Course de montagne avec des enfants. Puissance de la motivation

Courses de montagne

avec des enfants

Il faut parfois peu de chose pour motiver les enfants lors d' une ran- donnée. Un simple morceau de bois et un bout de ficelle, par exemple, ont aidé le petit Mario à monter jus- qu' au sommet de la montagne.

La canicule nous fait tous souffrir et la sueur augmente avec la pente. Il nous reste encore un bon bout de chemin à parcourir. Les enfants le supporteront- ils? A tout moment, nous leur indiquons le terme de l' étape suivante. Allons encore jusqu' au pont! Ce ne sera plus très loin après! Ces arguments sont-ils suffisants pour les motiver?

Métamorphose d' un morceau de bois Je ne me souviens pas exactement com- ment cela a commencé. Peu importe! Tenant à la main un petit bâton, Mario a extrait de sa poche un bout de ficelle.

« Peux-tu me faire un nœud ?» me de- mande-t-il en montrant les deux objets.

Sans tarder, je lui en confectionne un au- tour de son morceau de bois. Et déjà il possède un tracteur qu' il tire derrière lui dans la poussière du chemin, en imitant le bruit du moteur et du levier de vitesses, lorsqu' il allonge le pas.

Grâce à l' imagination de Mario, nous atteignons, sans nous en rendre compte, un pont au pied d' une cascade. Admi- rant la chute d' eau, sa sœur et lui annon- cent illico qu' ils veulent grimper là-haut.

Sans aucun doute, le spectacle de ce ri- deau liquide les a fascinés. Tout à son jouet improvisé, Mario ne réalise pas qu' il fait fi des obstacles et gravit les marches sans la moindre récrimination.

D' ailleurs, le pont à peine franchi, les embruns rafraîchissants de la cascade rendent la grimpée fort agréable. A l' ar rivée, efforts et fatigue sont vite oubliés et les enfants frissonnent à la vue des flots de la rivière se précipitant dans le vide. Ils sont à juste titre fiers de leur ex- ploit en distinguant tout en bas le petit pont où nous nous trouvions une bonne heure auparavant. Emplis d' une nou- velle envie exploratrice, ils gambadent sous les arbres le long de la berge vers de vastes dalles polies et presque horizon- tales où dame Nature leur a aménagé une belle place de jeux.

Raconter des histoires en marchant Dans la chaîne du Pilate, on atteint, après plusieurs heures d' effort, le Mittagsgüpfi à partir de la vallée lucernoise d' Eigental, par un chemin en montée continue jus- qu' à la crête. On pourrait estimer que cette course est déconseillée aux petits.

Pourtant, les choses se passent différem- ment dans notre groupe. Les enfants ou- blient souvent leurs efforts lorsqu' ils se trouvent en compagnie de copains de leur âge. Suivant ce principe, nous avons déjà parcouru un bon tiers des sept cents mètres de dénivellation par une belle journée d' automne. Les grands marchent Construire un cairn, une petite activité entre-deux, permet de refaire le plein d' énergie Pour Mario, un brin de ficelle et un bout de bois suffisent à construire un tracteur imagi- naire qui l' accompagne jusqu' au sommet de la montagne L E S A L P E S 5 / 2 0 0 4 en tête et le cortège s' allonge. Je reste un peu en arrière avec la petite Olivia de six ans. A plusieurs reprises déjà, elle a mur- muré qu' elle n' en pouvait plus, usant jusqu' à la corde tous mes subterfuges. Le but étant encore trop éloigné pour exer- cer sa force d' attraction, je trouve tou- jours dans les bois un sujet quelconque susceptible d' éveiller son intérêt: fram- boises à cueillir dans les fourrés au-delà du prochain contour, déchiffrer le texte sur un poteau indicateur, attraper un papillon, découvrir une autre toile d' araignée ou un gros scarabée. Mais, à la sortie de la forêt, il s' agit d' inventer de nouvelles astuces, car le chemin s' étire maintenant sur d' abruptes pentes d' herbe, traversées de bancs de rochers.

Pour finir, Olivia me réclame une his- toire. N' importe quel conte du réper- toire aurait pu faire l' affaire, mais je pré- fère composer un récit fantastique dans lequel les champignons deviennent des héros, les martres de méchantes sorcières et les arbres creux, des greniers à provi- sions. Lors d' une brève escalade, Olivia oublie tout à coup la fatigue de ses jambes et me dépasse. Plus haut, nous avons l' occasion d' admirer des bouque- tins. Le but n' est plus très loin et Olivia me devance pour m' attendre devant la croix marquant le sommet.

