Délégué du CAS à la protection de la montagne se présente (Le nouveau -)

Jürg Meyer, successeur de Toni Labhart au poste de délégué du CAS à la protection de la montagne, a été brièvement présenté dans le numéro d' octobre 96. Il est entré en fonctions le 1er novembre et on peut l' atteindre au secrétariat du CAS du lundi au jeudi. Il se présente ici, donnant en particulier des précisions sur ses préoccupations et objectifs majeurs.

Une époque de mutation Partout, que ce soit au niveau local ou mondial, nous approchons des limites. Nous sommes tous saisis de malaise au sujet de la voie à suivre. Le CAS est lui aussi pris dans un feu croisé entre conservation, blocage sur des positions, et d' autre part changement, prise de risque. Je me situe du côté du changement et j' ai la fibre plutôt « verte ». Je suis convaincu que seule une réorientation fondamentale de notre réflexion et de nos comportements rendra possible un avenir que nous puissions défendre devant nos enfants. Nous devons nous défaire de cette attitude d' exigences formulées exclusivement en fonction de notre espèce et qui a caractérisé notre civilisation ces derniers siècles. Et à mon avis, l' alpinisme et l' escalade n' échappent pas à cette problématique.

Poser des questions En vouloir toujours plus? Plus de confort, plus de vitesse, plus de sécurité? Ces questions se posent dès que l'on réfléchit à des rapports durables à long terme avec la nature et les ressources naturelles. Elles se sont aussi posées au CAS ces dernières années: voulons-nous davantage de cabanes, toujours plus grandes et plus confortables? Voulons-nous toujours plus de gens en montagne, toujours plus de routes d' accès, de remontées mécaniques, de chemins? Voulons-nous convertir les Alpes en un terrain de On trouve encore en haute montagne des espaces naturels grandioses et intacts. Ils sont cependant soumis à des pressions nombreuses et de plus en plus fortes. Leur conservation est l' une des tâches que le CAS s' est fixées.

Convaincre Protéger, penser différemment, changer, renoncer: on imagine des tourments sans fin, la réduction du plaisir, la grisaille... Mais je suis convaincu du contraire! Je ne veux pas non plus aller en montagne pour y tenir un grognon discours de fin du monde. Agir dans le respect de l' envi est tout à fait compatible avec la joie, le plaisir et l' amusement. Moins peut aussi signifier plus; pratiquer l' alpinisme de manière plus discrète peut ouvrir de nouvelles perspectives. C' est pourquoi je considère que ma mission dépasse largement la « conscience du CAS ». Par des mots et des actes, j' essaierai de vous laisser rêveurs, de vous déconcerter, de vous convaincre, de vous réserver des surprises. Mais, à travers ce « vous », je a. 3 S' engager en faveur du maintien d' un environnement naturel vivable pour les générations à venir: telle est l' inten de Jürg Meyer, nouveau délégué du CAS à la protection de la montagne, que l'on voit ici avec son jeune fils Protection de la montagne a < pense surtout au « tu »: le plus gros effort, en effet, devra être accompli en direction des jeunes, qui hérite-ront de ce que nous avons créé et à qui l' avenir appartient.

Alpes menacées - CAS dynamique!

Feedback