Critères de définition des sommets dans les Alpes suisses. Proéminence et hauteur de culminance

dans les Alpes suisses.

Proéminence et

hauteur de culminance

Comment définir une montagne? Telle est la question que peut se po- ser celui qui désire gravir tous les sommets d' une région. Si l'on utilise, pour cette définition, les critères de proéminence et de hauteur de culmi- nance, certaines montagnes y per- dront quelque peu de leur éclat, alors que d' autres y gagneront.

En 1967, l' informaticien Benoît Mandel- brot a écrit un article sur la longueur des côtes de la Grande-Bretagne. Il lui est alors apparu que cette longueur variait fortement selon les ouvrages de référence consultés 1. Il faut rechercher la cause de ces différences dans la méthode de me- sure. En effet, plus on tend à estimer cette longueur avec exactitude, c'est-à-dire plus les cartes utilisées sont détaillées et précises, plus les côtes s' allongent! A l' issue de cette investigation, Mandelbrot tire la conclusion étonnante que la lon- gueur des côtes de la Grande-Bretagne est une notion mal définie.

Choix des critères Un problème identique, parmi d' autres, se pose à propos du nombre des som- mets dans les Alpes suisses. Si l'on définit comme montagne toute éminence, si pe- tite soit-elle, il y en a un nombre infini dans notre pays. Mais cette donnée n' a pour ainsi dire aucune valeur informa- tive. A cet égard, chacun sera d' accord de ne pas compter comme véritables mon- tagnes toutes les antécimes ou tous les promontoires rocheux. Mais comment séparer les sommets significatifs de ceux qui ne le sont pas? Présentons, à ce pro- pos, deux paramètres susceptibles de nous fournir certaines conditions déter- minantes. Il s' agit des notions de pro- éminence d' une montagne et de sa hau- teur de culminance ou différence d' alti tude par rapport à son environnement.

Proéminence La proéminence d' une montagne est la longueur horizontale mesurée à vol d' oiseau entre le sommet de celle-ci et le plus proche point de la surface de la Terre affichant une altitude plus élevée.

Ce paramètre correspond au rayon du cercle dans la superficie duquel le som- met considéré dépasse tous les autres. La montagne proéminente est donc le point culminant de ce cercle plus ou moins étendu. En Suisse, par exemple, le Piz Bernina est la montagne dont la proémi- nence est la plus grande. Elle atteint 137,. " " .8 km, le sommet plus élevé le plus proche étant le Finsteraarhorn. La dis- tance à vol d' oiseau entre le sommet du Piz Bernina et le point immédiatement plus élevé des flancs du Finsteraarhorn correspond donc à sa proéminence ( soit 137,. " " .8 km ).

Hauteur de culminance La hauteur de culminance est la différen- ce d' altitude entre un sommet donné et l' ensellement ou le col le plus élevé per- mettant d' atteindre une cime encore plus haute. En d' autres termes, c' est aus- si le dénivelé minimum de la descente à parcourir pour remonter sur un sommet plus élevé. Cette différence d' altitude a déjà servi de critère dans l' établissement de la liste officielle des quatre mille 2.

Pour calculer la hauteur de culminance de la Bernina, il faut suivre les crêtes montagneuses en direction de l' ouest jusqu' à ce que l'on atteigne un sommet d' altitude supérieure, en l' occurrence le Finsteraarhorn. On détermine ensuite le col le plus bas de cet itinéraire; il s' agit de la Maloja, à 1815 m. La différence d' alti tude entre ce col et le sommet du Piz Bernina correspond à 2234 mètres; c' est sa hauteur de culminance.

La notion de différence d' altitude par rapport à l' environnement fournit une indication chiffrée sur l' isolement d' une montagne. Le Cervin, en particulier, avec sa hauteur de culminance assez considé- rable de 1031 mètres, est un sommet très isolé, tandis que le Lyskamm, pour lequel ce paramètre n' atteint que 376 mètres, ne se distingue guère des sommets plus élevés du massif du Mont Rose.

Mise en pratique de ces notions Que déduire de ces deux paramètres:

proéminence et hauteur de culminance?