Neuf cents mètres de grimpée par 36° C à l' ombre Dans la vallée d' Erstfeld, l' itinéraire pour la cabane de Krönten débute heureuse- ment par un trajet à travers une forêt ombragée. Puis nous marchons en plein soleil par des alpages aux pentes douces avant d' attaquer une forte déclivité dans Des en-cas en quantité suffisante fortifient et donnent du courage pour marcher Découvrir les petits mi- racles de la nature le long du chemin procure un grand plaisir aux enfants Une aigrette de pissenlit! On souffle dessus et ce sont d' innombrables petits parachutes blancs qui s' envolent L' eau fascine les enfants. Cette fois, c' est une cascade qui, de loin déjà, a su éveiller leur intérêt. Maintenant tous sont assis et s' émerveillent devant elle. Sur la photo, Vernal Fall, Yosemite National Park Faire de nombreuses pauses pour se désaltérer est indispensable, tout particulièrement lors de grosses chaleurs Photos: S tefan Tolusso L E S A L P E S 5 / 2 0 0 4 Comment motiver les enfants à la randonnée?

– En tout premier lieu, fixer des buts d' étape à leur portée. Cela se passe beaucoup mieux lorsque les enfants connaissent la distance jusqu' à la pro- chaine halte où ils pourront reprendre haleine.. " " .Adapter son allure à celle des enfants.

L' important n' est pas celui qui arrive le premier au but, mais que tous y par- viennent en bon état.. " " .Dans les groupes de jeunes de la même tranche d' âge, une certaine compétitivité se fait jour, ce qui aug- mente la motivation.

– Se tenir à l' écoute des enfants qui ont souvent de bonnes idées, permettant de fixer leurs pensées sur d' autres sujets que la marche. – Les distraire en racontant des histoires.

– Inciter les enfants à chercher quelque chose au bord du chemin; cela éveille leur curiosité et les pousse en avant.. " " .Accorder un supplément d' eau ou de thé par forte chaleur.

– Tenir à disposition dans la poche arrière du sac à dos un reconstituant: sucre de raisin, barre de céréales, etc.

– Tenir la main de son père ou de sa mère peut parfois aider l' enfant.

– Pourquoi pas un jeu, comme fermer les yeux et se laisser guider par les enfants?

– Lorsque cela ne va vraiment pas, faire preuve de beaucoup de patience. Toute autre attitude n' aboutit à rien!

la gorge de Stäuben. Quelle chaleur!

Nous étions pourtant au courant de ces conditions, car la météo annonçait de- puis plusieurs jours les températures caniculaires de l' été 2003.

Nos pas deviennent de plus en plus pesants et les sacs à dos des enfants de sept ans, pourtant légers au départ, as- sombrissent leur bonne humeur. Boire de l' eau, intercaler de courtes pauses à l' ombre, ranimer son énergie en cro- quant un morceau de sucre de raisin, sont des occupations qui nous rappro- chent davantage du but.

Le Fuhlensee invite à la baignade. Il ne reste plus qu' une demi-heure jusqu' à la cabane Krönten Quand on donne la main à son papa ou à sa maman, les pas- sages raides sont plus faciles à gravir L E S A L P E S 5 / 2 0 0 4 On est toujours surpris de la facilité avec laquelle les enfants récupèrent leurs facultés après des efforts soutenus. Oli- via n' a pas encore fini de ronchonner que déjà, elle monte en courant pour me raconter quelque histoire anodine. Lors d' un arrêt prolongé, tous les enfants se rafraîchissent à la fontaine, trempent leurs bras dans l' eau glacée et aspergent leurs tee-shirts; certains immergent leur tête et se secouent tels des chiots tout mouillés. Le repos et le jeu renouvellent leurs forces. Nous atteignons l' étape suivante avec aisance. Le lac de Fuhlen nous invite à la baignade. A peine ont-ils franchi la marche escarpée donnant accès à la tourbière qu' ils se jettent dans la fraî- cheur des flots pour nager en compéti- tion jusqu' à la rive opposée. Nos jeunes gens découvrent sur des dalles polies par l' érosion glaciaire un splendide tobog- gan naturel et s' y amusent avec entrain.

Chaleur tropicale, poids des sacs à dos et grimpée exténuante sont complètement oubliés! Il y a quelque temps encore, je dou- tais des histoires de collègues alpinistes expérimentés, sur leurs ascensions de sommets de trois mille mètres ou plus avec des jeunes enfants. Vérité ou affa- bulation? Néanmoins, faire découvrir aux enfants le monde de la montagne est un but enrichissant. Pour les stimuler, il suffit de faire preuve de fantaisie et d' imagination. De cette manière, l' ascen sion devient vraiment un jeu! a S t e p h a n To l u s s o, W i l l i s a u ( t r a d. ) Le but se rapproche Enfin une fontaine pour se rafraîchir un peu!

Pourquoi ne pas jouer en chemin? Marcher avec les yeux bandés permet de se forger un pas sûr PHotos: S tefan Tolusso L E S A L P E S 5 / 2 0 0 4

Livres / Médias

Libri / Media Bücher / Medien

Divers

Diversi

Feedback