Déplacements du CAS. Beaucoup de kilomètres

La commission de la protection du monde alpin du CAS a voulu savoir quels moyens de transports les sections utilisent pour rejoindre les points de départ de leurs courses en montagne et la longueur des trajets. Toutes les sections et leurs groupes ont reçu des questionnaires et près de 40% les ont retournés dûment remplis1. Ce sondage représentatif a été évalué dans le contexte d' un travail de licence2.

Région linguistique

C' est ici que l'on constate les plus grandes disparités: en Suisse alémanique, 48% des trajets sont effectués au moyen des transports publics, pour seulement 16% en Suisse romande et au Tessin. La commission de la protection du milieu alpin estime donc qu' il existe un plus grand potentiel de passage aux transports publics dans ces régions. Les responsables de l' environnement des sections romandes ont déjà débattu du résultat de cette enquête lors de leur dernière rencontre et ils entendent s' activer pour inciter les membres à changer de comportement.

Groupes d' âge

Les seniors sont un groupe exemplaire: ils utilisent les transports publics pour 66% de leurs courses ( cf. graphique 2 ). Chez les OJ, le pourcentage est de 39%, soit un peu plus que le taux d' utilisation moyen des sections proprement dites. Cette réticence relative des jeunes face aux transports publics a peut-être des raisons financières: lorsqu' ils se déplacent en voiture, les participants ne versent généralement au conducteur qu' un dédommagement modeste.

Analyse Le travail de licence de Monika Jenk apporte d' importants éléments pour la compréhension des phénomènes susmentionnés. Elle a notamment essayé de déterminer la motivation à choisirtel ou tel moyen de locomotion. Les seize sections étudiées en détail devaient compter avec les transports publics, avec un trajet, en moyenne 1,6 fois plus long. La différence de coûts entre voitures privées et transports publics varie, selon que l'on se base sur un tarif au kilomètre réaliste ( TCS: 70 ct./km ) et/ou si l'on inclut dans le calcul la possession d' un abonnement demi-tarif. Si l'on se base sur le prix coûtant du kilomètre et que l'on considère l' abonne demi-tarif comme la règle, les transports publics sont dans l' en meilleur marché, même pour un bon taux d' occupation de la voiture ( 3,5 personnes ). Mais avec les tarifs de dédommagement au kilomètre pratiqués par le CAS et la faible proportion de détenteurs d' abonnements demi-tarif, la voiture privée reste plus avantageuse.

Les résultats de cette étude servent de base pour le développement d' autres activités, la plupart des sections pouvant en effet encore améliorer leur bilan écologique en matière de déplacements. Le CAS assume ici une grande responsabilité, car il doit servir de modèle. La commission de la protection du monde alpin continuera de soutenir les sections exemplaires et de motiver les sections qui doivent combler un retard dans ce domaine. Dans les démarches à venir, la commission met l' accent sur les aspects suivants:

-volontariat; -approche ludique de la mobilité en faveur de l' écologiesoutien intense des sections dans l' amélioration de leur comportement en matière de déplacements.

Les sections et les membres seront informés en temps utile. L' accord conclu avec les CFF par le secteur du marketing est une perspective réjouissante. Il pourra bientôt, nous l' espérons, être élargi aux sections.

Comment encourager l' utilisation des transports publics:

- lors de la planification de la course, prendre en considération l' horaire électronique des CFF et la brochure AlpenTaxide Mountain Wilderness - facturer les coûts réels de voiture, soit 70 ct./km - encourager l' achat de l' abon demi-tarif - créer un fonds pour les transports publics ou un écobonus afin d' épauler financièrement les utilisateurs des transports publics - organiser des courses de plusieurs jours ou des traversées avec un point de départ différent du point de retour

Feedback