Prenons deux cas. Le Calanda de Hal- denstein a une hauteur de culminance de 1 Benoît Mandelbrot, né en Pologne en 1924, a défini la notion d' objet fractal ( du latin frangere = briser ). Celui-ci apparaît lorsqu' on applique à une image d' origine un principe précis de reproduction. On applique à nouveau le même principe au résultat et ainsi de suite ( procédé d' itération ). 2 Cf. Les Alpes 1/1994 La proéminence est la mesure de la distance horizontale, à vol d' oiseau, du sommet d' une montagne au point d' altitude immédiatement supérieur le plus proche. La hauteur de culmi- nance est la différence d' altitude entre une cime donnée et le col le plus proche, permettant d' accéder à un sommet plus élevé.

A

Hauteur de culminance Proéminence Alpes suisses de proéminence x Proéminence supé- Nombre de rieure ou égale à montagnes 100 km 1 50 km 3 20 km 14 10 km 54 5 km 169 3 km 387 1 km 1595 Alpes suisses de culminance x Hauteur de culminance Nombre de supérieure ou égale à montagnes 2000 m 4 1000 m 36 500 m 166 300 m 419 100 m 1955 L E S A L P E S 1 / 2 0 0 3 1449 m et une proéminence de 6,5 km, tandis que le Schesaplana affiche pour la seconde donnée 30,. " " .25 km, et 809 m seu- lement pour la première. Ces chiffres re- flètent l' environnement naturel de ces deux montagnes; le Calanda se détache très nettement des sommets avoisinants par l' altitude assez basse du col de Kun- kels ( hauteur de culminance élevée ), mais n' en est pas très éloigné ( proémi- nence réduite ). En revanche, le Schesaplana est loin à la ronde le sommet pro- éminent, mais son isolement est faible en raison de l' altitude élevée du Schweizer- tor. Pour classer les montagnes selon leur importance, on pourrait combiner ces deux paramètres. Mais là encore il fau- drait donner la priorité à l' un ou à l' autre des deux paramètres, ce qui en- traînerait inévitablement un jugement subjectif. J' ai calculé ou estimé sur la car- te de la Suisse ces deux grandeurs, et dé- nombré, en me limitant aux Alpes, plus de huit mille sommets de plus ou moins grande importance. Cette liste permet de répondre à certaines questions sur les montagnes helvétiques, tel le nombre de sommets alpins dont la proéminence et la hauteur de culminance dépassent une valeur donnée. Si l'on fixe comme critère d' importance d' une montagne un mini- mum de cent mètres pour sa hauteur de culminance, on en compte 1955 dans les Alpes de notre pays. Mais cette liste ne Avec sa proéminence de 575 m et sa hauteur de culminance de 94 m, le Nordend, sommet pourtant bien connu, ne ré- pond pas aux critères choisis.

