux lorsque celui-ci est chargé par le poids d' un skieur. Ce bruit = danger mortel !) entendus dans le terrain dans la journée de samedi. J' ai pu, de plus, constater qu' il n' est pas facile de choisir un itinéraire et de tenir une trace régulière dans le brouillard. Les participants ont été fort intéressés par les diverses théories et démonstrations faites par l' ensemble des instructeurs.

Ce cours est destiné à toutes les personnes désireuses de se mettre à la disposition de leur section pour la for- entendre les « woum » caractéristiques d' un danger d' avalanche de plaque marqué ou fort mation des membres. Il offre la possibilité d' acquérir ou de rafraîchir les connaissances de chacun sur la neige, les avalanches et la montagne.

Lors de ce cours, nous avons eu une équipe d' instructeurs enthousiastes et très compétents. Qu' ils soient remerciés ici de l' excellente organisation de ce cours, de la qualité de leur enseignement et de leur dévouement pour le CAS. De plus, un grand merci à Max Vogt qui a organisé ce cours pendant plusieurs années et qui a maintenant remis le flambeau à François Byrde.

A tous: à l' année prochaine, du 10 au 12 janvier au Simplon!

Pierre-Alain Girardin, section La Dôlerandonneurs avertis et aux sportifs de goûter au plaisir de l' effort dans un cadre idyllique. Pour 90 % des concurrents, certains venus de la France voisine ou de Zurich, cette journée représentait leur baptême en raquettes. D' autres ont inauguré leur pratique de l' orientation en s' égarant ça et là, prolongeant la distance à parcourir pour avoir suivi de fausses traces ou carrément omis de timbrer aux postes. Mais si certains ont perdu le nord, personne n' aura oublié le sourire et la bonne humeur.

Une activité différente et écologique Une enquête menée en France par les Professionnels Associés de la Montagne ( PAM ) révèle que 75 % des touristes d' hiver ne se satisfont pas que du ski et aspirent à d' autres disciplines. La raquette à neige correspond à leur attente et s' inscrit dans un mouvement écologique; en effet, c' est une activité saine, conviviale et peu coûteuse. Ses pratiquants doivent cependant rester sensibles aux dégâts et dérangements éventuels qu' ils peuvent causer, par exemple sur les jeunes pousses d' arbres et sur la faune, qu' ils peuvent perturber dans sa retraite hivernale. Par ailleurs, si les pentes poudreuses attirent bien des adeptes, les risques d' avalanches et autres dangers alpins restent des critères à ne pas négliger.

Un sport pour tous les goûts Le succès de cette première course aux Paccots confirme la tendance à cette nouvelle pratique qui prend de l' essor au travers de multiples compétitions, stages, sorties, découvertes,

Feedback