Coureuse de fond et cultivatrice au Cameroun. Portrait d'une battante

Coureuse de fond et cultivatrice au Cameroun

Sarah Liengu Etonge élève seule ses sept enfants, elle est trois fois grand-mère... et a remporté sept fois la course à pied qui mène sur le plus célèbre sommet du Cameroun, le Mont Cameroun ( 4095 m ). Pour Sarah, la course à pied est un mécanisme de survie.

Dès son enfance, Sarah Etonge adorait le sport et en particulier la course à pied. A l' école, grâce à son excellent physique et à son orgueil, elle arrivait souvent la première, devançant même les garçons – un talent parfois difficile à assumer dans une société à prédominance masculine. Mais sa devise n' a pas changé depuis: elle court pour gagner.

Fermière au Mont Cameroun

Née en 1967, Sarah a quitté l' école de Buea 1 après six ans de scolarité: à 14 ans, elle accouchait de son premier enfant. Par la suite, elle donnerait naissance à six autres. Lorsque son mari décéda, Sarah, encore jeune, ne fut pas accueillie avec ses enfants par ses beaux-parents, de la tribu des Bamiléké. C' est pourtant ce qu' aurait voulu la tradition. Obligée d' as seule la charge de sa famille, elle revint à Buea, sa ville d' origine au pied du Mont Cameroun. Pour une femme africaine sans formation, la seule solution était de travailler la terre. C' est donc ce qu' elle fit. Dans son malheur, elle eut de la chance sur deux plans: son père lui avait légué une grande parcelle de terrain et, comme elle le dit elle-même: « Dieu nous a bénis en rendant cette terre fertile ». De plus, elle n' avait pas peur de travailler dur. Aujourd'hui encore, elle cultive la terre, produisant du manioc, des ignames et des bananes.

Partie de rien, arrivée première

Mais Sarah en voulait plus. Elle découvrit que la course à pied était sa chance et pouvait lui ouvrir des perspectives d' ave. A 27 ans, elle se lança dans le marathon et un an plus tard, en 1996, elle remporta pour la première fois la course du Mont Cameroun. Par la suite, le nom d' Etonge se retrouva régulièrement dans les premières places du classement. Course après course, Sarah Etonge renouvela ses exploits jusqu' à établir le record de 5 h 21 ' ." " .42 ' ' aller-retour sur 3300 m de dénivelé et 36 km de distance. On la sur-nomma la « reine sans couronne ». Quel est donc le secret de la réussite de Sarah Etonge, coureuse de fond qui n' a jamais bénéficié ni d' une formation, ni de soutien financier, ni des conseils d' un coach? Sa réponse: une discipline de fer et un entraînement sans relâche. « Il faut oublier tout ce qui vous distrait, ne re- garder ni à gauche, ni à droite. » Et pour cette femme croyante, l' aide de Dieu joue un rôle capital. Elle rend grâce aussi au dieu de la montagne, Efasa Mote, qu' elle invoque avant chaque course.

« Dscheng-dscheng-woman »

Sa réussite, surtout à la course du Mont Cameroun 2, ne plaisait pas à tout le monde. On lui demanda de renoncer à courir pour laisser une chance aux autres. Lors des célébrations officielles pour les dix ans de cette course, on oublia de l' inviter... Sa tribu, les Bakweri, 1 Buea, au pied du Mont Cameroun, est le chef-lieu de la province anglophone de South-West. Elle compte 100 000 habitants dont plus de la moitié ont moins de 20 ans. A 1000 m d' altitude, la ville jouit d' un climat agréable. C' est pourquoi le gouvernement colonial allemand en avait fait la capitale du Cameroun. Aujourd'hui, on y voit encore le Palais des gouverneurs de l' époque, de style européen, et une ferme modèle construite par des paysans allemands. 2 La course du Mont Cameroun à Buea est organisée depuis 1996 par l' association d' athlé du Cameroun sous le titre de « Race of Hope ». Entre 1996 et 2005, Sarah Etonge a occupé sept fois la première place. En 1995, lors de sa première course, la « Sweet Foundation Race », elle était arrivée en deuxième position.

Sarah Etonge, qui porte le surnom de « femme forte et guerrière ». Sept fois mère, cultivatrice et sept fois gagnante de la « Race of Hope », la course du Mont Cameroun ( 36 km et 3300 m de dénivelé ) Nuages accrochés au Mont Cameroun. De fréquentes précipitations font de la région de Buea une terre particulièrement fertile Photos: Helmut Nemitz lui décerna alors le titre de « Docteur honoraire du Mont Cameroun ». Ses collègues masculins la respectent et l' accueil lors de leurs entraînements. Ils lui témoignent leur amitié et leur respect en la surnommant « mère ». Invitée au Ga-bon, elle vainquit sa concurrente, huit fois championne nationale, et fut surnommée « Dscheng-dscheng-woman » – « femme forte et guerrière ».

Un équipement tout simple

On arrive à sa maison, une simple bâtisse en bois dissimulée entre les bananiers, par un chemin cahoteux et délavé. Devant la porte, tel un gardien, sa salle de fitness faite maison: une structure en bois avec une barre de fer et des pièces usagées de camions – merci à Mercedes Benz et à MAN! Trois fois par semaine, elle se lève à quatre heures pour s' entraî: deux à cinq heures de course avant le petit-déjeuner. Elle a goûté une fois une boisson énergétique, qui l' a rendue malade. Elle en rit encore... Après son jogging matinal, elle part au travail dans les champs: il faut bien qu' elle nourrisse sa famille

Coureurs de mère en fils

Les chiffres exacts de ses victoires, elle ne s' en souvient pas: ils sont gravés sur les coupes qu' elle a gagnées. Ce qu' elle sait, c' est que sa carrière tire sur sa fin. Son avenir est incertain mais elle est optimiste, car son fils a repris le flambeau. Il a déjà gagné la coupe junior du Mont Cameroun et Sarah espère qu' il trouvera un mécène pour partir en Europe, dans une école de sports. Au Cameroun, il n' existe pas de formation pour les coureurs. Pour Sarah, qui sait à peine lire et écrire, l' école est une priorité absolue. Il faut que ses enfants apprennent pour s' en sortir mieux dans la viea Helmut Nemitz, Winter thour ( trad. ) A près de 1000 m, Buea bénéficie d' un climat plus agréable que la ville côtière de Douala. C' est pourquoi, vers 1900, le gouvernement colonial allemand a déplacé son siège dans cette petite ville. Le palais du gouverneur en témoigne aujourd'hui encore Le Mont Cameroun, 4095 m, est le plus haut sommet d' Afrique occidentale.. " " .Vers l' an 1500, les navigateurs portugais furent si impressionnés qu' ils le nommèrent le « siège des dieux »

Vie et loisirs en montagne

Vita e tempo libero in montagna

Leben und Freizeit im Berggebiet

Feedback