Photo: Markus Bohner Montagnes classées selon leur proéminence Montagnes Dominance ( en m ) Piz Bernina 137 800 Dufourspitze ( Monte Rosa ) 78 200 Finsteraarhorn 51 650 Tödi: Piz Russein 42 050 Rheinwaldhorn 35 100 Schesaplana 30 250 Ringelspitz/Piz Barghis 30 000 Grand Combin 26 400 de Grafeneire Säntis 25 780 Piz Linard 24 900 Piz Kesch/Piz d' Es-cha 23 500 Wildhorn 22 950 Dammastock ( Winterberg ) 22 350 Piz Sesvenna 21 400 Dents du Midi: Haute Cime 18 900 Cornettes de Bise 18 000 Pizzo Campo Tencia 17 100 Pilatus: Tomlishorn 17 000 Pizzo Tambo 16 850 Dom 16 600 Piz Calderas 16 450 Piz Murtaröl/ 15 500 Cima la Casina Fluchthorn/Piz Fenga: 15 500 Südgipfel Piz Medel 15 400 Gridone/ Monte Limidario 14 600 Monte Generoso/ 14 300 Calvagione Montagnes Dominance ( en m ) Les Diablerets: Sommet 14 250 des Diablerets Bächistock ( Glärnisch ) 13 950 Bruschghorn 13 850 Matterhorn/Monte Cervino 13 700 Bietschhorn 13 400 Monte Tamaro 13 300 Rigi Kulm 13 200 Aroser Rothorn 13 100 Aletschhorn 12 850 Blinnenhorn/Corno Cieco 12 750 Oberalpstock/ 12 700 Piz Tgietschen Balmhorn 12 300 Monte Leone 11 750 Piz Platta 11 650 Weissfluh 11 550 Gamsberg 11 500 Muttler 11 450 Weisshorn 11 100 Weissmies 11 000 Schafberg 11 000 Basòdino 10 900 Napf 10 450 Pizzo Paglia 10 400 Vanil Noir 10 350 Piz Quattervals 10 350 Piz Pisoc 10 200 Piz Timun/Pizzo d' Emet 10 100 Pizzo Rotondo 10 000 Montagnes classées selon leur hauteur de culminance Montagnes Hauteur de culminance ( en m ) Finsteraarhorn 2280 Piz Bernina 2234 Dufourspitze 2165 ( Monte Rosa ) Säntis 2021 Dents du Midi: 1796 Haute Cime Tödi: Piz Russein 1570 Grand Combin 1517 de Grafeneire Piz Kesch/Piz d' Es-cha 1502 Dammastock 1465 ( Winterberg ) Haldensteiner 1449 Calanda Monte Tamaro 1408 Gamsberg 1358 Aroser Rothorn 1349 Brienzer Rothorn 1348 Rheinwaldhorn 1337 Monte Generoso/ 1305 Calvagione Rigi Kulm 1288 Montagnes Hauteur de culminance ( en m ) Gridone/ 1238 Monte Limidario Weisshorn 1235 Weissmies 1191 Pizzo Tambo 1166 Monte Leone 1144 Piz Platta 1117 Vanil Noir 1114 Le Catogne 1105 Piz Calderas 1085 Cornettes de Bise 1063 Piz Sesvenna 1055 Dom 1046 Matterhorn/ 1031 Monte Cervino Piz Raschil/ 1028 Stätzer Horn Piz Linard 1028 Balmhorn 1021 Aletschhorn 1017 Grand Muveran 1013 Le Tarent 1002 L E S A L P E S 1 / 2 0 0 3 comprendra pas plusieurs sommets bien connus, tels que le Nordend ou la Lenzs- pitze ( hauteurs de culminance de 94 et de 81 m ). Plus on attribue une valeur élevée à ce critère, plus faible est le nombre de montagnes qui y satisfont.

On déterminera aussi les sommets dont les critères de proéminence et de hauteur de culminance affichent les valeurs les plus élevées. Il en ressort de nombreux recoupements et chevauche- ments, comme on pouvait s' y attendre. Il est curieux de noter, cependant, que cer- tains sommets plutôt mal connus, com- me le Gamserberg, près de Flums, sont mis en évidence, tandis que des noms cé- lèbres comme la Dent Blanche, la Jung- frau ou le Titlis, brillent par leur absen- ce.

Conclusion Les calculs présentés ci-dessus intéresse- ront surtout les alpinistes « collection- neurs », c'est-à-dire ceux qui désirent gravir toutes les montagnes d' une région.

Ces critères leur permettront donc de limiter leurs buts d' ascension. On estime habituellement le nombre de montagnes d' une contrée en relevant les noms des sommets mentionnés sur la carte topo- graphique. Il est donc possible que des éminences surplombant leur environnement de plus de trois cents mètres n' y soient pas indiquées, alors que de nom- breux autres points notés, tels que le Kleine Eiger, par exemple, ne sont en fait que des épaulements, plutôt que des montagnes. La détermination du nombre de sommets d' une région au moyen des critères de proéminence et de hauteur de culminance reste objective si l'on fixe au préalable une valeur minimale à l' un ou l' autre de ces deux paramètres. Toute- fois, l' attribution d' une valeur à ces seuils eux-mêmes introduit un élément subjectif. a C h r i s t i a n T h ö n i, Z u r i c h ( t r a d. ) La hauteur de culminance du Finsteraarhorn est nettement supérieure à celles de toutes les autres montagnes suisses.

La hauteur de culminance de la Bernina, à savoir la différence d' altitude par rapport à son environnement, est de 2234 m Si les montagnes étaient classées selon les critères de proéminence, la pointe Dufour viendrait en deuxième position Photo: K u rt S ter chi Photo: L udwig W e h Photo: Markus Bohner

Feedback