Courses dans le massif de la Bernina. Une aventure exceptionnelle

Courses dans le massif de la Bernina

Seuls ceux qui dirigent une OJ dont les membres ont une condition physique et des capacités techniques d' un bon niveau peuvent envisager d' inclure dans leur programme une semaine de courses dans le massif de la Bernina. Si le temps est de la partie, l' entreprise peut devenir un des grands moments de l' année de l' OJ. C' est d' ailleurs ce qui est arrivé à l' OJ Gothard.

Au cours de l' été 2003 qui restera pour la postérité « l' été du siècle », nous avions prévu pour l' OJ Gothard une semaine de courses de haute montagne dans le massif de la Bernina. Dix membres, garçons et filles, s' étaient inscrits dans le but de mettre à l' épreuve leurs connaissances techniques et leur condition physique. L' hôtel de montagne de la Diavolezza, les cabanes CAS Boval et Tschierva, la cabane du CAI Marco e Rosa ainsi que le terrain de camping de Morteratsch constituaient les divers points de départ de la semaine. Lors de la réservation des places dans les cabanes, indispensable en été, nous nous sommes rendu compte que cette région n' était pas du tout écartée mais très largement connue et fréquentée et qu' elle offrait des ascensions magnifiques, des possibilités d' escalade variées ainsi que diverses traversées de glaciers exigeant une bonne maîtrise des crampons.

Arêtes exposées, escalade aérienne

Les sommets visés lors de cette semaine étaient les trois cimes du Palü, le Piz Morteratsch, le Piz Roseg, la Bellavista avec, pour couronner le tout, la Bianco- La semaine de haute montagne que l' OJ a passé dans le massif de la Bernina fut riche en bons moments. Départ pour l' ascension du magnifique Biancograt Photo: R oman Betschar t grat au Piz Bernina. Le premier jour, nous avons traversé le groupe du Palü par le pilier ouest ( 3121 m ) jusqu' au sommet est ( 3882 m ), puis nous sommes parvenus par une arête exposée au sommet principal ( 3901 m ). Cette première course nous a fait découvrir tous les aspects de la région: de l' escalade aérienne et variée aux arêtes exposées en passant par des descentes plutôt difficiles. Le point culminant du deuxième jour a été, par un temps splendide, le Piz Morteratsch ( 3751 m ) avec son panorama exceptionnel. Le temps beau et stable, qui a caractérisé l' été 2003, nous a permis par la suite une « sortie au clair de lune »; à l' aube, nous avons en effet pu traverser le glacier de Tschierva quasiment sans allumer nos lampes frontales. Le Piz Roseg ( 3937 m ), avec une montée et une descente aussi impressionnantes que variées, précédait le point d' orgue: la Biancograt au Piz Bernina ( 4048,. " " .6 m ). La course, longue et exigeant de l' endurance, a été favorisée par un lever de soleil magnifique, l' escalade d' arêtes exceptionnelles, le tout combiné avec une course glaciaire unique. Mais c' est avant tout le fait d' avoir posé nos pieds sur un 4000 qui nous a procuré un vif sentiment de bonheur. En Italie, à la cabane Marco e Rosa ( 3597 m ), nous avons ensuite fêté, avec un verre de vin et beaucoup de thé, la réussite de nos ascensions. Finalement, et comme pour mettre un terme à notre semaine en altitude, nous avons franchi la Bellavista.

Recommandations

Le massif de la Bernina, avec ses magnifiques sommets, ne se prête qu' aux alpinistes dont la condition physique et les compétences techniques sont élevées. Il est donc à réserver aux membres de l' OJ les mieux entraînés. Une préparation sérieuse est indispensable ainsi qu' une reconnaissance des lieux et de tous les passages délicats peu avant les courses qui durent entre 10 et 13 heures. Les passages-clés doivent être bien connus et il est recommandé d' engager un guide. L' équipe des responsables, elle aussi, devrait être familiarisée avec la région et il faut limiter le nombre des participants. Par mauvais temps, certaines ascensions « normales » peuvent devenir très difficiles et la seule solution de remplacement est alors la formation aux techniques glaciaires sur les différents glaciers. Les ascensions dans la région exigent une bonne collaboration au sein des cordées, ce qui rend les courses d' autant plus intéressantes et fait gagner à chacun de l' expérience. De manière générale, les courses exigent de la concentration, et le repos n' est guère possible qu' en arrivant dans les cabanes. Ces étapes longues et difficiles n' en laissent pas moins à chacun le sentiment d' une victoire à la fin de la semaine de courses. a Andrea Lorenz, Roman Betschar t, OJ Gothard 1 ( trad. ) 1 D' autres informations utiles peuvent être obtenues par courriel auprès du chef OJ de la section Gothard, Roman Betschart: chrom(at)bluewin.ch Une cordée OJ de la section Gothard sur le Firngrat très exposé du pilier est du Piz Palü Le point fort de la semaine fut sans conteste le Biancograt dont on aperçoit ici la partie supérieure Une pause bien méritée à la Fortezza avec, à l' arrière, le Piz Bernina Photos: R oman Betschar t

Escalade libre / Compétition

Arrampicata libera e di competizione

Feedback